Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

La disparition du vol d'AirAsia bouleverse la Toile

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

La Suède : un modèle pour tous ? (partie 2)

En savoir plus

SUR LE NET

Des opérateurs indépendants au secours des campagnes françaises

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Il neige en hiver"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Disparition du vol AirAsia : un coup dur pour la compagnie low-cost

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Afghanistan : treize ans d'échecs"

En savoir plus

SUR LE NET

L'ONU dresse l'inventaire des sites détruits en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

MODE

La mode 2014 marquée par une prise de conscience des créateurs

En savoir plus

Economie

Critiquée par ses partenaires, l'Europe prend à nouveau l'engagement de lutter contre la crise

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/06/2012

Très critiqués pour leur façon de gérer la crise sur le Vieux Continent, les dirigeants européens se sont engagés à prendre "les mesures nécessaires pour maintenir l'intégrité et la stabilité" de la zone euro dans la déclaration finale du sommet.

AFP - Les pays de la zone euro, accusés par le reste du monde de contribuer au marasme économique, ont plutôt bien résisté à la pression lors du sommet du G20 de Los Cabos (Mexique), selon les participants.

"Je pense que, de ce que j'ai entendu de la part des dirigeants européens [...] ils comprennent les enjeux, ils comprennent pourquoi c'est important pour eux de prendre des mesures ambitieuses et déterminée", a assuré le président américain Barack Obama devant la presse, à l'issue de ce sommet.

"Je suis persuadé qu'ils peuvent réussir dans cette épreuve", a-t-il ajouté.

Son homologue russe Vladimir Poutine est allé plus loin encore, se disant "encouragé par l'approche de la Commission européenne, avec laquelle nous sommes rarement d'accord, et des principaux pays de la zone euro sur la façon dont ils envisagent de résoudre les problèmes auxquels ils font face".

Attendus de pied ferme au lendemain des élections en Grèce, les dirigeants de la zone euro ont d'abord entendu une longue litanie de reproches, à mots plus ou moins couverts, sur la façon dont ils gèrent la crise de la dette qui les mine depuis plus de deux ans.

Les dirigeants des pays émergents du groupe des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) ont ainsi "regretté l'absence de mesures concrètes" à même de calmer la crise de la dette en zone euro, selon la présidence russe.

Et s'ils se sont finalement dits prêts à contribuer à l'augmentation des ressources du Fonds monétaire international, très sollicité par les Européens ces derniers mois, ils ont aussi clairement mis des conditions avant tout versement.

Sommet après sommet, les Européens sont sur la sellette. Et chaque nouveau rendez-vous est l'occasion pour eux de renouveler leur détermination à régler une fois pour toutes la crise de la dette.

Face au "regain de tension sur les marchés", les dirigeants des pays de la zone euro membres du G20 se sont dits cette fois prêts à prendre "toutes les mesures nécessaires pour maintenir l'intégrité et la stabilité" de leur zone, selon la déclaration finale de ce sommet.

Et pour enfoncer le clou, le G20, --à la différence du sommet précédent de Cannes en novembre--, a inclus dans cette déclaration une liste détaillée des mesures susceptibles d'éloigner la crise sur le vieux continent.

Afin de renforcer "l'intégration budgétaire et économique", indispensable pour faire baisser les coûts des emprunts publics, selon le texte, le G20 reprend par exemple à son compte le projet d'union bancaire que les Européens envisagent pour calmer les marchés.

La déclaration du G20 se contente d'indiquer "quelques pistes pour des avancées supplémentaires", a minimisé un haut-responsable de l'Union européenne, soulignant aussitôt que les "décisions concernant l'Europe doivent être prises en Europe".

"C'est l'Europe qui doit avoir sa propre réponse", "elle ne doit pas nous être donnée de l'extérieur", a renchéri mardi le président français François Hollande.

Ces pressions ont aussi agacé le président de la Commissions européenne, Jose Manuel Barroso, qui a vertement répondu à un journaliste canadien l'interrogeant sur la crédibilité des Européens.

"Franchement, nous ne sommes pas ici pour recevoir des leçons en termes de démocratie ou sur la façon de gérer l'économie", a-t-il lancé lors d'une conférence de presse.

Mais c'est peut-être le Premier ministre italien Mario Monti qui a le mieux résumé le sentiment européen. Toute cette discussion au G20 sur les Européens est un "progrès dans le sens où elle permet à chacun d'entre nous, un peu comme le fait un GPS qui se remet à jour périodiquement, de voir comment nous et nos problèmes sont perçus dans le reste de l'Europe et dans le monde", a-t-il déclaré à Los Cabos.

 

Première publication : 20/06/2012

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    Le délicat dossier espagnol s'invite au sommet du G20

    En savoir plus

  • ANALYSE

    Le Royaume-Uni peut-il séduire les entrepreneurs français?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)