Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nigéria : de l’inquiétude à la colère

En savoir plus

LE DÉBAT

Etats-Unis : débat sur les armes : Une législation à redéfinir ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Etats-Unis : débat sur les armes : Une législation à redéfinir ? (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Rythme des réformes : Emmanuel Macron ne veut pas ralentir

En savoir plus

FOCUS

"La rue, c’est la jungle" : quels dispositifs pour les sans-abri ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Manu Payet, paré pour les César

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'antisèche de Trump pour être sympathique devant les survivants d'une fusillade

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Air France : le tour de chauffe des syndicats

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La France craint un "cataclysme" en Syrie

En savoir plus

L'opinion de
Caroline DE CAMARET

Caroline DE CAMARET
Rédactrice en chef Europe

Tous les chemins mènent à Rome… en passant par l’unité !

Le 22-06-2012

Opération communication réussie. À l’issue du sommet de Rome, Merkel, Hollande,  Rajoy et Monti affichent un important message d'unité et de convergence face à la crise. Les quatre poids lourds de l'Europe ont souligné les plus petits dénominateurs communs sur lesquels ils peuvent s'accorder.

Une bonne nouvelle pour François Hollande, qui plaide la cause de la croissance. Les quatre dirigeants signent d’ores et déjà pour un "paquet croissance" représentant symboliquement 1 % du PIB de l’UE, soient 130 milliards d'euros, trouvés dans les poches de la BEI, des fonds structurels inusités et probablement quelques "project bonds" symboliques… Mais l’enveloppe est à répartir sur plusieurs années, ont-ils omis de préciser !

Il est à parier que les 27 suivront le mouvement, avec pour but de rassurer les marchés sur le soutien de l’activité économique en Europe. François Hollande a supporté stoïquement la référence chez les trois autres à "plus de flexibilité et de compétitivité" des économies pour stimuler la croissance.

Autre annonce, qui ne va pas enchanter les Britanniques : la promesse d'une taxe sur les transactions financières, sans eux et leur "City" ! Neuf pays suffisent à une coopération renforcée et cet impôt sur les flux financiers dégagerait des ressources bienvenues.

Reste que la querelle franco-allemande de l’œuf et de la poule n’a pas été tranchée : une "union politique" avant la solidarité, version Merkel, ou la solidarité tout de suite puis plus de fédéralisme un jour, version Hollande ?

Suite des débats au sommet "décisif" à Bruxelles les 28 et 29 Juin… avec, on l’espère, des mesures concrètes actées et signées.

COMMENTAIRE(S)