Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

EUROPE

Paris fait un bond en arrière sur les eurobonds

Texte par Julien PEYRON

Dernière modification : 22/06/2012

Dans la presse allemande, le Premier ministre français a indiqué que les eurobonds n'étaient plus une priorité pour Paris. L'intransigeance de Berlin sur la question a fini par avoir raison de l'un des engagements du président Hollande.

C'était l'un des principaux arguments de campagne de François Hollande : le rééquilibrage de la relation entre Paris et Berlin et la fin de la domination allemande. Le candidat socialiste reprochait au président sortant, Nicolas Sarkozy, de céder en permanence aux exigences de l'Allemagne et s'était engagé à tenir bon face à l'intransigeance d'Angela Merkel en matière de politique économique européenne. Un mois et demi après son élection, il semble que le temps des promesses soit révolu et que la realpolitik ait repris le dessus.

Les eurobonds, "un point de départ" repoussé à "plusieurs années"

C'est dans la presse d'Outre-Rhin qu'il faut chercher le premier signe du ralliement du nouveau pouvoir français aux thèses allemandes. Le germanophone Premier ministre français Jean-Marc Ayrault a en effet accordé, jeudi 21 juin, un entretien au journal Die Zeit dans lequel il reconnaît que le mécanisme du mutualisation des dettes européennes - les euro-obligations, aussi appelées eurobonds -, ne verraient pas le jour avant "plusieurs années".

Le discours a bien changé depuis le premier sommet européen du président Hollande, le 23 mai dernier. Tout juste auréolé de sa victoire à la présidentielle, le nouveau chef de l'État avait alors fait de ces eurobonds le "point de départ" d'un processus d'intégration de la zone euro. Moins d'un mois plus tard, le principal cheval de bataille du candidat Hollande en matière de politique monétaire européenne semble donc enterré par son Premier ministre, ou tout du moins repoussé aux calendes grecques.

Jean-Marc Ayrault a beau réfuter les accusations d'alignement sur la position allemande, ses propos dans Die Zeit rappellent étrangement ceux d'Angela Merkel qui assurait, début juin, que les euro-obligations ne seraient envisageables que dans "de nombreuses années", au terme "d'un processus d'intégration politique en Europe". Le Premier ministre tente d'expliquer cette main tendue par la nécessité de parvenir à un compromis "gagnant-gagnant" avec Berlin.

Inflexible Angela Merkel

Si Paris a été contraint de faire marche arrière sur les eurobonds, c'est que la chancelière allemande a toujours catégoriquement refusé de céder aux pressions françaises. Une fin de non-recevoir qui a entraîné un début de brouille entre Paris et Berlin, paralyse l'Europe et inquiète le monde entier... C'est du moins ce qu'ont tenu à rappeler le président américain Barack Obama et les différents dirigeants présents, en début de semaine, au G20.

François Hollande avait bien tenté de mettre la pression sur Berlin en s'appuyant, notamment, sur le président du Conseil italien Mario Monti, qui s'était également prononcé en faveur des eurobonds. Un ralliement italien aux thèses de Hollande que Merkel avait pris comme une tentative de l'isoler. Mais, loin de faire céder la chancelière, l'axe Paris-Rome a renforcé l'intransigeance de celle qui est par ailleurs irritée par l'attitude du président français qui a reçu à l'Élysée les leaders de la gauche allemande, eux aussi portés par des rêves d'alternance dans leur pays.

Le quasi-abandon par Paris des eurobonds représente une indéniable victoire pour Angela Merkel, chantre de la rigueur. Le crucial sommet de l'Union européenne, les 28 et 29 juin à Bruxelles, devrait permettre de déterminer ce que Paris a obtenu en échange de sa spectaculaire reculade. À défaut d'eurobonds, on évoque la mise en place d'"eurobills", des titres de créances uniquement à court terme.

Première publication : 21/06/2012

  • ITALIE

    Le ministre de l'Économie relance son appel en faveur des eurobonds

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    Angela Merkel plaide pour une "union politique" en Europe

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Ouverture d'un sommet européen sur fond de frictions franco-allemandes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)