Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un accord pour rétablir le Parlement du Lesotho

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Kayumba : quatre accusés reconnus coupables de tentative de meurtre

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le meilleur des Observateurs cette année !

En savoir plus

FOCUS

L'État islamique déclare la guerre de l'eau en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Manuel Valls, le Tony Blair français ?

En savoir plus

  • Ligue 1 : Falcao fait ses valises, à quoi joue Monaco?

    En savoir plus

  • Vidéo : un convoi de l'armée ukrainienne détruit dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Les photos volées de Jennifer Lawrence sont aussi gênantes pour Apple

    En savoir plus

  • Nord-Mali : quatre casques bleus tués par l'explosion d'une mine près de Kidal

    En savoir plus

  • Pôle emploi : Rebsamen se défend de vouloir "stigmatiser" les chômeurs

    En savoir plus

  • En images : Falcao, James, Di Maria, Suarez.... les plus gros transferts de l’été

    En savoir plus

  • "Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

  • VTC : la justice interdit à Uber d'exercer en Allemagne

    En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • Rythmes scolaires : la rentrée chahutée par des maires récalcitrants

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

SPORT

Rafael Nadal entre dans la légende

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/06/2012

Rafael Nadal a remporté, ce lundi, le tournoi de Roland-Garros face au Serbe Novak Djokovic (6-4, 6-3, 2-6, 7-5). À 26 ans, l’Espagnol devient le premier joueur de l'Histoire à s'imposer sept fois sur la terre battue parisienne.

AFP - Vainqueur de son septième Roland-Garros lundi, Rafael Nadal s'est définitivement affirmé comme le meilleur joueur de tous les temps sur terre battue après sa victoire en quatre sets (6-4, 6-3, 2-6, 7-5) et deux jours face à Novak Djokovic en finale.

Rarement, sans doute même jamais, on avait vu l'Espagnol aussi ému qu'après cet onzième titre du Grand Chelem, le septième à Roland-Garros, un de mieux que Björn Borg avec qui il partageait le record de victoires à Paris.


Lorsque Djokovic, N.1 mondial fier et valeureux, a commis une double-faute sur la première balle de match, Nadal a craqué. Il est tombé à terre, dans un coin du Central chaud bouillant malgré le contexte humide, a fondu en larmes, avant de foncer dans les tribunes pour tomber dans les bras du basketteur Pau Gasol, de sa famille et de son oncle Toni, son entraîneur depuis toujours.

"C'est un moment inoubliable pour moi. Il y a beaucoup d'émotion", a-t-il déclaré une fois redescendu sur le court, avant de remercier le public dans un français mélangé de quelques mots d'espagnol et d'anglais.

Il y avait beaucoup de joie chez Nadal. Il y avait aussi le soulagement d'avoir survécu à deux jours sous haute tension, aux interruptions et aux balles lourdes comme un melon. Soulagement d'avoir assumé l'étiquette de favori qui lui avait été collée à l'unanimité avant la finale. Soulagement surtout d'avoir mis fin à une série de trois finales du Grand Chelem perdues face à Djokovic, à Wimbledon, l'US Open et l'Open d'Australie.

Son énervement dimanche soir au moment de l'interruption, alors que Djokovic avait le vent en poupe, montrait que Nadal avait conscience qu'il n'avait pas le droit de perdre ce match dans son jardin, sous peine de revivre ce que lui-même avait infligé à Roger Federer en battant le Suisse à Wimbledon en 2008: un complexe quasi définitif et impossible à effacer par la suite. Sans compter qu'il allait également perdre sa place de N.2 mondial au profit de Federer justement en cas de défaite.

Réussir le break d'entrée lundi, pour revenir à 2-2 dans le quatrième set, l'a aidé à évacuer la pression, d'autant que sa mise en jeu solide lui a permis dès lors de faire la course en tête, sous la pluie, puis sous le soleil.

Djokovic a fini par craquer au bout de 3 h 49 min, dont 49 minutes lundi, dans une ambiance inespérée vu les conditions, alors que la Fédération française avait rameuté ses licenciés pour remplir le Central.

Domination totale

Au final, la fête n'a pas été gâchée, au contraire. Sauf pour le camp serbe puisqu'il n'y aura donc pas de "Djoko Slam", c'est-à-dire le Grand Chelem à cheval sur deux ans, exploit inédit depuis 1969, malgré tout le courage et le mental de ce champion d'exception.


Beau perdant, Djokovic a insisté sur le fait qu'il avait perdu "contre le meilleur de tous les temps sur terre battue", ajoutant: "ça ne fait même aucun doute et il n'a que 26 ans", depuis le 3 juin exactement.

Vu son âge et son pedigree, Nadal peut décemment espérer asseoir un peu plus sa légende avec quelques titres supplémentaires à Paris. Comment imaginer le contraire ? Le pirate majorquin en est désormais à 52 victoires en 53 matches à Roland-Garros où sa seule défaite, en 2009 face à Robin Söderling, était venue à une époque où il avait très mal aux genoux et au coeur puisque ses parents étaient alors en plein divorce.

Vu sa compétitivité sur les autres surfaces, le record de victoires en Grand Chelem de Federer (16) n'est, après tout, pas si loin non plus. Sur terre battue, sa domination est totale: 227 victoires en 236 matches depuis 2005 et un seul set perdu cette année sur terre rouge, dimanche face à Djokovic. Vainqueur pour la huitième fois à Monte-Carlo, la septième à Barcelone et la sixième à Rome, il est également monté au septième ciel à Paris, comme dans le temps Pete Sampras à Wimbledon ou Chris Evert à Roland-Garros.

Pour certains, cette domination peut paraître ennuyeuse. Djokovic, plus ambitieux que jamais, a promis de revenir l'année prochaine pour porter un projet d'alternative et faire vivre une rivalité qui est d'ores et déjà l'une des plus grandes que ce sport ait connu. 

Première publication : 10/06/2012

  • ROLAND-GARROS

    Finale dames : Sharapova ajoute la Coupe Suzanne-Lenglen à son palmarès

    En savoir plus

  • ROLAND-GARROS

    Roger Federer : "J'espérais faire mieux à Roland-Garros"

    En savoir plus

  • TENNIS

    Roland-Garros en chiffres

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)