Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bachar al-Assad au 20H

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Afrique du sud : l'armée déployée pour faire face aux violences xénophobes

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Le plan de Hollande pour l'emploi des jeunes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le Bureau des légendes" : Une série d'espionnage entre psychologie et action

En savoir plus

FOCUS

Beate et Serge Klarsfeld : un couple qui a dédié sa vie à la traque des nazis

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Méditerranée : "Le cimetière marin"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Derrière les islamistes, les bassistes"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Selon Pierre-René Lemas (CDC), il faut commencer à baisser les impôts

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Méditerranée : Deux fois plus de morts que pour le Titanic en un an

En savoir plus

Economie

L'extravagance numérique s'expose à Futur en Seine

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 15/06/2012

Plus de 80 projets d'innovations numériques censés améliorer ou changer le quotidien sont présentés à Paris à l'occasion du festival international du numérique Futur en Seine. Morceaux choisis.

Certaines sont utiles, d'autres beaucoup moins, mais toutes ont la prétention de représenter le nec plus ultra technologique. Les innovations présentées à Paris du 14 au 24 juin lors de la troisième édition de Futur en Seine, le festival international du numérique, reflètent le foisonnement inventif du secteur des nouvelles technologies.

Plus de 80 projets artistiques, pédagogiques ou commerciaux sont présentés au 104, faisant de ce lieu emblématique de l'art contemporain dans le nord de la capitale française un temple temporaire du numérique. A l'origine de ce festival soutenu financièrement principalement par la région IDF, Cap Digital, une association parisienne de promotion de la culture numérique, qui espère réitérer le succès de son édition 2009 qui avait attiré plus de 80 000 personnes. FRANCE 24 a rencontré certaines des jeunes entreprises qui participent au festival et se veulent à la pointe de la révolution numérique.

Jazz, le robot téléporteur

Le robot Jazz, roi de la téléportation

Un robot, c'est amusant, mais aussi parfois utile. Jazz, développé depuis 2009 par l'entreprise française Gostai, peut ainsi rendre de fiers services à des personnes qui ne peuvent pas se déplacer.

Ce robot équipé d'une webcam permet d'être à deux endroits à la fois : devant son ordinateur mais aussi avec Jazz à l'autre bout du monde, voire dans la pièce à côté. "J'ai connu une personne handicapée physique qui a pu animer une conférence devant une centaine de personne grâce à Jazz", se souvient Jean-Charles Mammana, l'un des responsables de Gostai.

Ce petit bijou technologique n'est pas à la portée de toutes les bourses : il vaut ente 10 000 et 20 000 euros selon les options choisies.

 

Établi numérique

Pour les enfants d'aujourd'hui, le papier et le crayon paraîssent sans doute aussi

délicieusement suranés que la plume et l'encrier pour les écoliers de la fin du siècle dernier.

L'établi numérique, un immobilier intéractif du centre de création numérique d'Issy-les-Moulineaux Le Cube, contribue à rendre les bambins du XXIe siècle plus technophiles.

Cette table, encore au stade de prototype après deux années de développement, est une grande palette graphique reliée à un ordinateur pour les enfants de trois à six ans. Le maître d'école peut charger sur ce mobilier intéractif des exercices pédagogiques récupérés sur le site du collectif. Il y en a pour tous les goûts : dessins collectifs, apprentissage de l'alphabet ou des couleurs.

Artistiquement votre

L'artiste française Albertine Meunier, du collectif français d'artistes numériques La Tapisserie, a réalisé trois œuvres autour du temps sur Internet. Ainsi, "Au-delà de 1m/s" [1 mètre par seconde ndlr] est un mécanisme relié à Internet qui libère une boule à chaque fois que Google indexe une page contenant la phrase "je pense". "Le dispositif interroge le moteur de recherche toutes les 30 secondes", explique l'artiste.

 

Multiplateformes

C'est une web-série, un jeu de société, une expérience de Web social et aussi une application de réalité augmentée... En clair, c'est un projet complexe et ambitieux : La Kolok, du studio de production transmédia "Le vent tourne", est une expérience à vivre sur plusieurs supports (ordinateur, plateau de jeu et smartphone).

Au cœur de ce projet, une web-série de cinq épisodes qui met en scène les péripéties de trois colocataires qui apprenent à vivre ensemble. Ses personnages utilisent, en même temps, chacun un réseau social (Twitter, Facebook et un blog photo) pour communiquer avec les web-spectateurs.

"Au-delà du divertissement, nous souhaitons également faire passer un message en faveur de la consommation solidaire aux jeunes de 14 à 20 ans", affirme Pierre Boisson, qui a participé au developpement de ce projet. Le studio de production réalise en parallèle à la web-série un jeu de société censé apprendre aux plus jeunes à manger sain et équilibré.

À la fin de cette aventure - au printemps 2013 -, une application de réalité augmentée doit voir le jour sur smartphone. Ses contours sont encore flou, mais il s'agira "d'une sorte de chasse au trésor dans le XIe arrondissement autour du thème du traitement des déchets".

Glanés au fil du festival

Première publication : 14/06/2012

  • INTERNET

    Ces nouveaux noms de domaine qui vont changer la face du Web

    En savoir plus

  • TECHNOLOGIES

    Quand les SDF sont transformés en relais internet ambulant

    En savoir plus

  • TECHNOLOGIES

    L'iPad troisième génération, une évolution plus qu'une révolution

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)