Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La leçon de démocratie du Nigéria

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'alternance démocratique au Nigeria, modèle pour le reste du continent

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

La victoire annoncée de l'opposant Muhammadu Buhari au Nigeria

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Climat : "Les chances sont bonnes" de parvenir à un accord à Paris

En savoir plus

FACE À FACE

Nicolas Sarkozy : après la victoire, retour à la case judiciaire

En savoir plus

FOCUS

Inde : les musulmans et les chrétiens dans le viseur des ultranationalistes hindous

En savoir plus

REPORTERS

San Cristóbal, le chaudron vénézuélien

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Arnaud Viard, les joies et les peines de l'autofiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Moriarty, l'alchimie gagnante

En savoir plus

Afrique

Le dernier officier militaire rwandais condamné à la perpétuité par le TPIR

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/06/2012

Le capitaine Ildephonse Nizeyimana, considéré comme l'un des principaux architectes du génocide rwandais de 1994 et dernier officier jugé, a été condamné mardi à la perpétuité par le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

AFP- Le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) a condamné mardi à la perpétuité, pour sa participation au génocide de 1994 au Rwanda, le capitaine Ildephonse Nizeyimana, dernier officier de l'ex-armée rwandaise jugé par cette juridiction mise en place par l'ONU.

Deux autres officiers des ex-FAR (Forces armées rwandaises) sont toujours recherchés mais, s'ils sont arrêtés, ils seront jugés par la justice rwandaise ou par le mécanisme international chargé de régler les questions résiduelles du TPIR et du Tribunal pour l'ex-Yougoslavie.

"La chambre condamne Ildephonse Nizeyimana à une peine d'emprisonnement à vie", a annoncé le juge Lee Gacuiga Muthoga après avoir lu un résumé de la décision.

A l'unanimité des trois juges, l'accusé a été déclaré coupable de génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre, pour avoir autorisé ou ordonné plusieurs meurtres dans ou autour de la ville de Butare (sud), où il était en 1994 commandant-en-second de l'Ecole des sous-officiers (ESO).

Le capitaine Nizeyimana, arrêté en octobre 2009 à Kampala, a été acquitté du chef de viols.

Parmi ces meurtres, figure celui de Rosalie Gicanda, veuve de l'avant-dernier roi du Rwanda, Charles-Léon-Pierre III Rudahingwa, et personnalité respectée par les Rwandais de la minorité tutsi, tuée le 21 avril 1994 avec d'autres membres de sa famille.

Parmi les autres victimes, le jugement mentionne "plusieurs milliers" de tutsis tués le 18 avril 1994 à l'église paroissiale de Cyahinda par des soldats de l'ESO.

Le tribunal a estimé que l'alibi présenté par l'officier pour certains chefs n'était pas crédible.

Interrogé à la sortie de l'audience, Me John Philpot, l'avocat canadien du capitaine Nizeyimana a annoncé sa décision de faire appel, qualifiant son client de "bon soldat qui défendait son pays d'une invasion et était absent lorsque la plupart de ces événements se sont produits".

Mis en place pour juger les responsables du génocide rwandais - qui a fait 800.000 morts entre avril et juillet 1994, selon l'ONU, essentiellement parmi les tutsi - le TPIR s'est engagé à achever ses procès de première instance fin juin 2012 et ceux en appel fin 2014.

Première publication : 19/06/2012

  • RWANDA

    Des armes françaises dans l'arsenal rwandais à la veille du génocide

    En savoir plus

  • RWANDA

    Le Canada expulse l'idéologue présumé du génocide rwandais

    En savoir plus

  • RWANDA

    Attentat contre Habyarimana : "Le rapport d'expertise est à prendre au sérieux"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)