Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Cessez-le-feu Israël - Hamas : un espoir pour la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls: le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : insécurité alimentaire en Casamance

En savoir plus

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

REVUE DE PRESSE

REVUE DE PRESSE

Dernière modification : 11/06/2012

"Un score normal"

Presse française, Lundi 11 juin. Au menu de la presse française, l’arrivée en tête de la gauche au premier tour des législatives, qui laisse espérer au PS une majorité absolue à l’assemblée. Et cette question : pour l’UMP, bérézina, ou pas ?

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook…

La presse française revient largement ce matin sur l’arrivée en tête de la gauche à ce premier tour des législatives.

Je vous propose de commencer avec Libération, pour qui le président Hollande en particulier et la gauche en général qui sortent «plus forts» de ce premier tour, d’après Libé, puisque le parti socialiste a obtenu près 35 % des voix et qu’il est du coup assuré d’obtenir la majorité à l’assemblée, grâce au soutien d’EE/LV.

Libé revient aussi à la Une sur les résultats du Front national, 13, 6 % - un score très haut, mais qui est moins élevé que pour la présidentielle; ça ne va d’ailleurs va peut-être pas suffire au FN pour entrer à l’assemblée, puisque le taux d’abstention historique de ce premier tour, plus de 42 %, limite le nombre de triangulaires au second tour, et du coup, diminue les chances du  FN.

Libération nous parle également ce matin du mauvais score du Front de gauche. Le parti de Jean-Luc Mélenchon n’est pas parvenu à transformer l’essai de la présidentielle;  lui-même n’a pas réussi se hisser au second tour à Hénin-Beaumont, face à la patronne du FN Marine Le Pen. Une «sortie de rouste» que les amis de Jean-Luc Mélenchon expliquent depuis hier par une «bipolarisation accrue» de la vie politique française.

«Pourquoi Mélenchon a échoué», c’est aussi la question posée par le site du Nouvel Obs, qui évoque pour sa part «l’échec de la gauche de la gauche à convaincre les classes populaires».

La  «bipolarisation» de ce scrutin serait, d’après l’Humanité, l’une des conséquences du niveau élevé de l’abstention, mais aussi, «l’un des effets de la limitation du mandat présidentiel à cinq ans, et la conséquence de la réduction des législatives à un scrutin de confirmation». L’Huma qui se désole du «présidentialisme forcené (qui a) également conduit à la déformation de la réalité politique du pays», problème encore «amplifié par l’absence de proportionnelle», d’après le journal.

La bipolarisation de la vie politique qui nuit aussi à la santé des centristes. Le Figaro, revient ce matin sur la mise en ballottage du patron du MoDem.  François Bayrou est en «très grande difficulté dans le Béarn», au point que la question de  la survie de son parti serait ce matin clairement posée.

Pour le moment, donc, avantage à gauche - avantage perçu avec pas mal de nuances toutefois. Si le journal la Croix parle d’avantage tout court, le Parisien évoque lui un «net» avantage à gauche, même si le PS n’est pas sûr d’obtenir à lui seul la majorité absolue.

Et il y a pas mal de divergences ce matin dans les analyses faites sur le score de la droite. A gauche, on parle de «petite bérézina» pour l’UMP, mais du côté de l’ex-majorité, et notamment du Figaro, on préfère contre-attaquer et agiter ce matin le chiffon de «l’Etat PS», ou comment une nouvelle victoire de la gauche équivaudrait à lui accorder les pleins pouvoirs. Le Figaro qui rappelle aussi ce matin que «l’abstention record de ce premier tour confirme que nous ne sommes décidément plus en 1981»: «il n’y a cette fois ni appétit de gauche, ni volonté de changer la vie».

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

27/08/2014 Tourisme

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

Presse internationale, mercredi 27 août 2014. Au menu de cette revue de presse, l'annonce d'un cessez-le-feu permanent entre le Hamas et Israël, le dernier stratagème du...

En savoir plus

27/08/2014 Arnaud Montebourg

"Un Mozart social-libéral à Bercy"

Presse française, mercredi 27 août 2014. Au menu de cette revue de presse, la composition du nouveau gouvernement français, qui entérine la rupture de l'exécutif avec l'aile...

En savoir plus

25/08/2014 Barack Obama

"Si j'abandonne, tout s'effondre"

Presse internationale, lundi 25 août 2014. Au menu de cette revue de presse, les révélations de la presse britannique sur l'assassin présumé de James Foley, l'épidémie Ebola et...

En savoir plus

26/08/2014 Austérité

"Nombril français, débat européen"

Presse internationale, mardi 26 août 2014. Au menu de cette revue de presse, la crise politique provoquée en France par le limogeage du ministre de l'Économie Arnaud Montebourg.

En savoir plus

26/08/2014 Austérité

"Reste-t-il autre chose de la rose que les épines ?"

Presse française, mardi 26 août 2014. Au menu de cette revue de presse, la crise ouverte par le limogeage d'Arnaud Montebourg, qui entraîne la formation d'un nouveau gouvernement.

En savoir plus