Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Nigeria attend dans la fébrilité les résultats de la présidentielle

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Départementales: un humour déplacé ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Antonio Costa : "Avec l'Euro, il y a quelques gagnants mais beaucoup de perdants"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Évasion fiscale : l'Europe joue la transparence... jusqu'au bout ?

En savoir plus

FOCUS

Royaume Uni : les communautés musulmanes sont-elles bien intégrées ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France : faut-il sanctionner les prostituées ou leurs clients?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Palestine s'apprête à adhérer à la CPI

En savoir plus

BILLET RETOUR

Un vent de liberté souffle sur le Koweït

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Agriculture : faire face à l'élevage intensif

En savoir plus

EUROPE

L'ex-Premier ministre roumain Adrian Nastase condamné à deux ans de prison ferme

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/06/2012

L'ancien Premier ministre roumain Adrian Nastase a été condamné mercredi à deux ans de prison ferme pour corruption par la Cour suprême de Roumanie. Une première dans ce pays pour un homme politique de ce niveau.

Crédit photo AFP

AFP - L'ex-Premier ministre roumain Adrian Nastase a été condamné mercredi à une peine définitive de deux ans de prison ferme pour corruption, un jugement rare en Europe contre un ancien chef de gouvernement, a annoncé la Cour suprême de Roumanie.

"La Cour maintient la peine de deux ans de prison ferme", a déclaré la magistrate Marcela Radu en lisant le jugement, a constaté une journaliste de l'AFP.

M. Nastase, 61 ans, Premier ministre social-démocrate entre 2000 et 2004, était accusé d'avoir détourné en 2004 vers sa campagne électorale environ 1,5 million d'euros recueilli auprès de sociétés et d'hommes d'affaires invités à participer à un symposium.

L'ex-Premier ministre, qui n'était pas présent dans la salle lors de l'énoncé du jugement, dispose désormais de 24 heures pour se rendre à la police en vue de son emprisonnement.

Il est le plus haut responsable politique condamné à ce jour en Roumanie pour des faits de corruption.

L'ancien Premier ministre, qui a toujours soutenu être victime d'un procès politique, est décrit par les analystes comme le mentor politique de l'actuel Premier ministre Victor Ponta.

Le procès avait débuté il y a plus de trois ans et les cinq avocats de M. Nastase avaient tout tenté pour obtenir la prescription des faits.

Ses procès, comme ceux de plusieurs autres hauts responsables accusés de corruption, sont suivi de près par l'Union européenne.

Entrée dans l'Europe en 2007, la Roumanie fait l'objet d'un mécanisme de surveillance inédit de Bruxelles afin de réformer une justice minée par des années de dictature et de mieux lutter contre la corruption de haut niveau.

Très peu de chefs de gouvernement ont été condamnés à de la prison ferme en Europe pour des faits de corruption.

L'ancien président du Conseil italien Bettino Craxi avait été condamné définitivement à de la prison ferme dans les années 1990 dans diverses affaires mais il avait toutefois fui l'Italie afin de ne pas purger sa peine avant de mourir en 2000.

En Croatie, l'ancien Premier ministre Ivo Sanader est actuellement jugé pour des faits de corruption et a fait de la détention préventive.

M. Nastase doit répondre en appel d'accusations de corruption et de chantage dans deux autres procès.

Le premier vise son acquittement en décembre dans un dossier lié à un héritage controversé d'environ 300.000 euros légué par une tante à l'épouse de M. Nastase.

Le deuxième porte sur l'accusation d'avoir reçu des pots-de-vin d'un montant total de 630.000 euros, sous la forme de biens importés de Chine et de travaux non remboursés, de la part d'une ex-responsable gouvernementale.

Dans cette affaire, M. Nastase a été acquitté en mars des faits de corruption mais condamné à trois ans de prison avec sursis pour chantage.

Première publication : 20/06/2012

  • ROUMANIE

    Fronde des artistes roumains contre le nouveau gouvernement

    En savoir plus

  • ROUMANIE

    Le chef de l'opposition de gauche nommé Premier ministre

    En savoir plus

  • ROUMANIE

    Face à la fronde sociale, le Premier ministre roumain démissionne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)