Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

SUR LE NET

Gaza : Tsahal et le Hamas s'affrontent aussi en ligne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le tourisme, moteur de l'économie espagnole

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Come prima"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les oubliés de Mossoul

En savoir plus

  • En direct : une cinquantaine de Français à bord du vol AH5017 d'Air Algérie

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • En images : À Alep, les cratères d'obus deviennent des "piscines" pour enfants

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • Tour de France : "Depuis le temps qu'un Italien n'a pas gagné !"

    En savoir plus

  • "Le conflit israélo-palestinien est importé en France depuis longtemps"

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

  • Bagdad accusé d'utiliser des "barrel bombs" contre sa population

    En savoir plus

SPORT

Rafael Nadal entre dans la légende

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/06/2012

Rafael Nadal a remporté, ce lundi, le tournoi de Roland-Garros face au Serbe Novak Djokovic (6-4, 6-3, 2-6, 7-5). À 26 ans, l’Espagnol devient le premier joueur de l'Histoire à s'imposer sept fois sur la terre battue parisienne.

AFP - Vainqueur de son septième Roland-Garros lundi, Rafael Nadal s'est définitivement affirmé comme le meilleur joueur de tous les temps sur terre battue après sa victoire en quatre sets (6-4, 6-3, 2-6, 7-5) et deux jours face à Novak Djokovic en finale.

Rarement, sans doute même jamais, on avait vu l'Espagnol aussi ému qu'après cet onzième titre du Grand Chelem, le septième à Roland-Garros, un de mieux que Björn Borg avec qui il partageait le record de victoires à Paris.


Lorsque Djokovic, N.1 mondial fier et valeureux, a commis une double-faute sur la première balle de match, Nadal a craqué. Il est tombé à terre, dans un coin du Central chaud bouillant malgré le contexte humide, a fondu en larmes, avant de foncer dans les tribunes pour tomber dans les bras du basketteur Pau Gasol, de sa famille et de son oncle Toni, son entraîneur depuis toujours.

"C'est un moment inoubliable pour moi. Il y a beaucoup d'émotion", a-t-il déclaré une fois redescendu sur le court, avant de remercier le public dans un français mélangé de quelques mots d'espagnol et d'anglais.

Il y avait beaucoup de joie chez Nadal. Il y avait aussi le soulagement d'avoir survécu à deux jours sous haute tension, aux interruptions et aux balles lourdes comme un melon. Soulagement d'avoir assumé l'étiquette de favori qui lui avait été collée à l'unanimité avant la finale. Soulagement surtout d'avoir mis fin à une série de trois finales du Grand Chelem perdues face à Djokovic, à Wimbledon, l'US Open et l'Open d'Australie.

Son énervement dimanche soir au moment de l'interruption, alors que Djokovic avait le vent en poupe, montrait que Nadal avait conscience qu'il n'avait pas le droit de perdre ce match dans son jardin, sous peine de revivre ce que lui-même avait infligé à Roger Federer en battant le Suisse à Wimbledon en 2008: un complexe quasi définitif et impossible à effacer par la suite. Sans compter qu'il allait également perdre sa place de N.2 mondial au profit de Federer justement en cas de défaite.

Réussir le break d'entrée lundi, pour revenir à 2-2 dans le quatrième set, l'a aidé à évacuer la pression, d'autant que sa mise en jeu solide lui a permis dès lors de faire la course en tête, sous la pluie, puis sous le soleil.

Djokovic a fini par craquer au bout de 3 h 49 min, dont 49 minutes lundi, dans une ambiance inespérée vu les conditions, alors que la Fédération française avait rameuté ses licenciés pour remplir le Central.

Domination totale

Au final, la fête n'a pas été gâchée, au contraire. Sauf pour le camp serbe puisqu'il n'y aura donc pas de "Djoko Slam", c'est-à-dire le Grand Chelem à cheval sur deux ans, exploit inédit depuis 1969, malgré tout le courage et le mental de ce champion d'exception.


Beau perdant, Djokovic a insisté sur le fait qu'il avait perdu "contre le meilleur de tous les temps sur terre battue", ajoutant: "ça ne fait même aucun doute et il n'a que 26 ans", depuis le 3 juin exactement.

Vu son âge et son pedigree, Nadal peut décemment espérer asseoir un peu plus sa légende avec quelques titres supplémentaires à Paris. Comment imaginer le contraire ? Le pirate majorquin en est désormais à 52 victoires en 53 matches à Roland-Garros où sa seule défaite, en 2009 face à Robin Söderling, était venue à une époque où il avait très mal aux genoux et au coeur puisque ses parents étaient alors en plein divorce.

Vu sa compétitivité sur les autres surfaces, le record de victoires en Grand Chelem de Federer (16) n'est, après tout, pas si loin non plus. Sur terre battue, sa domination est totale: 227 victoires en 236 matches depuis 2005 et un seul set perdu cette année sur terre rouge, dimanche face à Djokovic. Vainqueur pour la huitième fois à Monte-Carlo, la septième à Barcelone et la sixième à Rome, il est également monté au septième ciel à Paris, comme dans le temps Pete Sampras à Wimbledon ou Chris Evert à Roland-Garros.

Pour certains, cette domination peut paraître ennuyeuse. Djokovic, plus ambitieux que jamais, a promis de revenir l'année prochaine pour porter un projet d'alternative et faire vivre une rivalité qui est d'ores et déjà l'une des plus grandes que ce sport ait connu. 

Première publication : 10/06/2012

  • ROLAND-GARROS

    Finale dames : Sharapova ajoute la Coupe Suzanne-Lenglen à son palmarès

    En savoir plus

  • ROLAND-GARROS

    Roger Federer : "J'espérais faire mieux à Roland-Garros"

    En savoir plus

  • TENNIS

    Roland-Garros en chiffres

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)