Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Nuits de violences à Ferguson et 15e sommet de la Francophonie à Dakar

En savoir plus

DÉBAT

Débat en France sur un État palestinien et l'accord sur le nucléaire iranien

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La francophonie, belle et bien vivante !

En savoir plus

#ActuElles

Quarante ans d'IVG : un droit fondamental à défendre

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - Google : le géant du Net bientôt scindé en deux ?

En savoir plus

FOCUS

Bien qu'ébranlée, la protestation citoyenne se poursuit à Hong Kong

En savoir plus

TECH 24

Oculus Rift : la vie des autres

En savoir plus

REPORTERS

Liban : Chebaa au cœur de la poudrière

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Djilali Benchabane, spécialiste du Moyen-Orient et du Golfe arabo-persique

En savoir plus

FRANCE

Marine Le Pen en tête à Hénin-Beaumont, Jean-Luc Mélenchon se retire

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/06/2012

Avec près de 42 % des voix, Marine Le Pen est arrivée en tête du premier tour des législatives à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais). Venu défier la candidate du Front national, Jean-Luc Mélenchon, arrivé troisième, se retire.

AFP - Après la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon a donc une nouvelle fois perdu son combat face à Marine Le Pen aux législatives alors que le Front de gauche, avec 7,5 à 8% des voix selon les premières estimations, n'est pas assuré de conserver son groupe à l'Assemblée nationale.

Tous les yeux étaient tournés vers Hénin-Beaumont où l'ex-candidat à la présidentielle se confrontait à la présidente du FN et au PS Philippe Kemel.

Jean-Luc Mélenchon quitte la course

Le coprésident du Parti de gauche qui avait déjà raté son duel face à Mme Le Pen à la présidentielle (11,1% contre 17,9%) faisait grise mine en ce dimanche soir, en reconnaissant sa défaite.

Comme il l'avait promis, l'eurodéputé se désistera pour faire gagner la gauche et Philippe Kemel, même si Martine Aubry a dit n'avoir "besoin de personne pour gagner" ici, a taclé l'ex-sénateur PS. Et de prévenir que "la partie sera très serrée", Mme Le Pen dépassant les 40%.

Accusant visiblement le coup, il a appelé ses troupes à "ne pas se laisser abattre", tout en disant avoir "le coeur paisible" pour "quitter cette scène mais pas le département".

Signe d'une tension perceptible depuis des jours avec l'affaire des faux tracts que M. Mélenchon a imputée au FN, un léger incident avait eu lieu dans un bureau de vote de Méricourt entre frontistes et communistes au cours duquel la police a dû intervenir pour faire entrer un assesseur du FN.

Globalement, avec 7,5 à 8%, le FG (16 sortants PCF et apparentés, 3 Parti de gauche) fait moins bien qu'à la présidentielle. Pour Stéphane Rozès (Cap conseil), c'est donc un "score en demi-teinte" : "décevant par rapport à la présidentielle mais en progression par rapport aux législatives 2007".

Ancrage national confirmé

Marine Le Pen : "L’échec de Jean-Luc Mélenchon démontre sa déconnexion avec l’électorat populaire"
A la présidentielle, explique le politologue à l'AFP, "M. Mélenchon avait récupéré l'électorat d'extrême gauche" (NPA et Lutte ouvrière). En 2007, les communistes plus l'extrême gauche avait obtenu presque 8% dont 4,3% pour le seul PCF. Leur score avait progressé de la présidentielle (1,93% pour Marie-George Buffet) aux législatives "par l'effet bastions communistes" comme dans le Nord ou la banlieue parisienne.

Cette fois-ci, "Mélenchon baisse", souligne M. Rozès.

"Il faut attendre" de voir le nombre de députés que le FG aura au deuxième tour le 17 juin, souligne Eric Coquerel dont le Parti de gauche ne sait pas s'il conservera des élus. Pour Pierre Laurent, numéro un du PCF, "ce résultat confirme l'ancrage national" du FG "qui est à nouveau ce soir la seconde force de la gauche", devant EELV, comme aux régionales de 2010.

En projection de sièges, le FG qui a déjà affirmé par la voix de M. Mélenchon qu'il serait en "autonomie conquérante" vis-à-vis-vis du PS à l'Assemblée, en ne votant pas n'importe quoi, n'est pas assuré de garder son groupe, obtenant de 13 à 20 élus selon les sondeurs.

Dans l'entre-deux-tours, logiquement, le désistement républicain en faveur du candidat de gauche le mieux placé doit jouer et une réunion de coordination du FG se tiendra lundi matin.

Après le deuxième tour du 17 juin, le PCF se réunira aussitôt pour discuter d'une éventuelle entrée au gouvernement, ce que le Parti de gauche a déjà formellement exclu. Une consultation des militants communistes est prévue le 19 juin avant une conférence nationale le 20.

Déjà dans les conseils régionaux, le PCF participe aux exécutifs quand le PG reste en autonomie. Pierre Laurent a répété qu'une entrée au gouvernement n'était jusqu'ici "pas possible" à moins que "les idées" du FG (remise en cause du pacte budgétaire, augmentation sensible du Smic) soient prises en compte.

Première publication : 10/06/2012

  • LÉGISLATIVES FRANÇAISES

    La gauche vers une confortable majorité à l'Assemblée nationale

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES FRANÇAISES

    Selon un sondage, la gauche l'emporterait avec l'aide de ses alliés

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES FRANÇAISES

    Circonscriptions des Français de l'étranger : la gauche en tête au premier tour

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)