Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

Afrique

Le ministère de l'Intérieur interdit toute manifestation vendredi en Tunisie

Vidéo par Christophe DANSETTE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/06/2012

Les autorités tunisiennes ont annoncé qu'"aucune manifestation [ne serait] autorisée vendredi". Une décision sous forme de réponse aux salafistes qui ont lancé des appels à se rassembler après la grande prière pour défendre "les valeurs du sacré".

AFP - Le ministère de l'Intérieur n'a autorisé aucune manifestation pour vendredi en Tunisie, a déclaré à l'AFP le porte-parole du ministère Khaled Tarrouche, alors que plusieurs appels à défendre "les valeurs du sacré" après la prière ont été lancés, notamment par des salafistes.

"Le ministère de l'Intérieur n'a autorisé l'organisation d'aucune marche pour demain", a déclaré M. Tarrouche, ajoutant que la "loi serait appliquée contre tout acte de violence".



"Des appels à la violence circulent sur Facebook", a-t-il souligné.

Plusieurs membres de la mouvance salafiste ont lancé depuis le début de la semaine des appels à manifester après la grande prière du vendredi, pour dénoncer les "atteintes aux valeurs du sacré", à la suite d'une exposition controversée et prise pour cible par des salafistes présumés.

Dans une vidéo mise en ligne en début de semaine --non authentifiée--, un leader salafiste, Abou Ayoub, avait appelé les Tunisiens à "se soulever vendredi après la prière, en réponse à ceux qui se moquent de l'islam".

Des oeuvres jugées insultantes exposées la semaine dernière à La Marsa, chic banlieue nord de Tunis, ont servi de détonateur à la flambée de violences du début de semaine en Tunisie, qui a fait un mort et plus de 100 blessés.

Le mouvement islamiste Ennahda, qui domine le gouvernement et l'Assemblée nationale, a lui aussi appelé mercredi à "une marche pacifique pour défendre la révolution et les valeurs du sacré".

Selon M. Tarrouche, l'interdiction s'applique également à cette marche.

Un responsable au sein du parti Ennahda a indiqué qu'une "demande avait été présentée pour un rassemblement à la Kasbah (siège du gouvernement à Tunis) vendredi à 13H00" et qu'il n'y avait "pas de réponse pour le moment" de l'Intérieur.

 

Première publication : 14/06/2012

  • TUNISIE

    L'ancien président Ben Ali condamné par contumace à la prison à vie

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Tunis dénonce les "extrêmistes" et les "provocations artistiques"

    En savoir plus

  • SUR LES OBSERVATEURS

    Les artistes refusent d’être les "boucs émissaires" des violences en Tunisie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)