Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Popularité : Valls fait-il de l’ombre à Hollande ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Berlusconi condamné à rester avec des gens de son âge"

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 2)

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Nigeria face à Boko Haram

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ali Benflis répond aux attaques d’Abdelaziz Bouteflika

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Chine : la croissance ralentit à 7,4% au premier trimestre

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Dans l'ombre de Bouteflika"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Booty Looting", un pillage chorégraphié de Wim Vandekeybus

En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • En images : des centaines de disparus après le naufrage d’un ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Démonstration de force des pro-Russes dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Anelka affirme ne pas avoir accepté l’offre du club brésilien

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine : "L'Ukraine est au bord de la guerre civile"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • Coupe d'Espagne : une finale Barcelone-Madrid sans Ronaldo

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

  • Kiev passe à l'offensive contre les pro-russes dans l'Est

    En savoir plus

  • Ali Benflis : "La présidence à vie en Algérie, c’est terminé"

    En savoir plus

  • Les prisonniers d'Abou Ghraib transférés face à la menace djihadiste

    En savoir plus

  • Des travaux d'intérêt général pour Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • Vidéo : Yasmina Khadra appelle les Algériens à "chasser" le régime

    En savoir plus

  • Reportage : à Horlivka, les insurgés s'emparent des bâtiments officiels

    En savoir plus

Moyen-orient

Les observateurs de l'ONU en Syrie suspendent leur mission

©

Vidéo par Sammy BERRAHMOUN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/06/2012

Suite à l'intensification des violences en Syrie, secouée par une révolte populaire qui s'est militarisée face à la répression, Robert Mood, chef de la mission de l'ONU déployée en avril, a annoncé la suspension des opérations jusqu'à nouvel ordre.

AFP - Les observateurs de l'ONU ont suspendu samedi leur mission en Syrie en raison de "l'intensification des violences", qui fait craindre à l'opposition syrienne un nouveau massacre à Homs (centre).

Ces dernières heures, au moins 36 personnes ont été tuées à travers le pays, tandis que des centaines de familles étaient piégées sous les bombes à Homs, bastion de la contestation et dejà cible de plusieurs offensives de grande ampleur des forces du régime de Bachar al-Assad.

"En raison de l'intensification de la violence armée ces dix derniers jours, (...) et des risques encourus, la mission des observateurs de l'ONU suspend ses activités", a annoncé son chef, le général Robert Mood, dans un communiqué.

Les quelque 300 observateurs présents en Syrie "arrêteront de patrouiller jusqu'à nouvel ordre", a-t-il ajouté, promettant que la mission reprendrait dès que la situation le permettrait.

Fin de la mission d'observation de l'ONU: un aveu d'échec?



Les observateurs étaient arrivés mi-avril pour surveiller un cessez-le-feu approuvé par le régime comme par l'opposition dans le cadre du plan de sortie de crise de l'émissaire international Kofi Annan, mais complètement ignoré.

Selon un bilan de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) jeudi, la répression et les combats entre armée et rebelles ont fait au moins 3.353 morts depuis le 12 avril, date d'entrée en vigueur officielle du cessez-le-feu.

Les observateurs ont plusieurs fois rapporté avoir été empêchés de se rendre sur un site qu'ils souhaitaient voir, et avoir même été pris pour cible.

"L'absence de volonté des deux parties (gouvernement et opposition) pour parvenir à une transition pacifique, et la poussée vers les (solutions) militaires accroissent les pertes: des civils innocents, hommes, femmes et enfants sont tués tous les jours. Cela augmente aussi les risques que prennent les observateurs", a regretté le général Mood.

Casques bleus

Après cette annonce, et alors que le Conseil de sécurité doit bientôt revoir le mandat de la mission de l'ONU, Burhan Ghalioun, le chef du bureau politique du Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l'opposition, a appelé l'ONU à déployer des Casques bleus.

"On ne peut pas compter sur des observateurs désarmés, il faut envoyer en Syrie des Casques bleus, une mission plus nombreuse et capable de se protéger contre la violence de ce régime", a déclaré l'ancien président du CNS.

Le CNS a également averti qu'un nouveau massacre se profilait à Homs.

Selon cette coalition, 30.000 soldats et membres de milices pro-gouvernementales assiégent cette ville sur laquelle "les forces du régime ont intensifié leurs bombardements (...) d'une façon inédite".

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) avait un peu plus tôt exhorté le

secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon à "intervenir immédiatement pour faire arrêter les bombardements" sur Homs "afin d'évacuer plus de 1.000 familles encerclées, comprenant des enfants et des femmes".

Dans ce bastion de la contestation, cinq civils ont péri samedi dans les quartiers de Khaldiyé, Bab Tadmor et Jouret al-Chiyah, a indiqué l'ONG.

Vendredi, la France avait exprimé sa "vive préoccupation" après des informations faisant état d'une opération militaire imminente contre cette ville, où le régime a violemment repris en mars le quartier rebelle de Baba Amr.

"Appel au secours" pour Douma

L'agence missionnaire du Vatican Fides a relayé l'appel d'environ 800 civils musulmans et chrétiens de Homs pris au piège.

Il s'agit de femmes, d'enfants, de personnes âgées ou handicapées, "qui sont en réel danger, qui n'ont rien et vivent dans la panique au milieu des bombardements et des combats", selon Fides.

Des militants de l'opposition ont par ailleurs lancé un "appel au secours" pour Douma, près de Damas, sur la page Facebook "Syrian Revolution 2011", en soulignant que les bombardements y avaient "fait ces deux derniers jours plus de 20 morts et de 500 blessés".

Au total samedi, au moins 36 personnes, en grande majorité des civils, ont été tuées à travers le pays d'après l'OSDH.

Le ministère syrien des Affaires étrangères a ainsi affirmé "comprendre" la décision du chef des observateurs de suspendre leur mission, en rejetant la responsabilité des violences sur des "groupes terroristes".

Le dossier syrien doit être au menu, la semaine prochaine en marge du G20, des entretiens du président américain Barack Obama avec ses homologues russe Vladimir Poutine et chinois Hu Jintao, alliés de Damas qui bloquent toute action contre le régime de Damas au Conseil de sécurité de l'ONU.
 

Première publication : 16/06/2012

  • SYRIE

    Des voix alaouites s'élèvent contre le régime de Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • SYRIE

    La Syrie est entrée en guerre civile, selon un haut-responsable de l'ONU

    En savoir plus

  • SYRIE

    Les observateurs de l'ONU visés par des tirs et bloqués aux portes de Haffé

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)