Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

DÉBAT

La capitale française fait-elle le pari des arts ?

En savoir plus

Amériques

"À balles réelles", le film de Roméo Langlois sur les FARC, ce soir sur FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/06/2012

Le 28 avril, l’armée colombienne part dans la jungle démanteler des laboratoires de drogue clandestins. Mais la mission tourne mal. Roméo Langlois, qui accompagne la mission pour FRANCE 24, est pris en otage par les Farc. Il reste détenu 33 jours.

Roméo Langlois, qui a été libéré le 30 mai par les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), a réalisé un documentaire sur la bataille qui a précédé sa capture par la rébellion marxiste.

Ce documentaire de 26 minutes montre le départ de l’armée en mission, les bombardements aériens, l'embuscade des Farc et la mort du sergent chargé de la protection de Roméo Langlois.

Le journaliste a, lui, été blessé au bras. Il s’est rendu aux guérilleros qui l’ont retenu en otage pendant plus d’un mois. Roméo Langlois raconte ensuite sa détention dans la jungle colombienne.

Ne manquez pas "Colombie, à balles réelles", un document rare qui sera diffusé mercredi 20 juin à 21h10 (heure de Paris) sur FRANCE 24.

Roméo Langlois, auteur du documentaire "À balles réelles", interviewé sur France24

Première publication : 20/06/2012

COMMENTAIRE(S)