Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : avec Pierre Moscovici, un changement de cap économique ?

En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Arrestation à Orly de trois jihadistes présumés, dont le mari de Souad Merah

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • La justice autorise l'adoption d'enfants nés d'une PMA à l'étranger

    En savoir plus

  • Les Kurdes syriens réfugiés à Erbil prêts à repartir au combat contre l'EI

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • Prison à vie pour Ilham Tohti : "Ils ont créé un 'Mandela ouïghour'"

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort des adolescents israéliens

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

EUROPE

Aung San Suu Kyi fête ses 67 ans au Royaume-Uni, une étape riche en émotions

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/06/2012

Dans le cadre de sa tournée européenne, l'opposante birmane se rend à Londres et à Oxford, ce mardi, où elle fêtera ses 67 ans. Aung San Suu Kyi a vécu de longues années dans la cité universitaire britannique avant de retourner en Birmanie, en 1988.

AFP - Aung San Suu Kyi fête mardi ses 67 ans au Royaume-Uni, une étape de sa tournée européenne particulièrement chargée d'émotions pour l'opposante birmane qui, 24 ans plus tôt, quittait ce pays en laissant derrière elle mari et enfants.

Après un arrêt à Londres où elle participera dans la matinée à une conférence sur l'Etat de droit à la London School of Economics (LSE), l'icône de la démocratie se rendra à Oxford dans l'après-midi pour une réception à l'occasion de son anniversaire.

C'est dans cette ville qu'Aung San Suu Kyi a fait ses études et rencontré son mari, Michael Aris, épousé en 1972, avec qui elle a eu deux fils, Alexander et Kim. C'est là qu'elle a mené une existence tranquille de femme au foyer, avant de tout quitter en 1988 pour se consacrer à son pays.

"J'espère que ce ne sera pas teinté de tristesse", avait récemment confié Aung San Suu Kyi à la BBC. "Je veux voir des vieux amis et revoir des endroits où j'ai été heureuse."

Rentrée en Birmanie en avril 1988 au chevet de sa mère malade puis placée en résidence surveillée, Aung San Suu Kyi a passé ses deux décennies d'isolement loin de ses deux enfants, restés avec leur père, un spécialiste du Tibet, au Royaume-Uni.

De peur que la junte au pouvoir ne la laisse pas renter en Birmanie, elle était notamment restée à Rangoun en 1999, tandis que son mari, un spécialiste du Tibet, succombait à un cancer de la prostate.

Son fils aîné, Alexander, 39 ans, vit aux Etats-Unis et ne s'est jamais rendu en Birmanie. C'est lui qui avait prononcé un discours à Oslo lors de l'attribution du Nobel de la Paix à sa mère en 1991, remis en son absence à ses deux fils.

Le second fils, Kim, 35 ans, vit à Oxford. A ses côtés au cours de sa tournée européenne, il lui a rendu visite plusieurs fois depuis qu'elle a retrouvé la liberté.

Mardi à Oxford, la lauréate du Prix Nobel de la Paix sera accueillie par les principaux responsables de l'université dont le chancelier, Chris Patten. Avant de recevoir le lendemain matin un doctorat honoris causa de ce prestigieux établissement britannique.

Jeudi, elle s'adressera au Parlement à Londres, un privilège rare pour un responsable étranger.

L'opposante birmane, libérée en 2010 et élue députée depuis, avait été invitée en avril à se rendre au Royaume-Uni par le Premier ministre David Cameron, qui avait été le premier chef de gouvernement occidental à aller en Birmanie depuis le coup d'Etat militaire de 1962.

Aung San Suu Kyi a entamé le 13 juin en Suisse une tournée historique en Europe, qui l'a également menée en Norvège et en Irlande. Le Royaume-Uni est la quatrième étape de ce voyage qui doit s'achever en France, du 26 au 29 juin.

 

Première publication : 19/06/2012

  • BIRMANIE

    À Oslo, Aung San Suu Kyi demande la libération des prisonniers politiques

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    De Genève, l'opposante Aung San Suu Kyi appelle à investir en Birmanie

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    L'opposante birmane Aung San Suu Kyi entame sa tournée en Europe

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)