Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacob Desvarieux, l'ambassadeur international du Zouk!

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

Tous les jours, le regard des internautes sur l’actualité et un point tout en image sur ce qui fait le buzz sur la toile. Du lundi au vendredi, à 8h20.

SUR LE NET

SUR LE NET

Dernière modification : 20/06/2012

Les électeurs égyptiens s’expriment sur leur bulletin de vote

Les Egyptiens font part de leur mécontentement sur leur bulletin de vote présidentiel. Un ancien professeur de Barack Obama milite contre sa réélection en novembre prochain. Et un photographe américain résume son voyage en Asie en moins de deux minutes.

Les électeurs égyptiens s’expriment sur leur bulletin de vote


Alors que les électeurs égyptiens étaient appelés à choisir leur président, samedi et dimanche, de nombreux citoyens semblent n’avoir été convaincus par aucun des deux candidats en lice, le militaire Ahmed Chafik et l’islamiste Mohamed Morsi. Et si une partie des inscrits sur les listes électorales s’est tout simplement abstenue, d’autres ont décidé d’exprimer clairement sur leur bulletin de vote leur refus de choisir entre les deux hommes. Une méthode originale pour contester la légitimité du scrutin dont la Toile se fait largement l’écho.

Comme le montrent ces images qui circulent sur les réseaux sociaux, certains Égyptiens ont fait preuve d’humour dans l’isoloir pour marquer leur opposition face à ce qu’ils considèrent être une mascarade électorale. Ce citoyen a ainsi dessiné le symbole de Batman à côté du nom des deux candidats officiels pour signifier qu’il aurait préféré voter pour le superhéros costumé. De son côté, cet homme a lui rayé les deux noms pour les remplacer par celui d’une célèbre danseuse du ventre. Et ces deux autres internautes ont, eux, opté pour l’ironie en déclarant sur leur bulletin que le choix était trop difficile à faire au vu des qualités évidentes d’Hommes d’Etat de Chafik et Morsi.

Mais des messages plus sérieux ont également été inscrits sur les bulletins de vote par des activistes. Ici, un électeur explique qu’il lui est impossible de faire un choix, sa conscience lui empêchant de voter pour les deux hommes. Un point de vue partagé par ce citoyen qui affirme qu’il ne peut tout simplement pas choisir entre "un assassin et un traître". Et cet autre Egyptien estime, lui, que ce vote était inutile puisqu’aucun des deux candidats ne sera en mesure d’assurer la sécurité dans le pays.

Enfin, certains, à l’image de ce blogueur, ont décidé d’aller plus loin en avertissant les autorités égyptiennes que la révolution se poursuivrait dans le pays, et ce malgré la tenue de l’élection présidentielle, aussi longtemps que les réformes promises pendant le printemps arabe n’auront pas été mises en place.


Un ancien professeur de Barack Obama contre sa réélection

« Barack Obama doit être battu lors de la prochaine élection, car il a échoué à faire avancer la cause progressiste aux États-Unis. » Voici le message lancé, dans cette vidéo diffusée sur Internet, par Roberto Unger, qui a été l’un des professeurs du président américain à la faculté de droit de l’université d’Harvard. Un clip dans lequel cet homme politique brésilien s’en prend au bilan économique de son ancien étudiant. Il l’accuse notamment d’avoir dépensé des milliards pour renflouer les banques et abandonné les travailleurs américains à leur propre sort. La défaite de Barack Obama à la présidentielle de novembre permettrait donc, selon lui, d’amorcer le renouveau du parti démocrate et de la gauche américaine.

La vidéo fait actuellement le tour de la Toile et suscite de nombreuses réactions. Larry Johnson, du blog « No Quarter », estime ainsi que Barack Obama n’a pas tenu sa promesse d’inaugurer une nouvelle façon de gouverner, et qu’il semble actuellement bien éloigné des préoccupations de l’Américain moyen.

L’historien Garry Wills affirme, quant à lui, comprendre que les partisans de Barack Obama aient pu être déçus par son premier mandat. Mais il estime que les électeurs ne doivent pas voter pour ou contre un candidat, mais pour un parti et le projet de société qu’il défend.

Quoiqu’il en soit, cette intervention de l’ancien professeur de Barack Obama tombe à point nommé pour son adversaire, le républicain Mitt Romney, qui continue de faire campagne en s’attaquant lui aussi au bilan économique de l’actuel président américain.


Une carte culturelle d’une tribu d’Amazonie sur Google Earth

Des photos et des vidéos en 3D de la forêt amazonienne, ainsi que des récits sur les coutumes des Indiens Surui sont désormais disponibles sur Google Earth. Ce projet vient couronner 5 ans de partenariat entre le géant américain et Almir, le chef de cette tribu habitant dans le nord-ouest du Brésil. Une carte que les Indiens Surui pourront également utiliser pour dénoncer, avec des smartphones, la déforestation illégale dans leur territoire. Une première qui pourrait en amener d’autres.



Tendance du jour sur les réseaux sociaux

« End Fossil Fuel Subsidies », c’est-à-dire « Arrêtez de subventionner les énergies fossiles », est le nom de la campagne lancée par des associations écologistes à l’occasion du sommet de Rio sur le développement durable qui se tient de mercredi à vendredi. Objectif : demander aux gouvernements du monde entier de cesser de financer des carburants responsables de larges émissions de gaz à effet de serre. Des subventions destinées à les rendre abordables pour le public, mais qui, d’après les écologistes, feraient mieux d’être investies dans les énergies renouvelables.

 

Vidéo du jour

Un voyage en Asie pendant deux mois résumé dans une vidéo de moins de deux minutes… c’est ce que propose de découvrir ici le photographe américain Kevin Kelly qui a réalisé ce clip en faisant défiler 1 seconde d’images filmées chaque jour pendant toute la durée de son périple. Un court film grâce auquel les internautes pourront parcourir la Chine, la Birmanie, le Laos, le Cambodge ou encore la Thaïlande sans avoir à quitter leur salon.

Par Electron Libre

COMMENTAIRE(S)

Les archives

20/09/2014 Réseaux sociaux

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

Le Brésil est secoué par de puissants mouvements sociaux depuis un an. Son économie tourne au ralenti avec une croissance quasi nulle. C’est dans ce contexte que se déroule la...

En savoir plus

22/09/2014 guerre

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

Au sommaire de cette édition : en Ukraine, des activistes appellent à participer au « Blood Bucket Challenge »; des musulmans britanniques dénoncent les actions de l’organisation...

En savoir plus

18/09/2014 Réseaux sociaux

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

Au sommaire de cette édition : les jeunes internautes iraniens contournent massivement la censure en ligne; au Kenya, les mauvais parents sont dénoncés sur Facebook; et un...

En savoir plus

17/09/2014 Réseaux sociaux

Wikileaks dénonce les États utilisant des logiciels espions

Au sommaire de cette édition : Wikileaks dénonce des pays ayant recours à des logiciels espions pour surveiller la Toile; en Angleterre, un projet de « zoo humain » choque les...

En savoir plus

16/09/2014 Réseaux sociaux

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

Au sommaire de cette édition : la Toile appelle les médias à censurer les vidéos de l’organisation de l’Etat islamique; la tendance du « Book Bucket Challenge » déferle sur le...

En savoir plus