Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : insécurité alimentaire en Casamance

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Otages en Syrie : la rançon ou la mort ?

En savoir plus

DÉBAT

Gouvernement Valls II : le bon choix ?

En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • France : le chômage atteint un nouveau record en juillet

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

Moyen-orient

Electeurs des villes contre électeurs des champs

Texte par Pauline GARAUDE

Dernière modification : 19/06/2012

A la campagne où vit 75% de la population, les idéaux révolutionnaires de la Place Tahrir sont loin du quotidien. Reportage à Edwa et Ibrahimia, d’où sont respectivement natifs les deux candidats du second tour de la présidentielle.

A 100 kilomètres à l’ouest du Caire, c’est une autre Egypte qui s’offre au visiteur : des routes défoncées et poussiéreuses, des charrues tirées par des ânes circulant au milieu des voitures, des immeubles inachevés où du linge suspendu laisse penser qu’ils sont habités, des petites parcelles de terre cultivées ici et là de façon archaïque… A l’approche d'Al Zagazeg, capitale de la région de Sharqia, l'impression de capharnaüm est de plus en plus grande.

A Edwa, le portrait de Mohammed Morsi, candidat des Frères musulmans, natif du village, est visible partout : posters sur les murs, banderoles aux fenêtres et au-dessus des routes. Dans ce village de 3 000 habitants, 80% des électeurs ont voté pour lui.

"Il est juste. Il est avec nous et il comprend nos préoccupations. Il n’est pas dans ces cercles riches et corrompus du pouvoir, coupés du peuple" lance Hassan, un agriculteur au visage buriné qui gagne 1000 livres (230$) par an. "Avec les Frères Musulmans, ça va aller mieux parce qu’ils ont promis qu’ils nous aideraient".

Banderole éléctorale dans les rues d'Edwa (©P.Garaude/F24)

"Ahnada project", "projet de croissance" : tel est le slogan inscrit sur l’affiche du candidat Morsi qui a de quoi faire rêver tous ces "exclus" de l’ère Moubarak. "Il [Moubarak] ne s’est jamais intéressé à nous", poursuit Hassan. "L’eau coûte 30 livres par semaine, les engrais 330 par an, les intermédiaires sur les marchés nous ruinent. Morsi a promis que l’eau serait gratuite, qu’il y aurait des aides pour les fertilisants et que nos récoltes seraient achetées aux prix internationaux ".

Avec de telles promesses, les tentatives de séduction des autres candidats sont restées vaines. "Un représentant de Shafik est venu dans ce village et a proposé 150 livres à qui voterait pour lui ! On en a marre de cette corruption !", lance une mère de famille entourée d'une ribambelle de gamins espiègles, qui se mettent spontanément à scander "Morsi !Morsi !", dansant pour certains, grimpant sur une charrue pour d’autres.

Ambiance moins festive à Ibrahimia

A une vingtaine de kilomètres de là, c’est une tout autre ambiance dans le village natal d’Ahmed Shafik, à Ibrahimia. Peu d’affiches d’ailleurs… Assis devant une échoppe, quatre hommes d’une trentaine d’années disent fièrement qu’ils ont voté Morsi. Il faudra attendre quelque temps pour que la confiance s’installe et que certains avouent leur vote pour Shafik.

"Shafik est un homme fort qui a de l’expérience. L’Egypte a aujourd’hui besoin de cela et lui seul peut prendre le pays en main" confie Ahmed, 32 ans, professeur de physique à l’université de Al Zagazeg. "Il a promis la création d’emplois. C’est important dans un pays où il y a plus de 55% de chômage ! Les Frères Musulmans n’ont aucune vision économique. Ils se font les chantres de l’action sociale, mais leur programme est creux !".

Un autre ajoute : "Voter Shafik ne veut pas dire restaurer le système Moubarak. Les deux hommes n’ont rien à voir. Ils n’ont ni les mêmes idées, ni la même personnalité. Shafik aura été élu par le peuple pour 4 ans. Et s’il se trompe, on descendra dans la rue. Il sait qu’il ne peut pas faire les mêmes erreurs".

Enfants d'Ibrahimia (©P.Garaude/F24)

Pour Ali, agriculteur, Shafik est l’homme du retour à la stabilité économique de l’Egypte, dont bénéficieront de facto les campagnes. "De toute façon, je ne connais pas l’autre candidat. Ici, on ne connaît que Shafik". Une femme tenant ses deux enfants par la main prend à son tour la parole : "Si les Frères prennent le pouvoir, on deviendra une république islamique comme l’Iran ou l’Afghanistan ! On n’en veut pas. Moi, je vote Shafik parce que je veux que mes enfants aient un travail. Et moi aussi !"

Pour bon nombre d’électeurs cairotes, la défense des idéaux révolutionnaires par le boycott ou le vote-sanction contre le "candidat de l’armée" prime sur toute autre considération. Dans les campagnes au contraire, une majorité d’électeurs s’est déplacée aux urnes pour soutenir un candidat et son programme. Quel sera le poids de cette Egypte des campagnes, majoritaire dans le pays ?

Première publication : 17/06/2012

  • PRÉSIDENTIELLE ÉGYPTIENNE

    Les électeurs égyptiens face au dilemme du second tour de la présidentielle

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Les Égyptiens élisent leur président dans un climat tendu

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    "L'armée égyptienne est dépassée par les évènements"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)