Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, directeur général de Prudential

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

  • En direct : "Aucune hypothèse écartée pour le crash de l'avion d'Air Algérie" déclare Hollande

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un manifestant palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

FRANCE

La gauche sévère avec ValérieTrierweiler, la droite pilonne

Vidéo par France 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/06/2012

Après la polémique soulevée par le tweet de Valérie Trierweiler, Jean-Marc Ayrault a estimé que la compagne du président devait apprendre à jouer "un rôle discret". La droite demande, elle, un encadrement du rôle de la Première dame.

Valérie Trierweiler affirme que son compte a été piraté mercredi

 

Valérie Trierweiler a affirmé à l'AFP que son compte Twitter avait été "apparemment piraté" ce mercredi, alors qu'un nouveau tweet est apparu sous son compte sur le réseau social, après celui retentissant de mardi.

Ce tweet, publié à 17H49 sur le compte de la compagne du président François Hollande --@valtrier-- ne comporte qu'un lien renvoyant à l'extrait d'un article du site d'information Rue89. L'article affirme qu'elle aurait demandé en vain au Monde le retrait de deux photos la montrant assistant à la prise de vue de Raymond Depardon photographiant le chef de l'Etat dans le parc de l'Elysée.

 

AFP - La gauche, Jean-Marc Ayrault en tête, a été sévère mercredi contre Valérie Trierweiler et son tweet incendiaire, tandis que la droite, goguenarde, amorçait un débat sur la nécessité d'un statut encadrant le rôle de première dame de France.           

Ayant déclenché une polémique en soutenant, à contre-pied du président, le rival dissident de Ségolène Royal aux législatives à La Rochelle, Mme Trierweiler doit apprendre à rester sur la réserve, a tancé le Premier ministre. "C'est un rôle discret qui doit être le sien, et qui n'est pas facile à trouver". "Chacun doit être à sa place", a-t-il dit à l'émission Questions d'info LCP/France Info/AFP/Le Monde.
             
En fin d'après-midi, un nouveau tweet (micro-message) publié sur le compte de Valérie Trierweiler, a créé la surprise: il renvoyait à un extrait d'article du Monde affirmant qu'elle avait tenté d'obtenir le retrait de deux photos la montrant assistant à la prise de vue de Raymond Depardon photographiant le chef de l'Etat dans le parc de l'Elysée.
             
Mais questionnée par l'AFP, la journaliste a affirmé ne pas avoir posté ce tweet, ajoutant que son compte avait été "apparemment piraté".
             
Elle a en outre dit qu'elle n'avait "jamais demandé le retrait de photos". Plus tard dans la soirée, le Monde a précisé sur son site que "Valérie Trierweiler n'a pas appelé directement la rédaction", contrairement à ce qui était écrit dans l'article en question. Selon le site du journal, "c'est l'agence Magnum (dont Depardon est membre) qui a appelé Le Monde.fr pour faire savoir que Mme Trierweiler demandait le retrait des deux photos sur lesquelles elle apparaissait".
             

Le premier tweet, celui qui a provoqué la polémique, a auparavant conduit d'autres voix au PS à critiquer la stupéfiante initiative de la journaliste. "Une faute", a tranché Claude Bartolone, en avertissant: "Un tweet ça va, deux tweets bonjour les dégâts".
       

Très proche de M. Hollande, François Rebsamen a jugé qu'elle était sortie de son rôle: "Il faut qu'elle apprenne la réserve qui doit être la sienne".
             
Seule la ministre Marisol Touraine a plaidé la défense: "Cette affaire prend des proportions que je trouve un peu déplacées. C'est un positionnement privé", "je ne crois pas qu'elle ait cherché à contredire le président".
             
"C'est l'écume des choses", a relativisé la première secrétaire Marine Aubry.

"Chacun doit être à sa place", Jean-Marc Ayrault

            
La droite ravie de l'aubaine
             
Ravie de l'aubaine après un premier tour des législatives remporté par la gauche, la droite a continué à pilonner. Ayant décoché une des premières réactions au tweet mardi midi ("Le vaudeville entre à l'Elysée"), l'UMP Eric Ciotti a lancé mercredi matin de nouvelle flèches: "Cette affaire ridiculise notre pays, ridiculise le chef de l'Etat".
             
Falorni remercie Trierweiler pour ce "beau message d'amitié"
Dans un registre plus atténué, l'ex-ministre du Budget Valérie Pécresse a dit ne pas avoir envie de se demander si "François Hollande peut gérer son couple" mais s'il "peut gérer la crise".
             
L'UMP Patrick Ollier suggère de tirer une "leçon de cette faute": qu'une loi organique crée un statut, aujourd'hui inexistant, pour la conjointe du chef de l'Etat.
             
Il s'agirait, aux yeux de l'ex-ministre des Relations avec le Parlement, d'encadrer le domaine d'intervention de la première dame - terme jugé désuet par Mme Trierweiler. "Comment pourrions-nous tolérer une prise de position contradictoire de la compagne du président de la République sur un sujet international par exemple?".
             
Ex-porte-parole de Nicolas Sarkozy, Nathalie Kosciusko-Morizet juge aussi que "ce qui pose problème, c'est le statut". "On ne sait pas si Valérie Trierweiler s'exprime comme compagne du président de la République, s'exprime comme militante socialiste ou s'exprime comme journaliste engagée". Une clarification s'impose, selon elle.
             
Ce n'est pas l'avis du secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé. Il n'a pas d'avis sur cette question éventuellement politique, plus certainement people, mais "certainement pas un sujet institutionnel".
             
De même pour M. Ayrault, "il n'y a pas de statut, ce n'est pas le sujet central". Il a réaffirmé la ligne hollandaise: "Ne pas mélanger vie publique et vie privée". Ligne totalement contredite par le tweet de sa compagne, s'amuse la droite.
             
Les responsables socialistes se sont tous rejoints pour déplorer que le tweet ait occulté ce que M. Bartolone qualifie d'"attouchements" entre UMP et FN. La droite s'empare de cette affaire pour "cacher ses propres turpitudes", a ainsi dit M. Rebsamen. Pour le chef de gouvernement, "la droite surexploite cet épisode".

 

Première publication : 13/06/2012

  • FRANCE

    Valérie Trierweiler, "la Première journaliste de France", épinglée par la presse

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES FRANÇAISES

    Le périlleux bras de fer de Ségolène Royal à La Rochelle

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES FRANÇAISES

    L’UMP s'amuse du "vaudeville à l'Élysée" après le tweet de Trierweiler

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)