Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après le 17, le 18"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : les prestations sociales gelées jusqu'en octobre 2015

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après moi, le déluge"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: élection sous tension

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Veille de scrutin en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 2)

En savoir plus

  • En direct : le président sortant Bouteflika a voté en fauteuil roulant

    En savoir plus

  • Nigeria : confusion autour du sort des 129 lycéennes enlevées par des islamistes

    En savoir plus

  • Crise ukrainienne : Poutine s'adresse aux Russes, les diplomates réunis à Genève

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • Anelka affirme ne pas avoir accepté l’offre du club brésilien

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

Afrique

Nouvelle journée de manifestation place Tahrir contre le pouvoir militaire

©

Vidéo par Sonia DRIDI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/06/2012

Plusieurs forces politiques se sont réunis ce vendredi place Tahrir contre le pouvoir militaire. Les Frères musulmans ont appelé à manifester pour que leur candidat à la présidentielle, Mohamed Morsi, soit reconnu vainqueur de l'élection.

AFP - Des milliers d'Egyptiens manifestaient vendredi place Tahrir au Caire, à l'appel essentiellement des Frères musulmans, qui ont assuré ne pas chercher la confrontation mais la reconnaissance de la victoire de leur candidat Mohamed Morsi à la présidentielle.

La confrérie "n'envisage aucune confrontation ou violence. Tout cela relève de la rumeur", a déclaré en conférence de presse M. Morsi, qui a revendiqué la victoire, tout comme son rival Ahmad Chafiq, ancien Premier ministre de Hosni Moubarak, après le second tour qui s'est tenu les 16 et 17 juin.

"Nous n'avons pas de problème avec les forces armées, même si celles-ci ont commis ces derniers jours des erreurs", a assuré M. Morsi, tout en mettant en garde contre une falsification des résultats du scrutin, dont les résultats officiels n'ont toujours pas été annoncés.

Jeudi soir, M. Chafiq avait lancé un appel au calme et s'était dit certain d'être le futur président de l'Egypte, tout en disant "attendre le verdict" de la commission électorale et en accusant les Frères musulmans, sans les nommer, de chercher à "faire pression sur la commission" avec leurs manifestations.

Le Conseil suprême des forces armées (CSFA), au pouvoir depuis la chute de M. Moubarak, a critiqué ces annonces vendredi dans un communiqué, estimant qu'elles avaient causé des tensions.

Tout en assurant respecter le droit de manifester pacifiquement, le CSFA a appelé toutes les "parties à éviter toute action qui mettrait en danger la sécurité du pays" et affirmé qu'il agirait "avec la plus grande fermeté face à toute tentative de porter atteinte aux intérêts publics et privés".

Sous une chaleur torride, des milliers de personnes étaient rassemblées depuis le matin sur la place Tahrir, brandissant des drapeaux égyptiens, des portraits de M. Morsi et scandant "A bas l'armée", pour ce "vendredi du retour à la légalité".

En fin d'après-midi, des milliers de personnes, essentiellement des hommes barbus et des femmes en niqab, continuaient de converger vers la place, où les orateurs, surtout des membres de l'assemblée dissoute, se succédaient à la tribune tandis que les vendeurs d'eau, de jus et de glaces faisaient recette.



résultats "samedi ou dimanche"

L'imam Madhar Chahine, qui a dirigé la prière collective sur cette place emblématique, a affirmé que la révolution de janvier/février 2011 allait "se poursuivre jusqu'à la réalisation de ses objectifs", et répété que le peuple était le "dépositaire de la légitimité".

Depuis mardi, des centaines de manifestants ont dressé des tentes sur la place et promis de n'en partir qu'après la proclamation de la victoire de M. Morsi.

Première force politique d'Egypte et rivale historique des militaires qui dominent le système depuis la chute de la monarchie en 1952, la confrérie a été rejointe dans cette manifestation par d'autres groupes politiques, dont le mouvement du 6 avril, l'un des initiateurs du soulèvement de 2011.

Selon le Parti de la liberté et de la justice (PLJ), branche politique de la confrérie, M. Morsi s'est aussi entretenu au téléphone avec Mohamed ElBaradei, partisan des réformes, et avec Abdel Moneim Aboul Foutouh, un candidat malheureux à la présidentielle.

Le PLJ a aussi annoncé qu'il allait dévoiler "un projet politique national pour défendre la révolution", estimant que les militaires l'avaient confisquée avec un "coup d'Etat constitutionnel".

Le CSFA vient en effet de s'octroyer de vastes prérogatives lui permettant de rester aux commandes quelle que soit l'issue de l'élection présidentielle, après la dissolution, suite à une décision de justice, de l'assemblée nationale dominée par les islamistes.

Dans ce contexte tendu, les Egyptiens attendent toujours la proclamation des résultats officiels, initialement prévue jeudi.

La commission électorale a en effet demandé plus de temps pour examiner les multiples recours présentés par les deux camps. Un membre de la commission a évoqué une annonce "samedi ou dimanche", mais selon son secrétaire général, Hatem Bagato, aucune date n'a encore été fixée.

A Paris, le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a fait part de sa préoccupation face aux récents développements institutionnels en Egypte et a affirmé que le choix du peuple égyptien devait être "respecté".

Première publication : 22/06/2012

  • ÉGYPTE

    "L’armée doit reconnaître la victoire de Morsi"

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    Les caricaturistes esquissent les révolutions arabes

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    L'annonce des résultats de la présidentielle égyptienne est reportée

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)