Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Angela Merkel, reine de l'esquive"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Tourisme en Thaïlande : Bangkok veut monter en gamme

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Hollande, Macron, passage de témoin"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Christian Prudhomme : "Le Tour de France est plus qu'une compétition cycliste"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Politique migratoire : une solution introuvable au niveau européen ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Violences dans le Kasaï : le pouvoir congolais est responsable, selon Félix Tshisekedi

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Paris transformé en parc olympique géant

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mossoul et Raqqa, des batailles perdues pour les jihadistes ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Remaniement ministériel en France : une nouvelle ère ?

En savoir plus

Moyen-orient

Syrie : avec les rebelles du Djebel Akrad

Texte par Assia SHIHAB , Kadir DEMIR

Dernière modification : 22/06/2012

Reporter à FRANCE 24, Assia Shihab s'est rendue dans le Djebel Akrad, une région montagneuse du nord-ouest de la Syrie contrôlée par l’ASL. Elle a suivi un groupe de rebelles prêt à défendre la zone contre un éventuel assaut des forces de Damas.

À quelques encablures de la frontière turque, le Djebel Akrad surplombe l’axe stratégique desservant les villes de Lattaquié et d'Idlib. Ces derniers jours, l’armée régulière syrienne a multiplié les bombardements dans cette région tenue par l’Armée syrienne libre (ASL), qui y patrouille pour contrer un éventuel assaut des forces de Damas.

"L’armée bombarde cette région pour brûler la forêt, explique Abou Rachid, un combattant de l’ASL. Le but est de mettre la zone à découvert pour qu’on ne puisse plus s’y cacher, pour terrifier les gens et pour que l’armée puisse s’y installer afin de contrôler toute la région."

"Nous restons ici pour gagner ou pour mourir"

Les villages sunnites du Djebel Akrad sont acquis à la cause de la rébellion. Mais, leurs populations fuyant les bombardements et les expéditions punitives, certains ont été  abandonnés.

"Je fais partir ma famille à cause des bombardements mais, moi, je vais rester, confie cet habitant de Kabbani au micro de FRANCE 24. On veut dire à Bachar : 'Nous restons ici pour gagner ou pour mourir'. Il n’y a rien d’autre à faire."

Ces derniers jours, les survols d’hélicoptères ont été plus nombreux. L’armée bombarde la région depuis les airs et depuis les flancs de la montagne où sont situés des villages alaouites. Pour l’heure, les rebelles tiennent le Djebel, mais ils redoutent à tout moment une offensive majeure des blindés.
 

Première publication : 22/06/2012

  • SYRIE

    Le pilote d'un MiG-21 fait défection et obtient l'asile en Jordanie

    En savoir plus

  • SYRIE

    À Homs, le CICR attend que les bombardements cessent pour accéder aux blessés

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)