Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Economie

La justice va se pencher sur les offres "illimitées" des opérateurs mobiles français

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/06/2012

Les 10 principaux opérateurs téléphoniques français ont été assignés en justice par l'association de protection des consommateurs UFC-Que Choisir, qui dénonce l'existence de clauses abusives dans leurs forfaits dits "illimités".

AFP - L'association UFC-Que Choisir a annoncé mercredi qu'elle assignait devant le tribunal de grande instance de Paris les 10 principaux opérateurs télécoms français pour "clauses abusives" concernant leurs offres mobiles dites "illimitées", dans un communiqué.

L'UFC avait mis en demeure en février dix opérateurs ou filiales d'opérateurs: B&You (Bouygues Telecom), Coriolis, Free Mobile, La Poste Mobile, Numericable, Prixtel, Red (SFR), SIM+, Sosh (Orange), Virgin Mobile et Zéro Forfait, dénonçant des "anomalies dans leurs contrats".

"Bien que des négociations aient été entamées, les avancées sont clairement insuffisantes. Par conséquent, l'association se voit contrainte d'assigner pour suppression de clauses abusives les 10 opérateurs", indique-t-elle.

Même si "l'UFC-Que Choisir se félicite d'avoir été entendue sur l'usage inexact pour elle du terme +illimité+ dans les offres 3G", "dans le même temps, elle regrette le manque de transparence des opérateurs sur les appels dits +illimités+".

"Aujourd'hui comme hier, le consommateur ne sait toujours pas ce qui se cache exactement derrière ces offres low-cost", souligne l'UFC qui annonce qu'elle a donc assigné les opérateurs devant le tribunal de grande instance de Paris.

Le 10 janvier, l'arrivée du nouvel opérateur Free Mobile a bousculé le marché des télécoms avec le lancement de deux offres défiant toute concurrence, obligeant les acteurs historiques à revoir à la baisse plusieurs de leurs tarifs ou à lancer de nouvelles offres plus compétitives.

Première publication : 20/06/2012

  • TÉLÉCOMS

    Jean-Bernard Lévy prend les fonctions de Frank Esser à la tête de SFR

    En savoir plus

  • TÉLÉPHONIE

    Quelque 10 000 emplois menacés par l'arrivée de Free Mobile en France, selon l'Arcep

    En savoir plus

  • TÉLÉCOMS

    Les opérateurs "historiques" s'érigent en victimes de Free

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)