Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : l'ONU va déployer 10 000 casques bleus

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre les jihadistes

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : tableau noir pour l'exécutif ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

EUROPE

Accord à Rome pour un plan de relance européen de 130 milliards d'euros

Vidéo par Marie NORMAND

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/06/2012

À Rome, Angela Merkel, François Hollande, Mario Monti et Mariano Rajoy se sont mis d'accord pour proposer lors du sommet européen des 28 et 29 juin de mobiliser 1 % du PIB de l'Union, soit près de 130 milliards d'euros, en faveur de la croissance.

AFP - Les dirigeants italien, français, allemand et espagnol se sont mis d'accord à Rome pour proposer de mobiliser 1% du PIB européen en faveur de la croissance, leur "premier objectif" pour permettre à une zone euro plombée par l'austérité de sortir de la crise.

Ils ont toutefois souligné que la relance de la croissance ne se ferait pas au détriment

"Nous nous sommes retrouvés sur le paquet de croissance, indispensable." François Hollande

de la discipline budgétaire, lors de ce mini-sommet Italie-France-Allemagne-Espagne destiné à préparer le sommet européen crucial des 28 et 29 juin.

"Le premier objectif sur lequel nous sommes d'accord est la relance de la croissance, des investissements et de la création d'emplois, que cela soit à travers des réformes structurelles au niveau national" ou "un nouvel agenda au niveau européen", a déclaré le chef du gouvernement italien Mario Monti lors d'une conférence de presse.

Le président français François Hollande a indiqué de son côté que les dirigeants des quatre principales économies de la zone euro s'étaient mis d'accord pour mobiliser "1% du PIB européen, c'est-à-dire 120 à 130 milliards d'euros, en faveur de la croissance".

Aussitôt après, la chancelière allemande a confirmé cet objectif commun, y voyant "un signal important".

Il faudra plus que cet accord pour que Paris ratifie le pacte de discipline budgétaire

REUTERS - Il en faudra plus pour que la France s'engage à ratifier le pacte de discipline budgétaire conclu début 2012, dit-on de source diplomatique française.

"Le volet croissance est essentiel mais il y a aussi la stabilité financière", explique-t-on de même source. "Il faudra que le Conseil européen adopte des décisions ambitieuses."

Le nouveau président français n'en a pas moins voulu voir dans cet accord le fruit de son plaidoyer pour ajouter un volet croissance au pacte budgétaire, même si ces mesures font en fait l'objet d'un quasi consensus depuis des mois.

"Qui aurait pu dire il y a encore quelques semaines (que la croissance) serait à ce point à l'ordre du jour d'un Conseil européen ?" a-t-il dit lors d'une conférence de presse commune. "La croissance (...) est devenue la priorité."
 

Ce montant, provenant du renforcement de la Banque européenne d'investissement, des project-bonds (emprunts en commun pour financer des infrastructures) et des fonds européens encore inutilisés, avait déjà été évoqué par M. Hollande dans la "feuille de route" adressée la semaine dernière au président de l'UE Herman Van Rompuy.

Selon M. Monti, les dirigeants présents à Rome sont tombés d'accord "pour souligner que ce qui a été fait jusqu'à présent n'a pas été suffisant".

Mais "la croissance ne peut pas avoir une base solide sinon dans la discipline budgétaire", a-t-il tenu à préciser.

"L'euro est là pour rester, on y tient tous", a encore déclaré M. Monti, ajoutant qu'il fallait donner aux marchés et aux citoyens européens la perspective de "l'irréversibilité de ce grand projet qui a réussi jusqu'à présent et qui s'appelle l'euro".

"Nous avons voulu signifier clairement que nous faisons tout pour combattre pour l'euro comme notre monnaie, dont nous profitons aussi ensemble, et la rendre adaptée à l'avenir", a déclaré Angela Merkel.

"Il faut pas moins d'Europe mais plus d'Europe", a ajouté la chancelière, appelant à "donner un signal et nous rapprocher dans une union politique". "Les quatre pays sont d'accord là-dessus", a-t-elle assuré.

François Hollande a toutefois posé ses conditions en affirmant qu'il n'y aurait pas de "transfert de souveraineté" à l'UE "s'il n'y a pas d'amélioration de solidarité".

"En même temps que la solidarité, vous avez besoin de contrôles", lui a rétorqué la chancelière.

"L'Europe dans le passé a eu un pacte de stabilité et de croissance, mais personne ne l'a respecté. Le problème n'est donc pas qu'il n'y a pas de règles en Europe, mais que nous perdons de la crédibilité parce que, trop souvent, nous ne respectons pas nos propres règles", a-t-elle dit.

Il faut "créer une structure politique pour avoir plus de contrôle et de responsabilité", a-t-elle martelé, en plaidant pour des abandons de souveraineté pour permettre à l'union économique de fonctionner.

"Le message important aujourd'hui, a-t-elle dit, c'est que la croissance et des finances solides sont les deux côtés de la même médaille. Des finances solides sont une précondition mais elles ne sont pas suffisantes, si vous ne créez pas aussi de la croissance et des emplois", a concédé la chancelière de la rigueur.

Pour sa part, le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy s'est déclaré "heureux" des résultats de cette réunion pour établir "l'irréversibilité indiscutable de l'euro".

Première publication : 22/06/2012

  • UNION EUROPÉENNE

    Hollande, Monti, Merkel et Rajoy tentent de s'accorder avant le sommet européen

    En savoir plus

  • INTERACTIF

    Zone euro : les faiblesses des dix-sept pays membres

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Paris fait un bond en arrière sur les eurobonds

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)