Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne: Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

  • L'écrivain de génie Gabriel Garcia Marquez s'est éteint à 87 ans

    En savoir plus

  • Un scrutin sans suspense s'achève sur fond de violence en Algérie

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

Planète

Rio+20 s'achève sur des promesses et sous les critiques de la société civile

©

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/06/2012

Le sommet Rio+20 s'est achevé vendredi sur une déclaration finale a minima, mise au point par le Brésil, encourageant une "économie verte" en vue notamment d'éradiquer la pauvreté. Un texte jugé non contraignant par la société civile.

AFP - Le sommet Rio+20 devait s'engager vendredi à promouvoir une "économie verte" épargnant les ressources naturelles de la planète et éradiquant la pauvreté, pendant que les critiques fusaient sur son absence d'objectifs contraignants et de financement.

Vingt ans après le Sommet de la Terre qui avait imposé l'environnement sur l'agenda mondial, le sommet sur le développement durable, précédé par des mois de discussions et de négociations, devait s'achever vendredi à Rio sur la ratification d'un compromis a minima mis au point par le Brésil, pays hôte.

Ce texte a été salué par le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-Moon comme étant un "très bon document, une vision sur laquelle nous pourrons bâtir nos rêves".

La société civile, très en colère, a exprimé sa déception pendant les trois jours du sommet, dénonçant l'"échec" et le manque d'ambition de Rio+20.

Pour Kumi Naidoo, directeur général de Greenpeace International, "on remet en ordre les fauteuils sur le pont du Titanic alors qu'il est en train de sombrer".

Hanté par l'échec de la conférence de Copenhague en 2009 qui s'était achevée sur un fiasco retentissant, pays riches et pauvres se sont accordés sur une série de promesses pour guérir les plaies de la planète.

La longue liste de maux inclut la faim, la pauvreté, et aussi la désertification, l'appauvrissement des océans, la pollution et la déforestation, le risque d'extinction de milliers d'espèces...

"Nous chefs d'Etat et de gouvernement (...) renouvelons notre engagement envers le développement durable et envers un avenir économiquement, socialement et écologiquement durables pour notre planète et pour les générations présentes et futures", commence le projet de déclaration.

Ce texte de 53 pages (bien 53) prône une "économie verte", modèle de développement moins destructeur de la planète dont la population devrait passer de sept milliards aujourd'hui à 9,5 milliards en 2050.

Mais en raison des craintes des pays pauvres que ce concept ne cache un protectionnisme déguisé des pays riches, la déclaration souligne que "les politiques d'économie verte" ne doivent pas "imposer de règles rigides", mais "respecter la souveraineté nationale de chaque pays", sans constituer "une restriction déguisée au commerce international".

Le sommet a lancé le principe d'"Objectifs du développement durable" (ODD) sur le modèle de ceux du Millénaire adoptés en 2000 par l'ONU. Un groupe de travail devra faire ses propositions en 2013, pour une mise en place à partir de 2015.

Ces objectifs devront être "en nombre limité, concis et tournés vers l'action", selon la déclaration.

Le financement d'une transition vers une économie verte est resté en suspens : en temps de crise, et avec des budgets à sec, les pays riches n'ont plus les moyens de mettre la main à la poche.

Rio+20 encourage ainsi de nouvelles sources de financement - entreprises, partenariats, etc.- ainsi que des "financements innovants", sans les détailler. Neuf pays européens viennent de décider la mise en place de la taxe sur les transactions financières, ce dont s'est vivement réjouie l'ONG Oxfam à Rio.

Ban Ki-Moon a reçu vendredi matin une délégation de militants qui ont participé au Sommet des peuples, le contre-sommet organisé par la société civile dans le centre de Rio.

Ceux-ci ont exprimé leur "frustration" auprès du chef de l'ONU de ne pas avoir réussi à peser sur le sommet officiel.

Remplaçant le président Barack Obama qui n'a pas fait le déplacement -comme les dirigeants allemand, britannique et russe-, la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a déploré le retrait de la déclaration finale du droit des femmes à décider d'avoir ou non des enfants.

Première publication : 22/06/2012

  • ENVIRONNEMENT

    Le sommet Rio+20 s'ouvre dans un climat de défiance généralisée

    En savoir plus

  • ENVIRONNEMENT

    Rio+20 : Un texte minimaliste présenté à l’ouverture du sommet

    En savoir plus

  • ENVIRONNEMENT

    Rio+20 : le casse-tête des négociateurs à l'approche du sommet

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)