Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libye : Un incendie "hors de contrôle" menace Tripoli

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH 17 en Ukraine : une enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

En savoir plus

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

  • Aïd meurtrier à Gaza, Netanyahou annonce une "longue campagne"

    En savoir plus

  • Un incendie hors de contrôle menace Tripoli d’une "catastrophe humaine"

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Ioukos : la Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

EUROPE

Aung San Suu Kyi fête ses 67 ans au Royaume-Uni, une étape riche en émotions

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/06/2012

Dans le cadre de sa tournée européenne, l'opposante birmane se rend à Londres et à Oxford, ce mardi, où elle fêtera ses 67 ans. Aung San Suu Kyi a vécu de longues années dans la cité universitaire britannique avant de retourner en Birmanie, en 1988.

AFP - Aung San Suu Kyi fête mardi ses 67 ans au Royaume-Uni, une étape de sa tournée européenne particulièrement chargée d'émotions pour l'opposante birmane qui, 24 ans plus tôt, quittait ce pays en laissant derrière elle mari et enfants.

Après un arrêt à Londres où elle participera dans la matinée à une conférence sur l'Etat de droit à la London School of Economics (LSE), l'icône de la démocratie se rendra à Oxford dans l'après-midi pour une réception à l'occasion de son anniversaire.

C'est dans cette ville qu'Aung San Suu Kyi a fait ses études et rencontré son mari, Michael Aris, épousé en 1972, avec qui elle a eu deux fils, Alexander et Kim. C'est là qu'elle a mené une existence tranquille de femme au foyer, avant de tout quitter en 1988 pour se consacrer à son pays.

"J'espère que ce ne sera pas teinté de tristesse", avait récemment confié Aung San Suu Kyi à la BBC. "Je veux voir des vieux amis et revoir des endroits où j'ai été heureuse."

Rentrée en Birmanie en avril 1988 au chevet de sa mère malade puis placée en résidence surveillée, Aung San Suu Kyi a passé ses deux décennies d'isolement loin de ses deux enfants, restés avec leur père, un spécialiste du Tibet, au Royaume-Uni.

De peur que la junte au pouvoir ne la laisse pas renter en Birmanie, elle était notamment restée à Rangoun en 1999, tandis que son mari, un spécialiste du Tibet, succombait à un cancer de la prostate.

Son fils aîné, Alexander, 39 ans, vit aux Etats-Unis et ne s'est jamais rendu en Birmanie. C'est lui qui avait prononcé un discours à Oslo lors de l'attribution du Nobel de la Paix à sa mère en 1991, remis en son absence à ses deux fils.

Le second fils, Kim, 35 ans, vit à Oxford. A ses côtés au cours de sa tournée européenne, il lui a rendu visite plusieurs fois depuis qu'elle a retrouvé la liberté.

Mardi à Oxford, la lauréate du Prix Nobel de la Paix sera accueillie par les principaux responsables de l'université dont le chancelier, Chris Patten. Avant de recevoir le lendemain matin un doctorat honoris causa de ce prestigieux établissement britannique.

Jeudi, elle s'adressera au Parlement à Londres, un privilège rare pour un responsable étranger.

L'opposante birmane, libérée en 2010 et élue députée depuis, avait été invitée en avril à se rendre au Royaume-Uni par le Premier ministre David Cameron, qui avait été le premier chef de gouvernement occidental à aller en Birmanie depuis le coup d'Etat militaire de 1962.

Aung San Suu Kyi a entamé le 13 juin en Suisse une tournée historique en Europe, qui l'a également menée en Norvège et en Irlande. Le Royaume-Uni est la quatrième étape de ce voyage qui doit s'achever en France, du 26 au 29 juin.

 

Première publication : 19/06/2012

  • BIRMANIE

    À Oslo, Aung San Suu Kyi demande la libération des prisonniers politiques

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    De Genève, l'opposante Aung San Suu Kyi appelle à investir en Birmanie

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    L'opposante birmane Aung San Suu Kyi entame sa tournée en Europe

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)