Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après le 17, le 18"

En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • En direct : le scrutin s'achève sur fond de violences dans la région de Bouira

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

Afrique

Quatre membres de la CPI incarcérés en Libye pour espionnage

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/06/2012

Quatre membres de la Cour pénale internationale sont détenus depuis 5 jours en Libye. Ils sont accusés d'avoir tenté d'échanger des documents avec le fils de Mouammar Kadhafi, Seif al-Islam qui fait l'objet d'un mandat d'arrêt.

AFP - Quatre membres d'une délégation de la Cour pénale internationale (CPI), détenus depuis jeudi en Libye, ont été placés dimanche en détention préventive pour 45 jours, a indiqué à l'AFP un responsable du bureau du procureur général libyen.
              
La délégation était venue en Libye rendre visite en prison au fils de l'ancien dirigeant Mouammar Kadhafi, Seif al-Islam, qui fait l'objet d'un mandat d'arrêt de la CPI pour crimes contre l'humanité durant la révolution mais que Tripoli refuse de livrer à la cour internationale.
              
"Ils ont été placés en détention préventive pour 45 jours dans le cadre de l'enquête", a indiqué ce responsable sous couvert de l'anonymat, sans donner de détails.
              
Ajmi al-Atiri, le chef de la brigade de Zenten (170 km au sud-ouest de Tripoli) qui détient ces quatre personnes, a indiqué que l'équipe de la CPI détenue jusqu'ici dans une maison, a été "transférée dimanche vers une prison sur ordre du procureur général".
              
Selon la CPI, quatre membres de son personnel sont détenus depuis jeudi à Zenten, où ils s'étaient rendus pour rencontrer Seif al-Islam. Ils sont accusés d'espionnage pour avoir tenté d'échanger des documents avec lui.
              
Dimanche, le représentant de la Libye à la CPI Ahmed Jehani avait précisé que seules deux membres de l'équipe: l'avocate australienne Melinda Taylor et son interprète libanaise, Helen Assaf, avaient été arrêtées, tandis que deux hommes, un Russe et un ressortissant espagnol, sont restés avec elles de leur propre gré.
              
M. Atiri n'a pas expliqué pourquoi les deux hommes ont été transférés également en prison ou si des charges avaient été retenues contre eux.
              
Il a ajouté par ailleurs qu'en dépit des "pressions" des autorités de Tripoli sur sa brigade pour relâcher les détenus, celle-ci n'avait pas l'intention de les libérer en raison des preuves "évidentes" contre eux.
              
Cité par l'agence libyenne Lana, le porte-parole du gouvernement de transition Nasser al-Manaa a indiqué attendre les résultats de l'enquête menée par le bureau du procureur général pour "prendre les mesures nécessaires", dans cette affaire.
              
Il a précisé que la justice libyenne travaillerait en "toute impartialité" et "dans le respect du droit international", tout en disant que son pays ne pouvait "permettre des menaces à la sécurité nationale".
              
Mme Taylor est l'assistante du chef du Bureau du conseil public pour la défense (OPCD), Xavier-Jean Keïta, désigné par la CPI, qui représente pour le moment Seif al-Islam.
              
La délégation de la CPI, qui compte des membres du greffe chargés de discuter avec Seif al-Islam de l'option de désigner un avocat de son choix, s'était rendue en Libye mercredi, a précisé la CPI.
              
Le président de la CPI, le juge Sang-Hyun Song, avait exigé samedi la libération "immédiate" des personnes détenues, exprimant sa préoccupation pour leur sécurité, "en l'absence de tout contact avec eux".
              
Arrivée dimanche en Libye pour négocier la libération de l'équipe, une délégation de la CPI devait rencontrer lundi les autorités libyennes.
              
La Première ministre australienne Julia Gillard s'est dit "très inquiète" de la détention de Melinda Taylor et a appelé les autorités libyennes à la libérer.
              
Le gouvernement libyen, qui a beaucoup de mal à imposer son autorité sur les milices d'ex-rebelles faisant la loi à travers le pays, tente d'obtenir depuis des semaines auprès de la brigade de Zenten le transfert de Seif-Islam à Tripoli en vue de son jugement.
              
Selon M. Jehani, les ex-rebelles retardent son transfert à cause d'arriérés de soldes non perçus.
              
Tripoli avait déposé le 1er mai une requête contestant la compétence de la CPI pour poursuivre Seif Al-Islam, seul fils de l'ancien dirigeant à être détenu en Libye, après son arrestation en novembre dans le sud du pays.

Première publication : 11/06/2012

  • LIBYE

    Les autorités libyennes reprennent le contrôle de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • CINÉMA

    Libye, la guerre d'après Bernard-Henri Lévy

    En savoir plus

  • LIBYE

    La tenue de la Constituante fixée au 7 juillet

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)