Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Mort d'Adama Traore : La troisième autopsie n'aura pas lieu

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Hillary Clinton, la candidate démocrate à la Maison Blanche

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attaques terroristes en Europe, quelles solutions face à la menace ?

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : les Jeux olympiques des réfugiés

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Le vrai antidote contre l’EI, c’est la culture"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Les toits de Paris, un trésor entre ciel et terre

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Athènes, la culture plus forte que la crise

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

EDF adopte le projet d'EPR à Hinkley Point, Londres temporise

En savoir plus

LE DÉBAT

Hillary Clinton peut-elle conquérir la Maison Blanche ? (partie 1)

En savoir plus

Economie

Crise de la dette : Hollande et Monti s'accordent sur le rôle de la croissance

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/06/2012

Le président français François Hollande et le chef du gouvernement italien Mario Monti se sont accordés, ce jeudi, sur les moyens à adopter pour relancer la croissance et enrayer la crise financière de la zone euro.

AFP - Les discussions à Rome entre le chef du gouvernement italien Mario Monti et le président français François Hollande ont fait émerger "une très forte convergence de vues" entre les deux pays sur les moyens d'enrayer la crise de la zone euro, a déclaré jeudi M. Monti.

Les deux dirigeants ont jugé "positivement" tout ce qui a été fait jusqu'à présent face à la crise, mais "les progrès importants y compris dans la gouvernance de la zone euro ne sont pas suffisants pour mettre l'euro à l'abri des turbulences des marchés", a ajouté M. Monti devant la presse.



"Nous devons agir pour renforcer les points actuellement faibles du système", a-t-il ajouté.

Il a en même temps souligné avoir partagé avec M. Hollande l'idée "d'une plus grande attention à la croissance, ce qui ne signifie pas l'abandon ou une attention moindre envers la discipline budgétaire".

M. Monti a souligné avoir discuté avec M. Hollande de "la dette souveraine et des instruments pour rétablir la confiance concernant les pays les plus exposés".

Dans ce cadre, les deux dirigeants ont "échangé des opinions sur l'hypothèse" d'une "émission commune de titres" obligataires, baptisés euro-obligations.

A propos du risque d'une sortie de la Grèce de l'euro, M. Monti s'est montré optimiste.

"Les élections auront lieu dans trois jours en Grèce : je désire réaffirmer le souhait, et nous en avons parlé avec M. Hollande, qu'Athènes reste dans l'euro et respecte ses engagements", a déclaré M. Monti.

M. Hollande a dit "partager complètement" l'opinion du président du Conseil italien tout en soulignant: "c'est un pays souverain, c'est au peuple de décider".

M. Monti a confirmé sa vocation à faire le "pont" avec l'Allemagne en assurant que la chancelière allemande Angela Merkel est "comme moi-même, Hollande et les autres chefs d'Etat en permanence à la recherche de solutions pour l'Europe".

"J'ai toujours trouvé chez Mme Merkel un grand intérêt à trouver les meilleures solutions soit sous l'aspect de la croissance, soit sous l'aspect de la stabilité", a estimé M. Monti.

De l'importance de la croissance

Première publication : 14/06/2012

  • ZONE EURO

    François Hollande demande aux Grecs de tenir leurs engagements

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Après Fitch, Moody's dégrade à son tour la note souveraine de l'Espagne

    En savoir plus

  • ITALIE

    Rome adopte un plan de libéralisation pour relancer la croissance

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)