Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

SPORT

Euro-2012 : pour les Bleus, la victoire, c'est maintenant !

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/06/2012

Après un nul contre l'Angleterre (1-1), les Bleus seraient bien inspirés de l'emporter ce vendredi face à une Ukraine emmenée par l'inusable Shevchenko. L'enjeu ? Rester dans la course aux quarts et éviter de voir ressurgir de vieux démons.

REUTERS - Engluée lundi dans la défense anglaise, la France va devoir trouver la solution à ses problèmes offensifs vendredi face à une Ukraine en pleine confiance après sa victoire d’entrée contre la Suède dans le groupe D de l’Euro 2012.

Mathématiquement, un match nul ou même une défaite sur la pelouse de la Donbass Arena contre un des deux pays hôtes du tournoi ne serait pas synonyme d’élimination, quel que soit le résultat de la rencontre Suède-Angleterre disputée un peu plus tard à Kiev.

Mais le spectre de l’Euro 2008 et de la Coupe du monde 2010, marqués par des sorties sans gloire dès la phase de poule, ressurgirait immanquablement.

"Si on a des grands joueurs, il faut qu’ils le démontrent demain", a lâché le sélectionneur Laurent Blanc jeudi lors d’une conférence de presse.

La France n’a toujours pas remporté une rencontre à ce stade d’une grande compétition depuis 2006, et la série de 22 matches sans défaite alignée depuis près de deux ans par les Bleus de Blanc ne pèserait pas lourd au regard d’une contre-performance dans la fournaise de Donetsk.

Laurent Blanc en est bien conscient, et sait que tout reste à faire sur les deux derniers matches: "Lorsqu’on fait match nul au premier match, les deux suivants deviennent décisifs."
 

M'Vila d'entrée ?

Le sélectionneur a refusé de dire s’il procéderait à un ou plusieurs changements dans son onze de départ, en faisant par exemple débuter Yann M’Vila à la place d’Alou Diarra comme "sentinelle" devant la défense.

Mais il a préparé le terrain à d’éventuels ajustements, prenant soin d’expliquer que "ce ne sera(it) pas une sanction pour ceux qui ont joué le premier match."

Il a aussi souligné que Yann M’Vila serait peut-être dans de meilleures dispositions physiques que d’autres.

"Peut-être que ce repos a fait qu’il a retrouvé un peu de fraîcheur et tous ces paramètres vont rentrer en compte pour savoir s’il va débuter", a-t-il dit.

Quels que soient les joueurs alignés, il a insisté sur la nécessité pour chacun de se libérer et de prendre des risques.

"Il n’y a pas que les joueurs offensifs qui peuvent faire la différence. Je vais demander à ce que tous les joueurs se lâchent, quel que soit le poste. Avant que les attaquants soient mis en bonne position, il faut que d’autres aient pris des initiatives."

En face, la France aura affaire à une formation qui a réussi son entrée dans l’Euro au-delà de ses propres espérances. En battant la Suède 2-1, elle n’a pas seulement surpris les experts, elle a aussi fait le plein de confiance, à l’image d’Andreï Chevtchenko, double buteur renaissant et à nouveau idole de tout un peuple.

Outre les 34°C et le temps orageux prévus dans la cuvette de la Donbass Arena - "un four" selon Laurent Blanc, les Bleus doivent s’attendre à une réception brûlante de la part du public, et les quelques centaines de supporters français auront bien du mal à faire entendre leur voix.

La France ne part toutefois pas sans cartouches. En six rencontres, elle n’a jamais perdu contre l’Ukraine (trois victoires et trois nuls) et garde un bon souvenir de son large succès (4-1) dans cette même enceinte face aux Ukrainiens en match amical il y a un an.

Pression inhibante ou motivante ?

Reconnaissant que le match de vendredi sera beaucoup plus difficile car "le contexte est totalement différent", le sélectionneur n’est pas certain que le fait de jouer à domicile soit pour l’Ukraine un élément favorable. "La pression, ça inhibe les jambes ou ça les surmotive", fait-il remarquer.

Laurent Blanc veut croire aussi en défense à un retour en forme progressif de Philippe Mexès, peu sollicité contre l’Angleterre mais assez convaincant dans ses interventions.

Le sélectionneur et ses joueurs sont cependant confrontés à une équation simple qu’ils n’ont pu résoudre lundi contre l’Angleterre: comment parvenir à forcer le verrou d’une défense renforcée ?

Car l’Ukraine, forte de ses trois points au classement, peut se permettre de voir venir son adversaire qui, malgré ses multiples atouts offensifs, n’a égalisé lors de son premier match que sur un tir des vingt mètres de Samir Nasri.

Laurent Blanc a fait de la possession de balle son leitmotiv. Il sait aussi que cette condition est nécessaire mais pas suffisante pour débloquer une rencontre.


Ukraine: Pyatov - Gusev, Mikhalik, Khacheridi, Selin - Yarmolenko, Tymoschuk, Rotan (ou Nazarenko), Konoplyanka - Shevchenko (cap), Voronin
Sélectionneur: Oleg Blokhine (UKR)

France: Lloris (cap.) - Debuchy, Rami, Mexès, Evra - Mvila, Cabaye, Malouda - Nasri, Benzema, Ribéry

Sélectionneur: Laurent Blanc (FRA)

Première publication : 15/06/2012

  • EURO-2012

    Shevchenko offre la victoire à l'Ukraine contre la Suède

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Euro-2012 : la France et l'Angleterre se neutralisent

    En savoir plus

  • EURO-2012

    Groupe D : France et Angleterre, deux favoris pour les quarts

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)