Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La seconde guerre mondiale s'invite dans la campagne

En savoir plus

JOURNAL DE CAMPAGNE

La seconde guerre mondiale s'invite dans la campagne présidentielle

En savoir plus

BILLET RETOUR

Nicaragua : que reste-t-il de la révolution promise ?

En savoir plus

TECH 24

Les "makers" ont du cœur

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

"Pointu" à Sanary, "barquette" à Marseille : deux noms pour un bateau séculaire

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Whirlpool : le nouveau Florange

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macron face à Le Pen : le choc de deux France ?

En savoir plus

FOCUS

Égypte : rencontre avec les coptes, une communauté menacée

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Femua 2017 : les musiques urbaines à l'honneur à Abidjan

En savoir plus

Afrique

Le ministère de l'Intérieur interdit toute manifestation vendredi en Tunisie

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/06/2012

Les autorités tunisiennes ont annoncé qu'"aucune manifestation [ne serait] autorisée vendredi". Une décision sous forme de réponse aux salafistes qui ont lancé des appels à se rassembler après la grande prière pour défendre "les valeurs du sacré".

AFP - Le ministère de l'Intérieur n'a autorisé aucune manifestation pour vendredi en Tunisie, a déclaré à l'AFP le porte-parole du ministère Khaled Tarrouche, alors que plusieurs appels à défendre "les valeurs du sacré" après la prière ont été lancés, notamment par des salafistes.

"Le ministère de l'Intérieur n'a autorisé l'organisation d'aucune marche pour demain", a déclaré M. Tarrouche, ajoutant que la "loi serait appliquée contre tout acte de violence".



"Des appels à la violence circulent sur Facebook", a-t-il souligné.

Plusieurs membres de la mouvance salafiste ont lancé depuis le début de la semaine des appels à manifester après la grande prière du vendredi, pour dénoncer les "atteintes aux valeurs du sacré", à la suite d'une exposition controversée et prise pour cible par des salafistes présumés.

Dans une vidéo mise en ligne en début de semaine --non authentifiée--, un leader salafiste, Abou Ayoub, avait appelé les Tunisiens à "se soulever vendredi après la prière, en réponse à ceux qui se moquent de l'islam".

Des oeuvres jugées insultantes exposées la semaine dernière à La Marsa, chic banlieue nord de Tunis, ont servi de détonateur à la flambée de violences du début de semaine en Tunisie, qui a fait un mort et plus de 100 blessés.

Le mouvement islamiste Ennahda, qui domine le gouvernement et l'Assemblée nationale, a lui aussi appelé mercredi à "une marche pacifique pour défendre la révolution et les valeurs du sacré".

Selon M. Tarrouche, l'interdiction s'applique également à cette marche.

Un responsable au sein du parti Ennahda a indiqué qu'une "demande avait été présentée pour un rassemblement à la Kasbah (siège du gouvernement à Tunis) vendredi à 13H00" et qu'il n'y avait "pas de réponse pour le moment" de l'Intérieur.

 

Première publication : 14/06/2012

  • TUNISIE

    L'ancien président Ben Ali condamné par contumace à la prison à vie

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Tunis dénonce les "extrêmistes" et les "provocations artistiques"

    En savoir plus

  • SUR LES OBSERVATEURS

    Les artistes refusent d’être les "boucs émissaires" des violences en Tunisie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)