Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Afrique

Les Égyptiens élisent leur président dans un climat tendu

Vidéo par Matthieu MABIN , Alexandra RENARD

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/06/2012

Près de 50 millions d'électeurs sont appelés à se rendre aux urnes samedi et dimanche pour départager les candidats, Mohammed Morsi, le Frère musulman, et l'ancien Premier ministre de Moubarak, Ahmad Chafiq, au second tour de la présidentielle.

AFP - Les Egyptiens se rendent samedi aux urnes en pleine tourmente politique pour le second tour de la première présidentielle depuis la chute de Hosni Moubarak l'an dernier, qui opposera l'ancien militaire Ahmad Chafiq au Frère musulman Mohammed Morsi.
            

Près de 50 millions d'électeurs sont appelés pendant deux jours à départager les deux hommes. Les bureaux de vote seront ouverts de 08H00 (06H00 GMT) à 20H00 (18H00 GMT) et près de 150.000 militaires seront déployés pour protéger le processus électoral. Les résultats officiels sont attendus le 21 juin.
              
La course à la présidentielle a divisé le pays entre ceux qui craignent un retour à l'ancien régime si M. Chafiq est élu et d'autres qui rejettent l'entrée de la religion en politique en cas de victoire des Frères musulmans.
              
M. Morsi est arrivé en tête au premier tour avec 24,7% des suffrages, M. Chafiq a obtenu 23,6% des voix.
              

Le second tour intervient sur fond de turbulences politiques qui pourraient entraîner le maintien à la tête de l'Egypte du Conseil suprême des forces armées (CSFA), à qui M. Moubarak a remis le pouvoir en démissionnant.
              
Les militaires avaient promis de remettre les rênes du pays aux civils une fois un président élu.
              
Mais jeudi, la Haute cour constitutionnelle a invalidé les résultats du scrutin législatif pour un vice dans la loi électorale, déclarant ainsi le Parlement dominé par les islamistes comme "illégal". Elle a également permis à M. Chafiq de rester dans la course en dépit d'une loi interdisant aux figures de l'ancien régime de se présenter.
              
Le pouvoir législatif pourrait donc revenir à l'armée pour une période indéterminée.
              
Des islamistes et des membres des forces politiques issues de la mouvance "révolutionnaire" ont qualifié ces derniers rebondissements de véritable "coup d'Etat" orchestré par l'armée au pouvoir.
              
La Cour s'était prononcée au lendemain de la décision du ministre de la Justice, Adel Abdelhamid, de rendre à la police militaire et aux officiers de renseignements de l'armée le pouvoir d'arrêter des civils, une prérogative dont ils ne disposaient plus depuis l'expiration fin mai de l'état d'urgence.
              
Le climat politique et social en Egypte était déjà tendu depuis que M. Moubarak et son ancien ministre de l'Intérieur, Habib al-Adli, ont été condamnés le 2 juin à la perpétuité mais que six hauts responsables de la police ont été acquittés, provoquant la colère de nombreux Egyptiens.


 

 

Première publication : 16/06/2012

  • PRÉSIDENTIELLE ÉGYPTIENNE

    Morsi ou Chafik, un choix cornélien pour qui veut défendre le droit des femmes

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    "L'armée égyptienne est dépassée par les évènements"

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    La Haute Cour déclare le Parlement égyptien "anticonstitutionnel"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)