Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

FRANCE

Dans un tweet, Valérie Trierweiler encourage Falorni contre Royal

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/06/2012

Dans un tweet qui a déjà fait le tour de la Toile, Valérie Trierweiler apporte son soutien au dissident socialiste Olivier Falorni, qui maintient sa candidature au second tour des législatives face à Ségolène Royal à La Rochelle.

 

C’est l’histoire d’un tweet qui n’est pas passé inaperçu. Ce mardi 12 juin, Valérie Trierweiler a publié sur Twitter un message de soutien au dissident du Parti socialiste qui dispute un siège de député à Ségolène Royal dans la première circonscription de Charente-Maritime. "Courage à Olivier Falorni qui n'a pas démérité, qui se bat aux côtés des Rochelais depuis tant d'années dans un engagement désintéressé", écrit la compagne du chef de l’État, François Hollande. L’ancienne candidate socialiste à la présidentielle appréciera…
 
 
À peine posté, le message provoque une vague de réactions médusées sur les réseaux sociaux. D’aucuns jugeant la prise de position trop outrancière pour y croire. Comment la Première dame peut-elle publiquement déjuger celle qui fut pendant près de 30 ans la compagne de François Hollande ? Comment peut-elle laisser son inimitié envers Ségolène Royal dépasser le strict cadre de la sphère privée ? Sûrement le compte Twitter de Valérie Trierweiler a-t-il été piraté, ont voulu se convaincre certains. Telle Valérie Pécresse, l'ancienne ministre de l'Enseignement supérieur de Nicolas Sarkozy, qui s'est demandée s'il ne s'agissait pas tout simplement d'un "fake". Il aura fallu attendre une petite heure avant que l'intéressée ne confirme ses encouragements à l'AFP.
 
"Psychodrame à La Rochelle !"
 
L’éventualité d’un détournement avait été de toute façon très vite écartée sur Twitter. Non sans humour, Vincent Glad, chroniqueur au Grand Journal de Canal+, écrivait : "Bon, c'est pas un piratage le tweet de @valtrier, on retrouve dans tous ses tweets ce petit souci avec le d apostrophe http://t.co/BgpHDlGS". Dans l’esprit cour de récré, @AlexisGerot ironisait quant à lui : "Hollande n'a pas d'autres ex-copines qui pourraient aussi soutenir Falorni ? C'est les feux de l'amour au PS !"
 
 
Falorni remercie Trierweiler pour ce "beau message d'amitié"
Il se trouve que, le 24 avril, Valérie Trierweiler affirmait déjà lors d’une interview accordée à "Femme actuelle" : "François me fait totalement confiance. Sauf sur mes tweets ! […] Certains aimeraient que je réagisse moins sur ce réseau social mais tout le monde respecte ma liberté. J'ai du caractère, on ne peut pas me brider."

Une "belle surprise"

De son côté, Ségolène Royal, qui depuis le début de la campagne pour les législatives s’agaçait d’un "on ne m’aura rien épargné", n’a pas souhaité faire de commentaire.

"C'est un beau message d'amitié auquel je ne suis pas insensible", s’est pour sa part réjoui Olivier Falorni au micro de FRANCE 24. Le clin d’œil inattendu de la compagne de François Hollande constitue en effet une "belle surprise" pour cet ancien chef de la fédération locale du PS qui, fort de son score de 28,9 %, a refusé de retirer sa candidature contre celle qu’il considère comme une parachutée.

En difficulté, Ségolène Royal, créditée de 32,3 % des voix, a ainsi pu compter sur le soutien de la première secrétaire du PS, Martine Aubry, qui a fait, ce mardi, le déplacement jusqu’à La Rochelle.

À La Rochelle, Aubry apporte son soutien à Royal

Peu après le "tweet" vachard de la Première dame, qui a décidé de continuer à exercer sa profession de journaliste malgré son rôle, la patronne des socialistes a tenu a réaffirmé l'importance du soutien apporté par François Hollande, revendiqué quelques heures plus tôt par Ségolène Royal et qui est mentionné sur sa profession de foi. "La seule chose qui nous importe, c'est le soutien de François Hollande à Ségolène Royal, il est clair, il est net", a déclaré ce mardi la maire de Lille. Ambiance.
 

Première publication : 12/06/2012

  • LÉGISLATIVES FRANÇAISES

    Le périlleux bras de fer de Ségolène Royal à La Rochelle

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES FRANÇAISES

    Royal/Falorni : guerre des roses à La Rochelle

    En savoir plus

  • FRANCE

    Valérie Trierweiler, "la Première journaliste de France", épinglée par la presse

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)