Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

Afrique

Quatre membres de la CPI incarcérés en Libye pour espionnage

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/06/2012

Quatre membres de la Cour pénale internationale sont détenus depuis 5 jours en Libye. Ils sont accusés d'avoir tenté d'échanger des documents avec le fils de Mouammar Kadhafi, Seif al-Islam qui fait l'objet d'un mandat d'arrêt.

AFP - Quatre membres d'une délégation de la Cour pénale internationale (CPI), détenus depuis jeudi en Libye, ont été placés dimanche en détention préventive pour 45 jours, a indiqué à l'AFP un responsable du bureau du procureur général libyen.
              
La délégation était venue en Libye rendre visite en prison au fils de l'ancien dirigeant Mouammar Kadhafi, Seif al-Islam, qui fait l'objet d'un mandat d'arrêt de la CPI pour crimes contre l'humanité durant la révolution mais que Tripoli refuse de livrer à la cour internationale.
              
"Ils ont été placés en détention préventive pour 45 jours dans le cadre de l'enquête", a indiqué ce responsable sous couvert de l'anonymat, sans donner de détails.
              
Ajmi al-Atiri, le chef de la brigade de Zenten (170 km au sud-ouest de Tripoli) qui détient ces quatre personnes, a indiqué que l'équipe de la CPI détenue jusqu'ici dans une maison, a été "transférée dimanche vers une prison sur ordre du procureur général".
              
Selon la CPI, quatre membres de son personnel sont détenus depuis jeudi à Zenten, où ils s'étaient rendus pour rencontrer Seif al-Islam. Ils sont accusés d'espionnage pour avoir tenté d'échanger des documents avec lui.
              
Dimanche, le représentant de la Libye à la CPI Ahmed Jehani avait précisé que seules deux membres de l'équipe: l'avocate australienne Melinda Taylor et son interprète libanaise, Helen Assaf, avaient été arrêtées, tandis que deux hommes, un Russe et un ressortissant espagnol, sont restés avec elles de leur propre gré.
              
M. Atiri n'a pas expliqué pourquoi les deux hommes ont été transférés également en prison ou si des charges avaient été retenues contre eux.
              
Il a ajouté par ailleurs qu'en dépit des "pressions" des autorités de Tripoli sur sa brigade pour relâcher les détenus, celle-ci n'avait pas l'intention de les libérer en raison des preuves "évidentes" contre eux.
              
Cité par l'agence libyenne Lana, le porte-parole du gouvernement de transition Nasser al-Manaa a indiqué attendre les résultats de l'enquête menée par le bureau du procureur général pour "prendre les mesures nécessaires", dans cette affaire.
              
Il a précisé que la justice libyenne travaillerait en "toute impartialité" et "dans le respect du droit international", tout en disant que son pays ne pouvait "permettre des menaces à la sécurité nationale".
              
Mme Taylor est l'assistante du chef du Bureau du conseil public pour la défense (OPCD), Xavier-Jean Keïta, désigné par la CPI, qui représente pour le moment Seif al-Islam.
              
La délégation de la CPI, qui compte des membres du greffe chargés de discuter avec Seif al-Islam de l'option de désigner un avocat de son choix, s'était rendue en Libye mercredi, a précisé la CPI.
              
Le président de la CPI, le juge Sang-Hyun Song, avait exigé samedi la libération "immédiate" des personnes détenues, exprimant sa préoccupation pour leur sécurité, "en l'absence de tout contact avec eux".
              
Arrivée dimanche en Libye pour négocier la libération de l'équipe, une délégation de la CPI devait rencontrer lundi les autorités libyennes.
              
La Première ministre australienne Julia Gillard s'est dit "très inquiète" de la détention de Melinda Taylor et a appelé les autorités libyennes à la libérer.
              
Le gouvernement libyen, qui a beaucoup de mal à imposer son autorité sur les milices d'ex-rebelles faisant la loi à travers le pays, tente d'obtenir depuis des semaines auprès de la brigade de Zenten le transfert de Seif-Islam à Tripoli en vue de son jugement.
              
Selon M. Jehani, les ex-rebelles retardent son transfert à cause d'arriérés de soldes non perçus.
              
Tripoli avait déposé le 1er mai une requête contestant la compétence de la CPI pour poursuivre Seif Al-Islam, seul fils de l'ancien dirigeant à être détenu en Libye, après son arrestation en novembre dans le sud du pays.

Première publication : 11/06/2012

  • LIBYE

    Les autorités libyennes reprennent le contrôle de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • CINÉMA

    Libye, la guerre d'après Bernard-Henri Lévy

    En savoir plus

  • LIBYE

    La tenue de la Constituante fixée au 7 juillet

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)