Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burundi: "tout va bien madame la marquise"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : début de l'exhumation de Sankara et 12 de ses compagnons d'armes tués en 1987

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Serge Klarsfeld : "Il faut combattre les démagogues, comme Marine le Pen"

En savoir plus

FOCUS

Le Liban, une année sans chef d'État

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France - Maroc : fin de la discorde ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Fifa : qui succédera à Blatter ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jeannette Bougrab : "Ma mère a réussi à briser cette malédiction de naître femme"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'industrie du futur : le plan d'Emmanuel Macron pour moderniser la France

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Asie du sud-est : la tragédie des Rohingyas

En savoir plus

Economie

Selon Moody's, Nokia est un investissement spéculatif

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/06/2012

Pas insolvable, mais presque... Telle est la sentence rendue par l'agence de notation à l'égard de Nokia. Selon elle, le constructeur de téléphones portables, qui a annoncé 10 000 suppression de postes, est un émetteur de catégorie spéculative.

AFP - L'agence de notation Moody's a relégué vendredi Nokia dans la catégorie des émetteurs spéculatifs, au lendemain de l'annonce par le géant finlandais des téléphones mobiles de nouvelles mesures de réduction des coûts qui entraîneront 10.000 suppressions d'emplois.

Moody's a dégradé la note à long terme de Nokia d'un cran, à "Ba1" contre "Baa3" jusqu'à présent. Elle est assortie d'une perspective négative, signifiant que l'agence n'écarte pas une nouvelle dégradation à moyen terme.

Nokia, qui vient de perdre sa place de numéro un mondial des mobiles détenue depuis 14 ans au profit du coréen Samsung, s'est lancé depuis plus d'un an dans une immense restructuration.

Les 10.000 suppressions d'emplois annoncées dans le monde s'inscrivent dans le cadre d'une nouvelle réduction des coûts de 1,6 milliard d'euros d'ici fin 2013.

Moody's reconnaît que l'engagement de Nokia à prendre des mesures fermes de restructuration est "positif et nécessaire pour un retour du groupe aux bénéfices".

Mais le plan révèle "des pressions sur les bénéfices et une consommation de liquidités d'une ampleur plus importante que ce que nous avions anticipé", indique l'agence pour justifier sa dégradation.

Et "le manque de visibilité sur les parts de marché dans le secteur des smartphones" explique la perspective négative, précise l'agence.

Un succès des smartphones de la gamme Lumia devrait permettre au groupe de retrouver la croissance, estime Moody's, pour qui l'attractivité de ces téléphones devrait augmenter avec l'introduction du système opérateur Windows 8 dans la deuxième moitié de 2012.

Avant Moody's, Fitch avait déjà relégué Nokia dans la catégorie des émetteurs spéculatifs en avril, prenant acte de la dégradation de ses performances au premier trimestre. Elle aussi a assorti sa note ("BB+") d'une perspective négative.

Vers 15h00 GMT, l'action Nokia gagnait 2,4% à la Bourse d'Helsinki dans un marché en hausse de 1,6%.

Première publication : 15/06/2012

  • TÉLÉCOMS

    Nokia perd près d'un milliard d'euros au premier trimestre

    En savoir plus

  • TÉLÉCOMS

    Bourse : Nokia continue sa descente aux enfers

    En savoir plus

  • TÉLÉCOMMUNICATIONS

    Le PDG de Nokia descend son entreprise en flamme

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)