Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libye : Un incendie "hors de contrôle" menace Tripoli

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH 17 en Ukraine : une enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

En savoir plus

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

  • Aïd meurtrier à Gaza, Netanyahou annonce une "longue campagne"

    En savoir plus

  • Un incendie hors de contrôle menace Tripoli d’une "catastrophe humaine"

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Ioukos : la Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

Moyen-orient

La révolution tunisienne selon Leïla Trabelsi

Texte par Gaëlle LE ROUX

Dernière modification : 22/06/2012

Dans un livre paru jeudi, l’ex-première dame tunisienne s'exprime pour la première fois, depuis son départ en exil forcé le 14 janvier 2011. Elle y décrit la destitution de son mari comme l'aboutissement d'un complot, notamment ourdi par la France.

Un vaste complot. Selon Leïla Trabelsi, épouse de l’ancien dictateur tunisien Zine el-Abidine Ben Ali exilée depuis un an et demi en Arabie saoudite, la révolution tunisienne n’a pas été un  mouvement populaire spontané, mais un scénario bien huilé, ourdi par l’armée tunisienne et les services secrets étrangers pour destituer son président de mari. C’est, en substance, la thèse qu’elle défend dans son ouvrage "Ma vérité" (éditions du Moment), un livre d’un peu plus de 200 pages rédigé par le journaliste et éditeur français Yves Derai à partir d’une série d’entretiens par Skype. Le postulat de base est appétissant. Malheureusement, rien, dans ce livre, ne vient rassasier le lecteur. À défaut de révélations fracassantes, Leïla Trabelsi se laisse aller à une suite de théories plus ou moins fantasques sur l’histoire récente de son pays.

La journée où tout bascule
 
Au matin du 14 janvier 2011, une journée qui va bouleverser la Tunisie, Leïla Trabelsi raconte son angoisse lorsqu’elle voit débarquer une partie de sa famille, paniquée, venue se réfugier au palais présidentiel. Depuis un mois, de violentes manifestations se multiplient dans le pays. "Nous savions, certes, que nous vivions un moment difficile mais j’étais loin de croire que la situation allait dégénérer, encore moins que nous devrions partir quelques heures plus tard", décrit Leïla Trabelsi. Rapidement, les événements s’enchaînent. Ben Ali incite  sa femme et son fils à partir quatre ou cinq jours en pèlerinage en Arabie saoudite, "le temps que la situation revienne à la normale".
 
Ce qui devait n’être qu’un court séjour s’est finalement transformé en un long exil. Ce 14 janvier, l'épouse du président ne le sait pas encore. "Nous avons quitté Sidi Bou Saïd [ville située à une vingtaine de kilomètres de Tunis, où se trouve le palais présidentiel tunisien], suivis des gémissements des chiens qui semblaient avoir reniflé l’odeur du drame", raconte-t-elle, peinant, malgré ses efforts, à émouvoir le lecteur. "Halima [la deuxième fille de Ben Ali et Leïla Trabelsi] avait pour tout bagage un manteau. Elle se console aujourd’hui d’avoir emporté sa bague de fiançailles…", poursuit-elle avant d’ajouter : "C’est dire si l’histoire selon laquelle je me serais envolée avec des dizaines de valises relève de l’invention pure et simple. Je n’ai pas pris mes bijoux, ni ma garde-robe, ni même des vêtements de tous les jours. Je n’avais sur moi ni argent ni passeport". De folles rumeurs avaient circulé en Tunisie au lendemain de son départ : on la disait notamment en possession de dizaines de lingots d’or qu’elle serait allée retirer du coffre d’une banque avant de s’envoler pour l’Arabie saoudite…
 
Seuls Leïla Trabelsi et son jeune fils devaient s'envoler vers le royaume. Mais le général Ali Seriati, le chef de la sécurité présidentielle, décrit dès les premières pages comme un personnage trouble, vil et manipulateur, obtient de Ben Ali que ce dernier embarque avec sa famille. Il ne fera pas simplement l’aller-retour, comme il le croit. L’avion repart immédiatement après avoir débarqué les passagers en Arabie saoudite… sans le chef de l’État. "Le président Ben Ali venait d’être écarté de Tunisie", raconte son épouse. Zine el-Abidine Ben Ali n’aurait donc pas fui la Tunisie pour échapper à la vindicte populaire, mais serait au contraire parti, contraint et forcé par l'un des piliers du système sécuritaire du régime.
 
À Tunis, les conditions d’une vacance du pouvoir sont réunies, le président de la Chambre des députés prend les rênes du pays. "Sans l’insistance de Seriati, le président ne serait jamais parti", assure Leïla. C’est donc lui qui aurait orchestré ce qu’elle appelle "le coup d’État". Derrière lui se trouvent, selon elle, "des mains secrètes", comprendre les services secrets étrangers, notamment français.
 
En exil, la "Régente de Carthage" se fait femme au foyer
 
Dans son ouvrage, Leïla Trabelsi ne se contente pas de livrer son interprétation de la révolution tunisienne. Elle y règle également ses comptes et répond point par point aux violentes critiques dont elle fait l’objet. Surnommée la "régente de Carthage" pour son goût du pouvoir et de l’argent, celle qui a décroché le statut peu enviable de femme la plus honnie de Tunisie se décrit dans "Ma vérité" comme une personne humble, soumise, sans influence politique et peu intéressée par l’argent. Une femme au service de la Tunisie. "[À l’aéroport militaire de Tunis, le 14 janvier 2011], je guettais le moindre mouvement d’hostilité. Je me disais que si quelqu’un devait tirer sur Ben Ali, autant que ce soit moi qui prenne la balle", ose-t-elle dans son ouvrage.
 
Un portrait bien loin de la réputation d’épouse toute puissante, manipulatrice et corrompue qu’elle traîne en Tunisie, cristallisant tous les fantasmes et les haines d’une population alors réduite au silence. Petit à petit, "La Trabelsi", comme l’appellent les Tunisiens, place ses hommes aux plus hauts sommets de l’État. Son clan – mené par son frère Belhassen et son neveu Imed, condamné en France pour vol de yacht de luxe – met la main sur tous les secteurs de l’économie tunisienne au point de devenir incontournable dans le monde des affaires. En quelques années, la Tunisie se meut en une sorte de système mafieux. L’animosité des Tunisiens est si grande à l’égard de l'épouse de Ben Ali, que c’est son nom que choisissent notamment de hurler les manifestants au cours des mouvements de révolte.
 
Dans son livre aux allures de pamphlet – d’aucuns estiment que la vérité de Leïla Trabelsi pourrait être celle de son mari, condamné au silence par Riyad –, à peine l’ex-première dame admet-elle quelques abus de la part de certains membres de sa famille. "Parmi les miens, quelques-uns ont exagéré, souvent les plus jeunes qui se laissaient aller à leur appétit de profit et refusaient d’en admettre les limites", lâche-t-elle du bout des lèvres, avant d’assurer qu’elle en faisait régulièrement le reproche aux coupables. "Je n’ai pas honte de le redire, des fautes flagrantes ont été commises par certains membres de ma famille. J’ai eu tort de ne pas être plus vigilante", concède-t-elle de nouveau un peu plus loin. Un regret qu’elle a tout le loisir de ruminer dans son exil forcé en Arabie saoudite, où elle affirme passer le plus clair de son temps à prendre soin de ses enfants et de son mari. "Je sors rarement. Je vois peu de monde et je prie beaucoup", écrit-elle. Une vie de repentance à laquelle les Tunisiens pourraient avoir bien du mal à croire.
 

 

Première publication : 22/06/2012

  • TUNISIE

    L'ancien président Ben Ali condamné par contumace à la prison à vie

    En savoir plus

  • TUNISIE

    La fortune du clan Trabelsi au cœur de la révolution tunisienne

    En savoir plus

  • Tunisie : un portrait au vitriol de Leila Trabelsi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)