Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

EUROPE

Nouvelle Démocratie poursuit les tractations pour former un gouvernement d'union

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/06/2012

Antonis Samaras, leader de Nouvelle Démocratie, le parti conservateur pro-austérité vainqueur des législatives grecques, a annoncé qu'il poursuivrait mardi les tractations avec les autres partis en vue de former un gouvernement de coalition.

AFP - Le parti de droite Nouvelle Démocratie poursuivra mardi sa mission de doter le pays d'un gouvernement d'union nationale favorable à des réformes profondes pour écarter le risque d'une sortie de la Grèce de l'euro.

Vainqueur des législatives de dimanche mais sans majorité absolue le chef de la Nouvelle Démocratie (ND), Antonis Samaras a annoncé lundi soir, après une série de rencontres avec des dirigeants des partis, qu'"il allait poursuivre mardi les tractations pour former un gouvernement de salut national".

Il s'est toutefois prévalu d'un accord de principe avec le socialistes Evangelos Vénizélos.

"Nous sommes tombés d'accord avec M. Vénizélos pour former un gouvernement de salut national dans le délai prévu", a déclaré M. Samaras, après une rencontre avec M.

Les Grecs réagissent aux résultats des élections

Vénizélos dont le parti, le Pasok, est arrivé en troisième position.

De son côté, le dirigeant socialiste a souligné la nécessité "de former un gouvernement immédiatement" sans toutefois vouloir s'allier uniquement avec M. Samaras.

Il a considéré que les pourparlers pour la formation d'un tel cabinet "devraient s'achever mardi", après une table ronde des dirigeants des principaux partis autour du président de la République, Carolos Papoulias.

Le chef du parti de la gauche radicale contre l'austérité Syriza, Alexis Tsipras, arrivé en deuxième position, avait refusé la perspective de pouvoir siéger sous l'égide de la droite pour faire front commun face aux défis urgents qui attendent la Grèce.

"Le gouvernement doit être formé rapidement (...) avec la Nouvelle Démocratie comme noyau dur car c'est le peuple qui l'a choisie", a dit M. Tsipras en soulignant qu'il jouerait sans concessions son rôle de principal opposant.

Prônant le maintien du pays dans la zone euro, M. Samaras, 61 ans, n'a que jusqu'à mercredi pour former un gouvernement d'union après le scrutin de dimanche, qui fait suite à celui du 6 mai n'ayant pas permis de dégager de majorité gouvernementale.

"Il y a un impératif catégorique à former un gouvernement" dès lundi avait proclamé le président de la République, Carolos Papoulias qui a confié à M; Samaras la charge de donner un gouvernement à la Grèce.

Antonis Samaras souhaite la formation "immédiate" d'un gouvernement

Le leader de Nouvelle-Démocratie a lancé lundi des consultations pour la formation qu'il espère "immédiate" d'un gouvernement d'union nationale

"Le consensus national est un impératif réclamé par tout le monde, il faut résoudre la question (de la formation d'un gouvernement) immédiatement", a dit M. Samaras, vainqueur des législatives de dimanche mais sans majorité absolue.

Le chef de l'Etat, Carolos Papoulias lui a confié en mi-journée un mandat "exploratoire" de trois jours pour former un cabinet d'union qu'il estime "impératif" dès lundi, et entamer des contacts avec les autres partis.

(Source AFP)
 

Plusieurs hauts responsables internationaux ont fait part de leur soulagement après la victoire de la droite, et dit leur volonté de poursuivre le soutien massif à ce pays de 11 millions d'habitants, devenu "l'homme malade" de l'Europe.

Paris, Bruxelles et même Berlin ont déjà donné des signes d'un possible assouplissement, au moins dans les délais, du mémorandum, le plan de rigueur négocié avec les prêteurs internationaux en contrepartie de l'aide financière

"Nous continuerons à soutenir la Grèce en tant que membre de la famille de l'UE et de la zone euro", ont déclaré en commun les présidents de l'UE, Herman Van Rompuy, et de la Commission, José Manuel Barroso, en marge du sommet du G20, à Los Cabos, au Mexique.

Inquiets de la situation en Espagne, les marchés financiers n'ont montré qu'un optimisme modéré, vite retombé, après le vote des Grecs. La Bourse d'Athènes a fermé la séance sur une hausse limitée de 3,6 %.

La ND l'a emporté avec 29,66% des voix, s'adjugant 129 sièges sur 300 au Parlement, suivi par le Syriza, à 26,89 % et 71 sièges, et le Pasok socialiste, 12,28% et 33 sièges, selon les résultats officiels.

Pour le politologue John Loulis, "il s'agit d'un vote de peur d'une sortie de l'euro, pas d'un soutien réel aux réformes". "Le gouvernement sera fragile, sans grande base populaire, le pays risque de n'avoir qu'un court répit", a-t-il dit à l'AFP

Une polarisation très nette a bénéficié à la ND et à Syriza, le parti communiste KKE enregistrant une chute historique, toutefois le parti néonazi l'Aube dorée, Chryssi Avghi a conforté sa position, avec 18 députés.

Plongeant le pays dans le brouillard, provoquant une exaspération en Europe et la suspension du versement de 2,6 milliards d'euros d'aide, le précédent scrutin du 6 mai n'avait pas dégagé de majorité ou de coalition de gouvernement.

Depuis, la Grèce semble au bord de la faillite, les indicateurs sont au rouge vif : un Produit intérieur brut (PIB) en chute de 6,5%, un chômage à 22,6%, une hémorragie quotidienne des dépôts bancaires, et des caisses publiques qui pourraient être vides mi-juillet.

La Grèce bénéficie des deux prêts internationaux d'un total de 347 milliards d'euros, courant jusqu'en 2015, et de l'effacement de presque un tiers de sa dette, d'environ 107 milliards. Le tout représente l'équivalent d'une fois et demie son PIB.

"Les termes du compromis, à signer d'ici à septembre, porteraient sur un délai supplémentaire de deux ans de 2014 à 2016 pour l'assainissement budgétaire", a affirmé à l'AFP un ancien conseiller de l'ex-Premier ministre à la tête d'un gouvernement d'union nationale, Lucas Papademos.

Victoire des pro-austérité de Nouvelle Démocratie

Première publication : 18/06/2012

  • LÉGISLATIVES GRECQUES

    En portant la droite au pouvoir, les Grecs redonnent une chance à l’euro

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES GRECQUES

    La droite à la recherche d'un gouvernement d'union nationale pro-euro

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES GRECQUES

    En Grèce, la droite et l'extrême gauche sont au coude-à-coude

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)