Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre l'État islamique

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : croissance, inflation... Tableau noir pour l'exécutif?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Adèle Haenel, nouveau visage du cinéma français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Gaza : pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Ce qu'il faut retenir de la vidéo de la décapitation de James Foley par l'EI

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

  • Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • La Fifa interdit au FC Barcelone de recruter

    En savoir plus

  • Au bord de l'éruption, le volcan islandais Bardarbunga menace le trafic aérien

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

Amériques

Henrique Capriles, l'homme qui peut faire tomber Hugo Chavez

Vidéo par Shirli SITBON , Catherine VIETTE

Texte par Ségolène ALLEMANDOU

Dernière modification : 12/06/2012

Choisi pour être le candidat unique de l'opposition, Henrique Capriles affrontera Hugo Chavez lors de la présidentielle du 7 octobre. Mais le président sortant reste populaire et il semble que seul son état de santé pourrait l'écarter du pouvoir.

Il est jeune, en bonne santé et affrontera Hugo Chavez, au pouvoir depuis 1998, lors de l'élection présidentielle du 7 octobre.  Henrique Capriles Radonski a en effet été choisi, lors d'une élection primaire ouverte à tous les Vénézuéliens, pour être le candidat de la Table de l'unité démocratique (MUD - Mesa de la unidad democratica), une coalition qui regroupe plusieurs partis d'opposition qui se sont unis derrière un unique candidat pour battre le président sortant Hugo Chavez. Dimanche 10 juin, Henrique Capriles a officiellement lancé sa campagne électorale devant des dizaines de milliers de partisans venus l’encourager. "Je veux être le président de tous les Vénézuéliens, pas celui d’un parti unique", a clamé à Caracas le leader du parti centriste Justice d’abord (Primero Justicia), vêtu de sa chemise aux couleurs du Venezuela.

Son discours appelle au rassemblement quand celui du président Chavez divise. Henrique Capriles défend une vision proche de celle de Lula, l’ancien président du Brésil, en faisant la promotion de politiques favorables aux entreprises tout en voulant financer des programmes sociaux dispendieux.

"Le cheval fougueux" n'est plus ce qu'il était

Au-delà de leur discours, c’est aussi le profil des candidats qui les distingue. À 39 ans, Henrique Capriles apparaît comme un jeune cadre dynamique à l’allure sportive qui multiplie les déplacements dans les bidonvilles du pays pour séduire les plus démunis, un électorat souvent acquis au Parti socialiste uni du Venezuela (PSUV, au pouvoir). Face à lui, le président Chavez, habituellement omniprésent, se fait de plus en plus discret et peine à faire campagne. Après deux opérations en un an pour vaincre son cancer, il avoue lui-même ne plus être aujourd'hui "le cheval fougueux" qui était capable de parler des heures durant et se faisait fort de répondre en personne à toutes les sollicitations.

À en croire les sondages, dont les résultats restent largement fluctuants, Henrique Capriles reste pourtant à la traîne derrière son rival. Certaines études d’opinion mises en avant par le gouvernement donnent une avance de plus de 20 points à Hugo Chavez, tandis que d'autres sondages affichent une avance de cinq points seulement pour le président sortant.

Les observateurs restent réservés sur l’issue de cette course à la présidentielle dominée par l'état de santé du président. "Les chances pour Capriles de s’installer dans le Palais présidentiel ne dépendent pas du candidat lui-même mais plutôt de l’état de santé de son adversaire, affirme Janette Habel, professeure à l’Institut des hautes études de l’Amérique latine (IHEAL). Tant que Chavez est en état de faire campagne, l’inexpérimenté Capriles n’a quasiment aucune chance de gagner face à un président toujours aussi populaire."

Ombre au tableau

Le président ne semble toutefois pas minimiser le danger de la candidature de celui qui incarne, selon François-Xavier Freland, le correspondant de RFI à Caracas, "son pire ennemi". Connu pour sa position pro-palestinienne, Hugo Chavez ne se prive d’ailleurs pas de lancer de lourdes attaques contre son adversaire, petit-fils de déportés juifs polonais, en le traitant de "médiocre" ou même de "porc".

Mais l'état de santé du président sortant sera le véritable arbitre de l'élection. Si Hugo Chavez est amené à se retirer, Henrique Capriles pourrait gagner la partie. D'une part, comme le souligne Janette Habel, il existe peu de personnalités charismatiques dans le camp chaviste.  D'autre part, Henrique Capriles, peu connu il y a encore quelques mois, "a l’avantage", selon François-Xavier Freland, auteur de "Qui veut la peau d'Hugo Chavez ?", d’avoir été élu en février pour incarner "à lui seul le candidat de l’opposition".

Depuis, cet avocat de formation issue d'une famille bourgeoise de Caracas a quitté son poste de gouverneur du riche État de Miranda pour se consacrer à sa campagne et attire "de plus en plus de sympathisants", précise le journaliste. "C’est un communicant qui n’a rien à envier à Hugo Chavez et il sait très bien utiliser les médias pour montrer une certaine proximité avec le peuple", analyse-t-il. Seule ombre au tableau pour Henrique Capriles : il est accusé par le gouvernement d'avoir participé à un assaut contre l'ambassade cubaine lors du coup d'Etat contre Hugo Chávez en avril 2002. 

Première publication : 12/06/2012

  • VENEZUELA

    Henrique Capriles défiera Hugo Chavez à la présidentielle

    En savoir plus

  • VENEZUELA

    Le président Hugo Chavez, soigné, rentre au Venezuela

    En savoir plus

  • VENEZUELA

    Le président Hugo Chavez dément les rumeurs sur sa mort

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)