Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

EUROPE

Forte mobilisation de l'opposition russe dans les rues de Moscou

Vidéo par Cécile GALLUCCIO

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/06/2012

Des milliers de manifestants anti-Poutine, de tous bords politiques, ont défilé ce mardi à Moscou malgré le durcissement du pouvoir marqué la veille par des perquisitions sans précédent visant les leaders du mouvement de contestation.

AFP - Sympathisants de l'opposition libérale, du Front de gauche russe, nationalistes: les dizaines de milliers de manifestants mardi au centre de Moscou affichaient les couleurs politiques les plus disparates, mais tous le désir de voir une "Russie sans Poutine".
             

Dans le cortège parti de la place Pouchkine pour rejoindre l'avenue Sakharov trois kilomètres plus loin, Sergueï Kessler, au chômage, dénonce la loi qui renforce considérablement les amendes à l'encontre des manifestants en cas de troubles, signée vendredi par le président Vladimir Poutine, ainsi que les perquisitions lundi contre des leaders de l'opposition.
             
"Tout cela montre bien le système de verticale du pouvoir mis en place par Poutine, mais le résultat, c'est que les gens sont encore plus nombreux à venir manifester", estime cet homme de 58 ans, alors que les organisateurs annoncent plus de 100.000 participants, 18.000 selon la police.
             
"Ces mesures ne vont aboutir qu'à une radicalisation de l'opposition", dit-il au milieu de la foule exhibant des banderoles aux slogans les plus divers, "la Russie sans Poutine" et "Poutine voleur" étant les plus répandus à cette "marche des millions".
             
De nombreux sympathisants de l'opposition agitent des drapeaux orange (mouvement libéral Solidarnost), rouges (Front de gauche) blanc et vert (parti libéral Iabloko).
             
Dans l'avenue Sakharov où les orateurs se succèdent à la tribune, des nationalistes agitant des drapeaux jaune et noir font une entrée bruyante en tapant sur une grosse caisse et des batteries.
             
Pendant que Boris Nemtsov, un leader de l'opposition libérale et ancien ministre du président Boris Eltsine, s'en prend au régime de Vladimir Poutine, des étudiants dans la foule ignorent ce qui se passe à la tribune et forment un grand cercle, dénoncent le prix élevé des études et réclament une médecine gratuite.
             
Derrière eux, des manifestants se présentant comme des "patriotes de Russie" exhibent une banderole à la gloire du président syrien: "Assad défend son pays".
             
"Poutine, lui, ne défend pas son pays, mais les intérêts de l'impérialisme américain", estime Alexandre Dourniev, un "patriote" qui réclame le départ du président russe mais ne souhaite pas le voir remplacé par des membres de l'opposition libérale "comme Nemtsov qui ne pensent qu'à arriver au pouvoir pour faire la même chose", dit-il.
             
Une femme de la même mouvance, qui refuse de décliner son identité, s'en prend aussi au "voleur Poutine, devenu l'un des hommes les plus riches du monde", tout en fustigeant les leaders de l'opposition libérale "qui représentent les intérêts de l'Amérique".
             
Un peu plus loin, d'autres manifestants anti-Poutine déroulent une banderole de leur mouvement, le groupe d'initiative pour la tenue d'un référendum (IGPR). "Nous exigeons que les gens au pouvoir répondent de leurs actes", explique l'un des ses membres, Kirill Tratko.
             
Au milieu de l'avenue, un petit groupe de communistes et d'anarchistes eux aussi critiques à l'égard de Poutine, ignorent les discours des leaders de l'opposition et se querellent bruyamment autour de la statue d'un poète récemment déboulonnée.
             
Seul avec son drapeau blanc où il a écrit Facebook, un manifestant vante les mérites du réseau social: "Facebook, c'est la meilleure arme contre Poutine, c'est notre meilleure artillerie", dit Philippe Talanov, un designer de 45 ans, en référence aux révoltes populaires du Printemps arabe.
             
 

Première publication : 12/06/2012

  • RUSSIE

    Les anti-Poutine manifestent en nombre dans un Moscou bouclé par la police

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Perquisitions chez des leaders de l'opposition avant une marche anti-Poutine

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Pourquoi Poutine ne fait plus rêver les Russes ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)