Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

Moyen-orient

En Turquie, les groupes d'opposition syriens veulent "unifier leur vision"

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/06/2012

Critiqués pour leur manque d'efficacité et de coordination sur le terrain, les différents groupes de l'opposition syrienne sont réunis à Istanbul pour tenter de mettre un terme à leurs divergences et d'"unifier" leur vision.

AFP - Des représentants de différents groupes de l'opposition syrienne ont entamé vendredi à Istanbul une réunion de deux jours visant à "l'unification" de leur vision alors que la Syrie s'enfonce selon un responsable de l'ONU dans la guerre civile.

Paris envisage de fournir des moyens de communication aux rebelles

La France envisage de fournir aux rebelles syriens des moyens de communication qui les aideraient à prendre le dessus sur les forces du régime de Bachar al-Assad, a déclaré vendredi le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius.

Outre les efforts diplomatiques, une autre issue au conflit serait "une victoire claire et nette de l'opposition", a-t-il dit sur France Inter.

"C'est pourquoi, il y a à la fois la démarche de Kofi Annan et il est envisagé -les Américains l'ont fait, peut-être nous le ferons- de donner non pas des armes mais des moyens de communication supplémentaires" aux rebelles, a-t-il ajouté.

C'est la première fois qu'un responsable français envisage publiquement une aide matérielle à la rébellion armée contre le régime de Damas. (AFP)



"Nous allons travailler à l'unification de notre vision", a déclaré à l'AFP Burhan Ghalioun, l'ex-président de la principale plateforme de l'opposition syrienne, le Conseil national syrien (CNS), peu avant le début des travaux.

Outre le CNS, le Conseil national kurde, qui a jusqu'ici rejeté les appels au ralliement de M. Ghalioun, le groupe constitué autour de l'intellectuel Michel Kilo et celui du chef de tribu Nawaf al-Bachir participent à la rencontre, selon des sources syriennes concordantes.

Seul absent de marque, le Comité de coordination national pour le changement national et démocratique (CCNCD) qui rassemble des partis nationalistes arabes, kurdes et socialistes, a argué de problèmes techniques l'empêchant d'envoyer des émissaires à Istanbul, selon une source à la conférence.

La réunion a débuté par un appel à l'unité formulé par les représentants d'une douzaine de pays arabes et européens invités à la conférence.

"Ce matin, les représentants de la communauté internationale ont dit l'importance d'avoir une opposition unie", a indiqué une source diplomatique à la conférence.

La France et les Etats-Unis sont représentés à la conférence par leurs ambassadeurs à Damas, rappelés dans leurs capitales pour protester contre les violences commises par le régime de Damas.

L'Allemagne, l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, l'Italie, le Qatar, le Royaume Uni et la Turquie notamment ont dépêché des diplomates de haut rang à la réunion, à laquelle participe également un membre de l'équipe de l'émissaire de l'ONU et de la Ligue arabe en Syrie Koffi Annan.

Le ministère turc des Affaires étrangères avait annoncé début juin la constitution d'un "groupe de coordination" formé par des pays amis de l'opposition syrienne pour l'aider à s'organiser.

L'objectif de la réunion d'Istanbul est de rechercher les moyens de mettre fin au morcellement de l'opposition en amont d'une grande conférence des opposants syriens qui doit se tenir au Caire, sous les auspices de la Ligue arabe, à une date encore non décidée, puis de la conférence le 6 juillet à Paris des "Amis du peuple syrien", selon des sources de l'opposition.

"Nous sommes là pour définir une position commune. Il n'y a plus beaucoup de points de divergence entre nous", a commenté vendredi pour l'AFP Bassma Qodmani, responsable des relations extérieures au sein du CNS.

Mais des voix discordantes se faisaient entendre, contestant la prééminence du CNS et de ses dirigeants.

"Je ne suis pas optimiste quant au résultat (...) Le gens combattent Assad parce qu'ils ont besoin d'un pays démocratique, ils ont besoin de liberté, pas pour remplacer Bachar al-Assad par Burhan Ghalioun ou Abdel Basset Sayda", le nouveau président du CNS, a déclaré Ammar Qurabi, à la tête d'un petit courant d'obédience nationaliste.

Fin mars, la plupart des opposants ont reconnu le CNS comme le "représentant formel" du peuple syrien, et en avril, les "Amis du peuple syrien" l'ont qualifié de "représentant légitime de tous les Syriens".

Mais l'organisation est critiquée pour son inefficacité et pour son manque de coordination avec les militants sur le terrain. Elu dimanche dernier à la tête du CNS, M. Sayda a assuré qu'une des priorités de son mandat serait l'unité de l'opposition.

Première publication : 15/06/2012

  • SYRIE

    La Russie dément toute discussion avec l'Occident sur l'après Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • SYRIE

    Paris veut durcir les sanctions contre le régime de Damas

    En savoir plus

  • SYRIE

    Des voix alaouites s'élèvent contre le régime de Bachar al-Assad

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)