Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LA SEMAINE DE L'ECO

Les tests de résistance des banques sont-ils fiables ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'amendement "dividendes" qui fâche les PME

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des femmes se mettent aux "métiers d’hommes"

En savoir plus

REPORTERS

États-Unis – Mexique : la frontière de tous les dangers

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des Arts du couturier Elie Saab

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le Bal des vampires" : Roman Polanski sort les crocs !

En savoir plus

FOCUS

Le Caire surveille de près les islamistes radicaux tentés par l'EI

En savoir plus

POLITIQUE

Bruno Le Roux : il est "indigne" de se servir du drame de Sivens

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le choc de simplification ne doit pas être contredit par un choc de complexification"

En savoir plus

FRANCE

Réélection de Christian Jacob à la tête du groupe UMP de l'Assemblée nationale

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/06/2012

Âgé de 52 ans, le député de Seine-et-Marne a été réélu par ses pairs à la tête du groupe UMP de l'Assemblée nationale dès le premier tour de scrutin. Il a battu les anciens ministres Xavier Bertrand et Hervé Gaymard.

AFP - Christian Jacob a été réélu mercredi président du groupe UMP à l'Assemblée nationale en l'emportant, dès le premier tour de scrutin face à Xavier Bertrand et Hervé Gaymard, a annoncé à l'AFP une source UMP.

Le député de Seine-et-Marne, 52 ans, patron des députés UMP depuis novembre 2010 et proche de Jean-François Copé, a recueilli 117 voix contre 63 à M. Bertrand, allié à François Fillon, et 17 à M. Gaymard, selon cette source. Plus de 50 voix séparent les deux principaux concurrents.

Député depuis 1995, ancien ministre chiraquien, M. Jacob, très apprécié de ses pairs à l'Assemblée nationale, partait favori.

Le vainqueur s'est félicité de son score de "60%", signe de "la reconnaissance du travail qui a été fait". Il en a aussitôt appelé à "l'unité" et à se concentrer sur "un seul objectif, la session extraordinaire" d'été du Parlement.

"Le groupe est une chose, le congrès de l'UMP de cet automne en est une autre", a-t-il insisté alors que tous les regards se tournent déjà vers le prochain match, celui qui opposera Jean-François Copé et François Fillon pour la présidence de l'UMP.


A l'issue du scrutin, l'ancien ministre Xavier Bertrand a voulu faire bonne figure en déclarant que cette bataille "valait la peine d'être menée" car selon lui, "il fallait des changements avec la nouvelle donne politique". L'UMP se retrouve pour la première fois dans l'opposition depuis sa création en 2002.

Si M. Bertrand s'était lui aussi employé à déconnecter ce scrutin du match Copé-Fillon pour la présidence de l'UMP, qui se jouera à l'automne, sa large défaite constitue un mauvais signal pour l'ancien Premier ministre, qui aimerait déloger du parti le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, dans la perspective de la présidentielle de 2017

 

Première publication : 20/06/2012

  • POLITIQUE FRANÇAISE

    Présidence de l’UMP : Copé et Fillon à couteaux tirés

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES FRANÇAISES

    L'UMP paie le prix fort ses œillades au Front national

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES FRANÇAISES

    La stratégie de Marine le Pen pour faire exploser l’UMP

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)