Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires tagués en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

PROFILS

Justine Dupont, surfeuse

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Génocide rwandais : le défi de la réconciliation

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

PSA à la conquête de la Chine

En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon Blatter

    En savoir plus

  • Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Vidéos : retour sur la vie de Hurricane Carter, symbole des méfaits du racisme

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal au Mali

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • Sissi et Sabahi, seuls candidats à l’élection présidentielle en Égypte

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

EUROPE

Antonis Samaras nomme un gouvernement de coalition dominé par la droite

©

Vidéo par Ludovic de Foucaud

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/06/2012

Le Premier ministre Antonis Samaras a annoncé, ce jeudi, la composition de son gouvernement. Une formation de coalition soutenue par le Pasok socialiste et la gauche modérée, et dominé par des figures du parti conservateur Nouvelle-Démocratie.

AFP - Le nouveau Premier ministre grec conservateur Antonis Samaras a nommé jeudi son gouvernement, soutenu par le Pasok socialiste et la gauche modérée, et dominé par des ténors conservateurs de la Nouvelle-Démocratie, le parti vainqueur des législatives de dimanche.

Le banquier Vassilis Rapanos, 65 ans, un vieux routier de la gestion économique grecque, proche des socialistes, a obtenu le poste crucial de ministre des Finances, a indiqué le porte-parole Simos Kedikoglou en annonçant la liste des ministres

Il sera assisté par Christos Staïkouras, 38 ans, jusqu'à présent conseiller économique du Premier ministre, et nommé ministre-adjoint.

C'est lui qui sera responsable de la "révision de termes du memorandum", la feuille de route qui fixe les efforts budgétaires et les réformes à engager par la Grèce dictée par bailleurs de fonds du pays.

Cette "révision" "ne doit pas mettre en danger la voie européenne du pays ou son maintien dans l'euro", selon la déclaration liminaire du gouvernement rendue publique jeudi.

Le gouvernement entend aussi "ne pas compromettre les objectifs évidents de réduction du déficit budgétaire, contrôle de la dette et application des réformes structurelles", ajoute cette déclaration, adoptée comme plate-forme politique par les trois partis soutenant le nouveau gouvernement "de responsabilité nationale".

"L'objectif également du nouveau gouvernement est de créer les conditions adéquates pour sortir définitivement le pays de la crise", a indiqué cette déclaration.

La nouvelle équipe est composée de 38 membres, dont 17 ministres, 14 secrétaires d'Etat, 7 vice-ministres et un porte-parole. Elle ne compte que deux femmes, Olga Kefaloyanni au ministère du Tourisme et la secrétaire générale à la Santé Fotini Skopouli.

Une dizaine de portefeuilles sont détenus par la droite, dont celui des Affaires étrangères par Dimitris Avramopoulos, un vieux cadre de la droite qui avait détenu plusieurs ministères dans des gouvernements conservateurs précédents.

A la Défense est nommé Panos Panayiotopoulos tandis que le portefeuille de la Marine marchande, recréé à la demande des armateurs après avoir été supprimé par le précédent gouvernement socialiste, est assumé par Kostas Mousouroulis, tous les deux de droite.

La nouvelle équipe devait prêter serment à 16H00 GMT avant un premier conseil des ministres une heure plus tard, a précisé M. Kedikoglou. M. Rapanos, crédité par des médias grecs de se trouver à Luxembourg pour la réunion de l'Eurogroupe prêtera serment ultérieurement, a-t-il ajouté.

Le portefeuille de la Réforme de l'administration, déterminant pour le grand chantier de modernisation et rationalisation de l'appareil d'Etat, est confié à une personnalité de gauche, le professeur du droit constitutionnel, Antonis Manitakis.

Celui de la Justice à Antonis Roupakiotis, ancien président du barreau d'Athènes, également de gauche.

Première publication : 21/06/2012

  • GRÈCE

    En Grèce, un accord a été conclu pour former un nouveau gouvernement

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES GRECQUES

    Syriza détrône le Pasok comme pilier de l'opposition

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES GRECQUES

    En portant la droite au pouvoir, les Grecs redonnent une chance à l’euro

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)