Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Violence au Burundi : la crainte de l'escalade

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tour d'horizon des initiatives d'aide aux migrants et réfugiés qui sont lancées en France

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise des migrants : L'Europe indignée, l'Europe impuissante ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

La crise des ordures au Liban : un raz-le-bol exacerbé

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses du palais de l'Élysée

En savoir plus

FOCUS

Ukraine : quelle est l'influence de l'extrême droite ?

En savoir plus

TECH 24

IFA 2015 : retour vers le futur

En savoir plus

MODE

Quand la lingerie triomphe !

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : avec les migrants face au "rideau de fer" hongrois

En savoir plus

Asie - pacifique

Attentats de Bali : le dernier procès lié aux attaques s'achève ce jeudi

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/06/2012

Considéré comme "l'expert en démolition" du réseau Jemaah Islamiyah, l'islamiste Umar Patek doit connaître ce jeudi le verdict de la justice indonésienne pour son implication présumée dans les attentats de Bali, qui avaient fait 202 victimes en 2002.

AFP - La justice indonésienne rend jeudi son verdict à l'encontre d'Umar Patek, considéré comme "l'expert en démolition" du réseau islamiste Jemaah Islamiyah (JI), clôturant ainsi le dernier grand procès lié aux attentats de Bali en 2002, les plus sanglants de l'histoire du pays.

Près de dix ans après les faits, et à l'issue de plus de quatre mois d'audience, les juges du tribunal de Jakarta-Ouest ont ouvert jeudi vers 09H20 (02H20 GMT) la dernière séance du procès, durant laquelle ils devaient prononcer la sentence.

L'accusé, arborant sa traditionnelle tunique musulmane blanche, avait abandonné son habituel sourire à son arrivée au tribunal, gardé par 300 policiers environ, dont certains appartenant à la brigade d'élite.

"Nous sommes prêts à toute violence qui pourrait survenir", a assuré à l'AFP le chef de la police locale, Widodo, qui, comme beaucoup d'Indonésiens, n'a qu'un seul nom.

Aucun partisan d'Umar Patek n'était cependant encore visible peu avant l'ouverture de l'audience, à laquelle assistait une centaine de journalistes.

Umar Patek devrait échapper au peloton d'exécution auquel avaient dû faire face en 2008 trois autres figures de la mouvance islamiste indonésienne pour leur rôle dans les attentats.

Avant le procès, l'accusation avait fait part de son intention de réclamer la mort mais elle avait finalement requis la perpétuité, après la contrition dont Umar Patek a fait preuve à la barre.

L'islamiste déclaré, dont la tête avait été mise à prix un million de dollars par les Américains, avait surpris en demandant "pardon" aux familles des victimes. "Je regrette ce qui est arrivé car j'étais contre depuis le début", avait-il assuré, ajoutant n'avoir "jamais été d'accord avec les méthodes" des auteurs des attentats, qui avaient frappé en plein coeur de la station balnéaire de Kuta, Mecque du tourisme balinais.

202 personnes avaient été tuées, la plupart des touristes étrangers, dont 88 Australiens et 4 Français. L'Indonésie, plus grand pays musulman au monde, s'était alors lancé dans sa propre "guerre contre le terrorisme".

Umar Patek a été arrêté en janvier 2011 à Abbottabad, la ville pakistanaise où Oussama Ben Laden a été tué par l'armée américaine quatre mois plus tard.

Le jugement est attendu en milieu de journée (vers 05h00 GMT)

Première publication : 21/06/2012

  • INDONÉSIE

    Le procès de l'imam radical Abu Bakar Bashir ajourné

    En savoir plus

  • INDONÉSIE

    Attentat-suicide dans la mosquée d'une caserne de police

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    L'un des cerveaux présumés des attentats de Bali extradé vers l'Indonésie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)