Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Il faut une réponse globale" contre le terrorisme, dit le Premier ministre malien sur France 24

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sophie Marceau et Patrick Bruel en sex-addicts !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France : la politique familiale à l'heure des économies

En savoir plus

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Instituer l'Etat de droit en Chine"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Guerre pour un barrage en Colombie et la sanglante chasse aux dauphins des Îles Feroé

En savoir plus

  • La France renforce son dispositif militaire pour lutter contre l'EI en Irak

    En savoir plus

  • En images : les ratés du Secret Service de la Maison Blanche

    En savoir plus

  • Ebola au Liberia : la situation "en voie de stabilisation", dit Ellen Johnson Sirleaf

    En savoir plus

  • Gérard Larcher élu sans surprise président du Sénat

    En savoir plus

  • Barack Obama veut faire évoluer le "statu quo" entre Israéliens et Palestiniens

    En savoir plus

  • Ebola : Alpha Condé exige "une réponse globale" pour combattre l'épidémie

    En savoir plus

  • Affaire Bygmalion : deux proches de Jean-François Copé mis en examen

    En savoir plus

  • UFC-Que Choisir vs Foncia : l’action de groupe loin de la "class action"

    En savoir plus

  • Le PIB britannique dopé par la drogue et la prostitution

    En savoir plus

  • Erdogan s'engage contre l'EI mais garde comme priorité la chute du régime syrien

    En savoir plus

  • Les musées français les plus visités bientôt ouverts sept jours sur sept

    En savoir plus

  • Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

    En savoir plus

  • Foot américain : un joueur musulman sanctionné pour une prière

    En savoir plus

  • Budget 2015 : la baisse des dépenses à pas feutrés

    En savoir plus

  • Rentrée des classes meurtrière à Donetsk

    En savoir plus

Amériques

Les dirigeants du G20 cherchent à ramener la confiance sur les marchés

Vidéo par Stéphanie DE SILGUY

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/06/2012

Espérant rassurer des marchés de nouveau inquiets de la situation économique et financière européenne, les dirigeants du G20 réunis au Mexique assurent vouloir tout mettre en œuvre pour retrouver croissance et stabilité dans la zone euro.

AFP - Les dirigeants du G20 ont cherché lundi à Los Cabos (Mexique) à ramener un peu de confiance dans l'économie, face à des marchés toujours sceptiques, en assurant que tout serait mis en oeuvre pour retrouver croissance et stabilité avec l'aide du FMI.

Le contexte était difficile car les places financières, d'abord soulagées par une victoire électorale de la droite en Grèce qui devrait permettre de former un gouvernement de coalition pro-européen, ont renoué lundi avec le pessimisme, prenant l'Espagne pour cible.

Face à ce "regain de tension sur les marchés", les dirigeants des pays de la zone euro

Au G20, le FMI obtient plus d'argent que prévu

Le Fonds monétaire international a obtenu lundi encore plus d'argent de la communauté internationale à l'occasion d'un sommet du G20, dont une contribution chiffrée de la Chine qui a porté le total à 456 milliards de dollars.

Ce sont 23 Etats membres et la zone euro, soit une quarantaine de pays au total, qui vont mettre la main au portefeuille pour renforcer les moyens de l'institution de Washington.

Le FMI, perçu comme la ligne de défense la plus crédible contre la contagion de la crise en zone euro, apparaissait lundi soir comme le grand gagnant du sommet qui se tient dans la station balnéaire de Los Cabos (Mexique). (AFP)

 

membres du G20 se disent prêts à prendre "toutes les mesures nécessaires pour maintenir l'intégrité et la stabilité" de leur zone, selon le projet de déclaration finale de ce sommet du G20, dont l'AFP a obtenu lundi une copie.

Les dirigeants de ce club de pays riches et émergents qui pèse près de 90% du PIB mondial s'engagent "à prendre les mesures nécessaires pour renforcer la croissance mondiale et restaurer la confiance", indique encore le G20.

Plusieurs pays n'ont toutefois pas été convaincus, se disant déçus du manque d'ambition des Européens. Les dirigeants des pays émergents du groupe des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) ont "regretté l'absence de mesures concrètes" qui calment la crise de la dette en zone euro, a rapporté un porte-parole de la présidence russe.

Le président de l'Union européen Herman Van Rompuy a toutefois assuré lundi que le G20 soutiendrait et encouragerait les efforts des Européens, dans la déclaration finale attendue mardi.

Cela fait plusieurs sommets du G20 que les dirigeants européens sont sous la pression de leurs partenaires. Les Etats-Unis les ont à maintes reprises encouragés à en faire plus pour sortir de la crise, redoutant les conséquences pour leur propre croissance, alors que le président Barack Obama joue sa réélection en novembre.

Il s'est dit "encouragé" lundi à l'issue d'une rencontre avec la chancelière allemande Angela Merkel, selon le porte-parole de la Maison Blanche.

Les dirigeants de la zone euro ont de leur côté cherché à éviter d'apparaître comme les seuls fautifs face au marasme économique mondial.

"Franchement, nous ne sommes pas ici pour recevoir des leçons en termes de démocratie ou sur la façon de gérer l'économie", a affirmé devant la presse le président de la Commission européenne José Manuel Barroso. Il a remarqué au passage que "tous les pays du G20 ne sont pas des démocraties".

"Nous ne sommes pas les seuls à être responsables des problèmes économiques actuels dans le monde", a renchéri M. Van Rompuy.

Les pays émergents disent ouvertement que c'est d'abord aux Européens de régler leurs problèmes. Et s'ils ont finalement accepté de révéler les montants qu'ils souhaitent accorder au Fonds monétaire international (FMI) dans le cadre de l'augmentation de ses ressources, ils ont posé leurs conditions.

Le groupe des puissances émergentes des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud), qui s'est réuni lundi matin à Los Cabos, exige avant tout versement de sa part que le FMI soit à court d'argent et qu'il ait mis en oeuvre une réforme de 2010 accroissant les droits de vote de ces pays émergents. La Chine a néanmoins accepté de contribuer à hauteur de 43 milliards de dollars, La Russie, le Brésil et l'Inde pour chacun 10 milliards de dollars et l'Afrique du Sud pour 2 millards de dollars.

"Le total des promesses est monté à 456 milliards de dollars, ce qui double presque notre capacité de prêts", s'est félicitée la directrice général du FMI, Christine Lagarde, dont l'institution sort renforcée de ce septième sommet du G20.

Avant l'ouverture du sommet, le président américain Barack Obama et son homologue russe Vladimir Poutine ont eu un entretien sous haute tension après l'interruption de la mission des Nations unies en Syrie.

Le président russe, qui rencontrait M. Obama pour la première fois depuis sa réélection, a assuré que les Etats-Unis et la Russie avaient trouvé "de nombreux points d'accord".

La Russie doit prendre ensuite la présidence du G20, avec un sommet programmé les 5 et 6 septembre 2013 à Saint-Pétersbourg.

 

Première publication : 19/06/2012

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    Le délicat dossier espagnol s'invite au sommet du G20

    En savoir plus

  • FINANCE

    Réuni à Mexico, le G20 appelle l'Europe à davantage de fermeté

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    "Trouver un équilibre entre l’indépendance des États et l’interdépendance des pays de la zone euro"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)