Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Vidéo : Le difficile retour des musulmans de Bangui dans leur quartier de PK5

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

EUROPE

Aung San Suu Kyi fête ses 67 ans au Royaume-Uni, une étape riche en émotions

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/06/2012

Dans le cadre de sa tournée européenne, l'opposante birmane se rend à Londres et à Oxford, ce mardi, où elle fêtera ses 67 ans. Aung San Suu Kyi a vécu de longues années dans la cité universitaire britannique avant de retourner en Birmanie, en 1988.

AFP - Aung San Suu Kyi fête mardi ses 67 ans au Royaume-Uni, une étape de sa tournée européenne particulièrement chargée d'émotions pour l'opposante birmane qui, 24 ans plus tôt, quittait ce pays en laissant derrière elle mari et enfants.

Après un arrêt à Londres où elle participera dans la matinée à une conférence sur l'Etat de droit à la London School of Economics (LSE), l'icône de la démocratie se rendra à Oxford dans l'après-midi pour une réception à l'occasion de son anniversaire.

C'est dans cette ville qu'Aung San Suu Kyi a fait ses études et rencontré son mari, Michael Aris, épousé en 1972, avec qui elle a eu deux fils, Alexander et Kim. C'est là qu'elle a mené une existence tranquille de femme au foyer, avant de tout quitter en 1988 pour se consacrer à son pays.

"J'espère que ce ne sera pas teinté de tristesse", avait récemment confié Aung San Suu Kyi à la BBC. "Je veux voir des vieux amis et revoir des endroits où j'ai été heureuse."

Rentrée en Birmanie en avril 1988 au chevet de sa mère malade puis placée en résidence surveillée, Aung San Suu Kyi a passé ses deux décennies d'isolement loin de ses deux enfants, restés avec leur père, un spécialiste du Tibet, au Royaume-Uni.

De peur que la junte au pouvoir ne la laisse pas renter en Birmanie, elle était notamment restée à Rangoun en 1999, tandis que son mari, un spécialiste du Tibet, succombait à un cancer de la prostate.

Son fils aîné, Alexander, 39 ans, vit aux Etats-Unis et ne s'est jamais rendu en Birmanie. C'est lui qui avait prononcé un discours à Oslo lors de l'attribution du Nobel de la Paix à sa mère en 1991, remis en son absence à ses deux fils.

Le second fils, Kim, 35 ans, vit à Oxford. A ses côtés au cours de sa tournée européenne, il lui a rendu visite plusieurs fois depuis qu'elle a retrouvé la liberté.

Mardi à Oxford, la lauréate du Prix Nobel de la Paix sera accueillie par les principaux responsables de l'université dont le chancelier, Chris Patten. Avant de recevoir le lendemain matin un doctorat honoris causa de ce prestigieux établissement britannique.

Jeudi, elle s'adressera au Parlement à Londres, un privilège rare pour un responsable étranger.

L'opposante birmane, libérée en 2010 et élue députée depuis, avait été invitée en avril à se rendre au Royaume-Uni par le Premier ministre David Cameron, qui avait été le premier chef de gouvernement occidental à aller en Birmanie depuis le coup d'Etat militaire de 1962.

Aung San Suu Kyi a entamé le 13 juin en Suisse une tournée historique en Europe, qui l'a également menée en Norvège et en Irlande. Le Royaume-Uni est la quatrième étape de ce voyage qui doit s'achever en France, du 26 au 29 juin.

 

Première publication : 19/06/2012

  • BIRMANIE

    À Oslo, Aung San Suu Kyi demande la libération des prisonniers politiques

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    De Genève, l'opposante Aung San Suu Kyi appelle à investir en Birmanie

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    L'opposante birmane Aung San Suu Kyi entame sa tournée en Europe

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)