Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

FRANCE

L’UMP s'amuse du "vaudeville à l'Élysée" après le tweet de Trierweiler

Vidéo par France 3

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/06/2012

En soutenant le dissident PS aux dépens de Ségolène Royal aux législatives à La Rochelle, Valérie Trierweiler a suscité des tensions au sein du Parti socialiste. Sous l’œil amusé de l’UMP...

C’est un tweet qui restera dans l’histoire. En 140 caractères, Valérie Trierweiler a provoqué un drame dans l’antre du Parti socialiste. Ce mardi 12 juin, la compagne du chef de l'État François Hollande a publié sur Twitter un message de soutien au dissident du Parti socialiste qui dispute un siège de député à Ségolène Royal dans la première circonscription de Charente-Maritime. "Courage à Olivier Falorni qui n'a pas démérité, qui se bat aux côtés des Rochelais depuis tant d'années dans un engagement désintéressé", écrit-elle. Pour le plus grand plaisir de la droite, qui se réjouit de voir le camp socialiste se diviser à quelques jours du deuxième tour des législatives.

À peine publié, ce message a transformé la présidence "normale" tant voulue par François Hollande en une saga people. Et plusieurs personnalités de l’UMP se frottent les mains de pouvoir ironiser sur la situation. C'est ‘Dallas’ à l'Élysée !", a réagi Geoffroy Didier, un conseiller régional UMP tandis que le député Eric Ciotti parle d’un "vaudeville [qui] entre à l'Élysée".

La présidente du Front national, Marine Le Pen, y va également de son commentaire sur son compte twitter. "Mme Trierweiler réglant ses comptes avec l'ex de son compagnon, accessoirement président de la République : Juste pitoyable, ça promet", écrit-elle.

Le PS tente de minimiser l’affaire

Cette histoire, premier accroc du quinquennat de François Hollande, est digne d’un scénario de série B. Le tweet est publié vers midi, quand dans le même temps à La Rochelle, Ségolène Royal fait part du soutien écrit du chef de l'État dans sa profession de foi pour le second tour. Dans ce document, le président souligne: "Ségolène Royal est l'unique candidate de la majorité présidentielle qui peut se prévaloir de mon soutien et de mon appui".

À La Rochelle, Aubry apporte son soutien à Royal

Dans le camp socialiste, les ténors grincent des dents. Martine Aubry, qui s'est déplacée mardi à La Rochelle pour porter secours à Ségolène Royal, a tenté de minimiser l’affaire : "La seule chose qui nous importe, c'est le soutien de François Hollande à Ségolène Royal, il est clair, il est net".

D’autres ont mal réagi, à l’image de Jean-Louis Bianco qui n'a pas caché sa colère. "Nous n'avons pas élu Valérie Trierweiler, nous avons élu François Hollande, donc je demande: 'De quoi se mêle-t-elle ?', s'est insurgé le député socialiste proche de Royal. De son côté, Ségolène Royal, créditée de 32,3 % des voix, n’a pas souhaité faire de commentaires. À l'instar du président français, qui ne s’est pas exprimé sur le sujet.

Falorni remercie Trierweiler pour ce "beau message d'amitié"

Le clin d’œil inattendu de la compagne de François Hollande reste une "belle surprise" pour Olivier Falorni, cet ancien chef de la fédération locale du PS qui, fort de son score de 28,9 %, a refusé de retirer sa candidature contre celle qu’il considère comme une parachutée. "C'est un beau message d'amitié auquel je ne suis pas insensible", a-t-il déclaré au micro de FRANCE 24.

Réputée franche et entière, Valérie Trierweiler s'était confiée, le 24 avril, dans les colonnes de "Femme actuelle" : "François me fait totalement confiance. Sauf sur mes tweets ! […] Certains aimeraient que je réagisse moins sur ce réseau social mais tout le monde respecte ma liberté. J'ai du caractère, on ne peut pas me brider", déclarait-elle alors.

Première publication : 12/06/2012

  • LÉGISLATIVES FRANÇAISES

    Dans un tweet, Valérie Trierweiler encourage Falorni contre Royal

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES FRANÇAISES

    Le périlleux bras de fer de Ségolène Royal à La Rochelle

    En savoir plus

  • FRANCE

    Valérie Trierweiler, "la Première journaliste de France", épinglée par la presse

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)