Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Au Zimbabwe, le spectre de la crise économique plane toujours

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

Dernière modification : 13/06/2012

"Diplomatweet"

Presse française, Mercredi 13 juin. Au menu de la presse française, une gaffe signée Valérie Trierweiler, un rendez-vous à l’Elysée pour le SPD allemand, l’implosion du mur anti-FN, et les difficultés du système pénal français.

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook…

Il est beaucoup question ce matin dans la presse française d’un tweet signé Valérie Trierweiler, la compagne de François Hollande. Un message où elle déclare son soutien au candidat dissident Olivier Falorni, qui affronte Ségolène Royal à la Rochelle.

Un message où elle écrit: «Courage à Olivier Falorni qui n’a pas démérité, qui se bat aux côtés des Rochelais depuis tant d’années dans un engagement désintéressé» ; une déclaration qui a littéralement enflammé la twittosphère, hier, provoqué les moqueries de la droite et l’embarras des socialistes. Un premier faux pas qui lui vaut ce titre matin à la Une de Libération: «La première gaffe de France». Libé se désole d’une qui «nous ramène à certains errements du sarkozysme»,  «au mélange entre vie publique et vie privée».

Cette consternation est largement partagée par la presse française, qui évoque tantôt un «vaudeville», tantôt «le fiel des inimitiés personnelles entre femmes dans le chaudron politique». Une «drôle d’image est offerte d’un président pris en sandwich entre deux femmes de caractère» constate le Républicain Lorrain.

Ségolène Royal et Valérie Trierweiler, qu’on retrouve dans ce dessin du Parisien où la première s’indigne: «Valérie, t’as osé soutenir mon adversaire contre tout le PS ?», et celle-ci lui répond : «Je vais t’apprendre ce que c’est la bravitude !».

François Hollande, quant à lui, s’apprête à recevoir aujourd’hui à l’Elysée l’état-major de Parti-social démocrate allemand. Le SPD est en ce moment dans l’opposition, mais il pourrait marquer des points aux législatives de septembre prochain, et parvenir à grignoter l’espace d’Angela Merkel. La chancelière allemande, qui avait refusé de recevoir François Hollande au cours de sa campagne: l’ex-candidat désormais président s’apprête à lui rendre une petite politesse. Le but de cette rencontre, d’après le Figaro, serait notamment de tenter d’assouplir la position de la chancelière sur la crise que traverse en ce moment l’eurozone.

Et pendant ce temps-là, la campagne des législatives se poursuit, avec, toujours, la polémique sur le refus de l’UMP de participer à un Front républicain pour contrer le FN. Pour le quotidien l’Humanité, l’ex-majorité serait tout simplement en train de «perdre son âme» et nagerait désormais «en eaux brunes».

«Le mur anti-FN a implosé», d’après Marine Le Pen, qui a accordé une interview au Télégramme de Brest, où évidemment elle se frotte les mains des divisions de la droite.

Et puis il est aussi question ce matin du problème de la surpopulation carcérale en France, un problème qui est évoqué à la Une le quotidien gratuit 20 minutes, auquel le contrôleur général des prisons Jean-Marie Delarue a accordé une interview. Dans cet entretien, il explique qu’avec plus de 67 000 détenus pour près de 57 000 places, «la situation est devenue critique».

La prison et la récidive qui sont l’objet ce matin d’un texte publié par Libération dans lequel des sociologues, des magistrats et des conseillers d’insertion prônent de nouvelles pistes après ce qu’ils estiment avoir été dix ans de politique sécuritaire.

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

20/01/2017 Donald Trump

"C'est parti pour le show"

Toute la presse française titre ce matin, presque sans exception, sur l’investiture de Donald Trump. Les journaux reviennent également sur le dernier débat avant le premier tour...

En savoir plus

20/01/2017 Donald Trump

"Du neuf dans un nouveau monde"

La presse mondiale revient ce matin évidemment sur l’investiture de Donald Trump. La situation en Gambie n’est toutefois pas oubliée.

En savoir plus

18/01/2017 Revue de presse internationale

"Ne l'appelez plus Theresa Maybe"

Au menu de la revue de presse internationale de ce mercredi, les commentaires des journaux anglo-saxons après le Brexit radical décidé par Londres. Les amateurs de jeux de mots...

En savoir plus

18/01/2017 Brexit

"Brexit et météo : le froid s'installe"

"Ressenti" est le mot à la Une de la revue de presse française de ce mercredi. Il y a le ressenti des journaux après le choix d'un Brexit radical décidé hier par Theresa May. Il...

En savoir plus

17/01/2017 Revue de presse internationale

"Le Royaume-Uni libéré, délivré"

Au menu de cette revue de presse internationale, mardi 17 janvier, le discours très attendu de Theresa May sur le Brexit et la réaction des Européens aux critiques de Donald...

En savoir plus