Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

SUR LE NET

Wikileaks dénonce les États utilisant des logiciels espions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La confiance en peau de chagrin"

En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG se frotte au mythique Ajax

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

Asie - pacifique

Phnom Penh refuse d'extrader vers la Chine un Français proche de Bo Xilai

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/06/2012

Arrêté au Cambodge à la demande de Pékin, l'architecte français Patrick Devillers, considéré comme proche de Bo Xilai, un ex-haut responsable du Parti communiste chinois tombé en disgrâce, ne sera pas extradé vers la Chine.

AFP - L'architecte français Patrick Devillers, détenu à Phnom Penh et réclamé par Pékin en marge du scandale frappant le haut responsable chinois Bo Xilai, restera au Cambodge en attendant les suites de l'enquête, a indiqué le ministre cambodgien des Affaires étrangères.

Le Français, qui entretenait apparemment des liens d'affaires et d'amitié avec cet apparatchik chinois aujourd'hui en disgrâce, a été arrêté à la demande de Pékin pour des motifs inconnus, sur lesquels Paris a demandé des éclaircissements.

"La décision a été prise. Nous avons décidé de le garder ici", a indiqué Hor Namhong aux journalistes jeudi soir. "Nous ne l'enverrons ni en France, ni en Chine". Il a aussi confirmé ne pas savoir ce qui justifiait la demande des Chinois. "Nous attendons de nouvelles investigations".

Mercredi, le ministère de l'Intérieur avait déjà pris quelque distance en relevant que le détenu n'avait commis aucune infraction au Cambodge et qu'il serait libéré faute de "preuves claires".

Bo Xilai, patron de la municipalité géante de Chongqing, a vu sa carrière brisée après avoir été suspendu au printemps du Bureau politique et du Comité central du Parti communiste chinois (PCC).

Il est visé par une enquête interne pour corruption et son épouse Gu Kailai, une avocate renommée, est suspectée du meurtre d'un Britannique avec lequel elle et Bo avaient des relations d'affaires.

Un scandale très mal venu qui met à mal la façade d'unité que tente de présenter le parti unique, à quelques mois du congrès quinquennal.

Allié fidèle de Pékin, le Cambodge s'était attiré les foudres des Occidentaux en décembre 2009 en extradant en Chine 20 Ouïghours, une minorité ethnique musulmane du Xinjiang (nord-ouest), qui demandaient le statut de réfugiés politiques.

La décision avait été suivie de l'octroi d'une aide et de prêts pour un montant de 1,2 milliard de dollars de la Chine au Cambodge.

Dans cette nouvelle affaire, Phnom Penh a minimisé vendredi les commentaires évoquant son étroite marge de manoeuvre entre la Chine, son premier investisseur, et la France, ancienne puissance coloniale.

"Le Cambodge n'est pas sur la sellette, parce que (ce dossier) est lié aux pratiques internationales" en matière d'extradition, a indiqué le porte-parole du gouvernement Khieu Kanharith à l'AFP. "Nous agirons en conformité" avec ces pratiques, a-t-il assuré.

 

Première publication : 22/06/2012

  • CHINE

    Bo Xilai, l'étoile déchue du Parti communiste chinois

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)