Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : avec Pierre Moscovici, un changement de cap économique ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement d'un Français en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le retour de Nicolas Sarkozy n'est pas une solution pour la France"

En savoir plus

SUR LE NET

Cambodge : les travailleurs exigent une hausse des salaires

En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • Prison à vie pour Ilham Tohti : "Ils ont créé un 'Mandela ouïghour'"

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort de trois Israéliens

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "L'EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

Economie

Le Royaume-Uni peut-il séduire les entrepreneurs français?

Vidéo par France 2

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 19/06/2012

Le Premier ministre britannique, David Cameron, incite les entreprises françaises à chercher un ciel fiscal plus clément au Royaume-Uni. L’avenir serait-il si sombre pour les entreprises en France ?

Tapis rouge ou carton rouge ? L’appel du pied du Premier ministre britannique David Cameron aux entreprises françaises qui seraient tentées de fuir la France pour des raisons fiscales n’est pas passé inaperçu au premier jour du G20 au Mexique. “Nous déroulerons le tapis rouge aux entreprises françaises, qui paieront ainsi leurs impôts au Royaume-Uni”, a assuré le chef de gouvernement britannique, se réjouissant au passage de la contribution de ces exilés fiscaux au financement des écoles et des services publics britanniques. Il a rappelé que son gouvernement avait,lui, en mars 2012, décidé de baisser l’imposition des plus riches.

Michel Sapin, le ministre français du Travail, a pris ces propos à la légère. “Je ne

Michel Sapin ne tarde pas à répondre à David Cameron

sais pas comment on fait pour dérouler un tapis rouge au travers la Manche sans qu’il prenne l’eau”, a-t-il ironisé mardi 19 juin. Plus sérieux, le ministre des Affaires européennes, Bernard Cazeneuve, a brandi “le patriotisme des patrons” français qui ne se laisseraient pas séduire par les sirènes britanniques.

Entre bourde diplomatique et provocation, la sortie de David Cameron ravive un spectre qui avait beaucoup animé la campagne électorale en France : celui d’une gauche qui serait hostile au monde des affaires et aux riches. À l’appui de son constat d’un désir supposé d’exil, le Premier ministre britannique a cité le fameux “taux de 75 % pour la tranche supérieure de l'impôt sur le revenu”.

Cette proposition avait déjà provoqué un tollé à la City de Londres lorsque le candidat Hollande l’avait énoncé pour la première fois le 26 février 2012. Deux jours plus tard, le futur Président français avait même tenter de rassurer le monde des affaires et de la finance à Londres en affirmant “I’m not dangerous”.

Hausse programmée

Mais ce controversé super taux d’imposition ne concerne pas la fiscalité des entreprises. Cette dernière devrait cependant s’alourdir si l’on s’en tient au programme de François Hollande. Mais le tableau est-il réellement assez noir pour justifier un exode tous azimuts sous le soleil fiscal britannique ?

David Cameron se dit prêt à "dérouler le tapis rouge" aux entreprise françaises

Le premier test devrait intervenir début juillet avec le projet de loi de finances rectificative. Les entreprises devraient alors faire les frais de l’augmentation programmée des recettes via des hausses de certains prélèvements et la création de nouvelles taxes. Certains héritages de l’ère Sarkozy, comme la defiscalisation des heures supplémentaires ou la TVA dans la restauration, devraient soit être supprimés soit être redéfinis.

Durant la campagne présidentielle, François Hollande avait également prévenu que les bénéfices de certains groupes, comme les banques ou les compagnies pétrolières, allaient être soumis à une contribution “exceptionnelle”.

Enfin, le quotidien économique français "Les Echos" affirme, mardi 19 juin, que le gouvernement prépare un prélèvement à la source de 3 % sur les dividendes versés par les sociétés à leurs actionnaires. Il s’agirait de donner corps à un autre credo de campagne des socialistes : inciter les entreprises à investir plutôt qu'à récompenser leurs actionnaires. Cette mesure rapporterait 800 millions d’euros par an à l’État d’après le calcul des "Échos". Elle risque cependant “d’inciter à investir ailleurs”, d’après Laurence Parisot, la patronne du Medef.

Mesures incitatives

Un ensemble de mesures qui semble en effet lourd de conséquences pour la trésorerie des entreprises. Mais la plupart de ces propositions visent en premier lieu les grands groupes et non pas les PME. La banque BNP Paribas a ainsi mesuré que la proposition de taxer les dividendes affecterait avant tout EDF, Areva ou encore Total. En outre, la fin des heures supplémentaires défiscalisées ne concerne pas les entreprises de moins de 20 salariés.

Par ailleurs, le projet présidentiel du Parti socialiste prévoit plusieurs mesures censées favoriser l’activité des petites et très petites entreprises. Outre la banque d’investissement chargé de financer les projets des PME, le PS souhaite également abaisser l’impôt sur les sociétés pour les TPE, qui serait porté à 15 % contre 33 % actuellement. Reste à savoir si, dans le contexte de crise économique actuelle, ces largesses fiscales continueront à figurer au programme du gouvernement.

Première publication : 19/06/2012

  • FRANCE

    Les salaires des dirigeants du public plafonnés à 450 000 euros annuels

    En savoir plus

  • FRANCE

    Les salaires des patrons des entreprises publiques dans le viseur de l'État

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    Les défis économiques qui attendent le futur président François Hollande

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)