Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

FRANCE

Les dessous du tweet de Valérie Trierweiler

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/06/2012

La compagne de François Hollande aurait menacé le président avant de publier le tweet dévastateur où elle exprime son soutien au dissident socialiste qui se présente contre Ségolène Royal au second tour des législatives à La Rochelle.

Journaliste politique à l’hebdomadaire "Le Point", Anna Cabana dit avoir obtenu des précisions venant de "plusieurs sources" concordantes sur les dessous de l’affaire du tweet de Valérie Trierweiler .

Mardi 12 juin au matin, Valérie Trierweiler est très mécontente d’apprendre que François Hollande a accordé son soutien à Ségolène Royal contre Olivier Falorni dans la bataille des législatives à La Rochelle par un message adressé aux électeurs de sa circonscription, explique la journaliste dans un entretien accordé à BFM-TV. "Ils ont une conversation au téléphone alors que François Hollande est dans son bureau où elle lui dit : 'Tu as fait ça sans m’avertir. Tu vas voir ce dont je suis capable.'"

Une heure et quart plus tard, selon la journaliste, la compagne de François Hollande poste son tweet après avoir prévenu le dissident Olivier Falorni. "François Hollande, lui, va découvrir le procédé en même temps que tout le monde", ajoute la grand reporter du "Point".

Hollande "sous le choc"

Désaccord profond entre le président et sa compagne ? "C’est vrai, ils ne sont pas sur la même position", admet le conseiller de la Première dame à l’Élysée, Patrice Biancone, dans les colonnes du journal "Le Parisien". Et de rappeler qu’"il y a eu des précédents", allusion aux désaccords publics entre Cécilia et Nicolas Sarkozy, et entre François et Danielle Mitterrand.

Dès qu’il prend connaissance du tweet, François Hollande est "sous le choc", écrivent Frédéric Gerschel et Éric Hacquemand dans "le Parisien". "Le président de la République était très énervé. Il l’a très mal pris", a confié "un intime"  de François Hollande aux deux journalistes. "C’est un homme pudique. Elle a dépassé les bornes. Cela risque d’écorner son image", ajoute cette source.

De son côté, Ségolène Royal s’est dite "meurtrie" dans une interview accordée au quotidien "Libération". "Le coup était trop violent", explique-t-elle. Mais, ajoute-t-elle, "je mène un combat politique difficile et je me dois de tenir bon".

Le tweet de l'embarras

Première publication : 14/06/2012

  • LÉGISLATIVES FRANÇAISES

    Pour Royal, le tweet de Trierweiler était un "coup trop violent"

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES FRANÇAISES

    La gauche sévère avec ValérieTrierweiler, la droite pilonne

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES FRANÇAISES

    La presse française ironise sur le tweet de Valérie Trierweiler

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)