Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ghouta orientale : un adolescent filme le calvaire de l'intérieur

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : le malaise des producteurs

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : un modèle en crise

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marseille, éternelle capitale de la culture ?

En savoir plus

FOCUS

Criminalité : le "dark Web", le côté obscur d'Internet

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le visage des sans-abri

En savoir plus

REPORTERS

"Never again" : le mouvement contre les armes qui bouscule l'Amérique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Agriculture : Emmanuel Macron veut rassurer les jeunes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Fusillade aux États-Unis : la NRA veut "plus d'armes dans les écoles"

En savoir plus

FOCUS

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

Dernière modification : 12/06/2012

EXCLUSIF - La fuite des soldats maliens au Niger

Depuis bientôt trois mois, le Mali est coupé en deux : le Nord est aux mains des séparatistes touareg de l'Azawad et des islamistes d'Ansar Dine, alliés aux djihadistes d'Al-Qaïda au maghreb islamique. Les soldats maliens de l'armée régulière ont fui la région et certains sont partis se réfugier de l'autre côté de la frontière, au Niger. Une de nos équipes est allée à leur rencontre.

Ces soldats sont désarmés et confinés dans un ancien camp militaire dans la capitale Niamey, au Niger, mais ils sont prêts à repartir au front pour reconquérir le Nord-Mali et se racheter de leur défaite. Ces derniers n’ont échappé aux rebelles qu’en faisant semblant de se joindre à eux.

Leur commandant, le colonel-major Elhadji Ag Gamou décrit un Nord-Mali sous la coupe intransigeante des islamistes, qui imposent la charia et n’ont que faire des revendications autonomistes touareg. Il explique que sa présence avec ses 600 hommes au Niger est "stratégique" dans le cadre d’une offensive militaire qu’il appelle de ses vœux.

Un officier malien, arrivé de Bamako, va plus loin, affirmant qu’une intervention militaire se prépare activement. Les officiels nigériens, eux, maintiennent une neutralité officielle, expliquant qu’ils accueillent ses soldats pour des raisons humanitaires, mais à titre temporaire. Cependant, ils laissent entendre que ces troupes qui connaissent parfaitement la région pourraient servir de force d’appoint dans le cadre d’une intervention militaire internationale, si possible sous couvert d’un mandat de l’ONU.
 

Un reportage de Marc Perelman, Marc Cousinet, Lionel Barbosa et Olivier Morel.

Par Marc PERELMAN

COMMENTAIRE(S)

Les archives

23/02/2018 FRANCE

Criminalité : le "dark Web", le côté obscur d'Internet

Le "dark Web" est la face cachée, et parfois sombre, de la Toile. Il contient des sites accessibles par des logiciels spéciaux, où se vendent armes, cartes bancaires volées, faux...

En savoir plus

22/02/2018 France

"La rue, c’est la jungle" : quels dispositifs pour les sans-abri ?

Dormir à la rue, c'est encore une réalité en France en 2018. Une réalité d'autant plus visible quand les températures baissent. La semaine dernière, après une opération inédite...

En savoir plus

21/02/2018 Italie

Italie : des mesures concrètes pour améliorer l'accueil des demandeurs d'asile

Tandis que le Conseil de ministres, en France, examinait mercredi un projet de loi controversé sur l'asile et l'immigration, nous nous tournons vers l'Italie, principale porte...

En savoir plus

20/02/2018 RD Congo

RD Congo : la Chine à l'assaut du cobalt

La République démocratique du Congo produit 60% du cobalt dans le monde. Un minerai devenu éminemment stratégique, puisqu'il est utilisé pour la fabrication des batteries de...

En savoir plus

19/02/2018 Allemagne

En Allemagne, une baisse significative de la délinquance juvénile

Lutter contre la délinquance des jeunes en leur trouvant un travail ? L'Allemagne, où le chômage touche 8 % seulement des moins de 25 ans, tient peut-être là une solution.

En savoir plus