Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Se battre pour les cendres pour étouffer la braise"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les peoples et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola en Afrique de l'Ouest : comment vaincre cette épidémie sans précédent ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Gaza : l'espoir de trêve évanoui ?

En savoir plus

FOCUS

États-Unis : les prisons californiennes surpeuplées

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Russie sanctionnée

En savoir plus

DÉBAT

Moscou sanctionnée par l'UE : Poutine peut-il plier ?

En savoir plus

DÉBAT

Chrétiens d'Irak : "Il faut les aider à rester dans leur pays"

En savoir plus

SUR LE NET

Conflit à Gaza : des célébrités créent la polémique

En savoir plus

  • L'Argentine de nouveau en défaut de paiement

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • Ces politiques qui ne jurent plus que par Jean Jaurès...

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • Journée sanglante à Gaza en dépit d’une courte trêve humanitaire

    En savoir plus

  • Otages : la France, premier banquier des djihadistes d’Al-Qaïda

    En savoir plus

  • Moscou répond aux sanctions en menaçant l’UE et les États-Unis

    En savoir plus

  • En Chine, un scandale alimentaire chasse l’autre

    En savoir plus

  • Lille s'impose à Zurich et entrevoit la qualification pour les barrages

    En savoir plus

  • Nigeria : nouvel attentat-suicide perpétré par une femme à Kano

    En savoir plus

  • Ebola : "Les personnes traitées rapidement peuvent en guérir"

    En savoir plus

  • Transferts : deux champions du monde français signent en Inde

    En savoir plus

  • Nemmouche inculpé pour “assassinat dans un contexte terroriste”

    En savoir plus

  • Paris évacue des ressortissants français et britanniques de Libye

    En savoir plus

  • Résultats encore décevants pour Nintendo

    En savoir plus

  • Le Hamas diffuse la vidéo d'une opération commando meurtrière en Israël

    En savoir plus

  • Le grand bond en avant de la croissance américaine

    En savoir plus

EUROPE

Athènes demande plus de temps pour appliquer le plan d'austérité

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/06/2012

Les élus du nouveau gouvernement grec cherchent à obtenir davantage de temps et à limiter les licenciements de fonctionnaires pour appliquer le plan d'austérité dicté par la troïka européenne.

AFP - Le nouveau gouvernement de coalition grec demande à limiter les licenciements de fonctionnaires et un délai supplémentaire d'"au moins deux ans" pour appliquer le plan d'austérité imposé par ses grands créanciers internationaux, UE et FMI, selon un document officiel publié samedi.

Dans ce document, le gouvernement insiste pour que la révision qu'il réclame de ce plan de sauvetage imposé au pays par l'UE et le FMI permette d'étendre "d'au mois deux ans", c'est-à-dire jusqu'en 2016, "les réformes d'ajustement budgétaire".

L'objectif de ce plan est de parvenir à réduire le déficit "sans ajouter de nouvelles coupes de salaires, de pensions et d'investissements publics", dit le document, annonçant un gel des suppressions de fonctionnaires et une revalorisation des allocations chômage.

Le gouvernement souhaite "éviter les suppressions d'employés permanents et économiser sur les coûts non salariaux en réduisant la bureaucratie", indique le document.

Selon le memorandum signé par la Grèce avec ses bailleurs de fonds en échange d'un deuxième plan d'aide, le pays a promis de réduire de 150.000 le nombre total de salariés dans le secteur public, dont 15.000 cette année.

La nouvelle administration va aussi revoir les réductions de salaire minimum et les mesures prises en début d'année pour favoriser les suppressions d'emploi dans le secteur privé, indiquant que les accords de conventions collectives allaient retourner "aux niveaux définis par les lois sociales en vigueur et les acquis européens".

Le document estime que les employeurs et les syndicats devraient être autorisées à fixer le niveau du salaire minimum dans le secteur privé, qui a été abaissé de 22% à 586 euros en février dans le cadre d'un paquet de mesures destinées à accompagner le deuxième plan d'aide international à la Grèce.

La Grèce reste sous une forte pression de ses créanciers pour poursuivre l'assainissement de ses comptes malgré la contestation de plus en plus vive des méthodes utilisées passant par une sorte de "dévaluation intérieure" ou abaissement des coûts de production du pays, qui, jusqu'à présent n'a pas relancé l'économie mais plutôt nourri la récession pour la cinquième année consécutive.

Environ un quart de la population active grecque est au chômage, 1,12 million selon les chiffres officiels.

Le démarrage du nouveau gouvernement grec sorti des urnes après les élections du 17 juin a subi quelques retards, après une opération à l'oeil urgente du Premier ministre Antonis Samaras samedi matin, et alors que le nouveau ministre des Finances Vassilis Rapanos a été hospitalisé pour des douleurs à l'estomac assorties de nausées et de vertige.

M. Rapanos devrait quitter l'hôpital lundi, selon la presse. Une réunion importante du Premier ministre avec son groupe parlementaire a été annulée vendredi soir.

Un gouvernement de coalition a été formé à l'issue du scrutin du 17 juin par les partis conservateur, socialiste et de la gauche modérée. La question est de savoir quelle marge de manoeuvre la nouvelle équipe aura face aux exigences des grands créanciers du pays, qui lui ont jusqu'à présent évité la faillite après deux ans de crise moyennant le respect d'un strict plan de rigueur.

Suspendues depuis deux mois en raison des divergences politiques en Grèce sur l'application ou non de ce plan de rigueur, --que le dernier scrutin législatif était censé régler--, les discussions avec l'UE, le FMI et la BCE doivent reprendre à l'occasion du retour de leurs experts lundi à Athènes.

Première publication : 23/06/2012

  • GRÈCE

    Antonis Samaras nomme un gouvernement de coalition dominé par la droite

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Antonis Samaras nommé officiellement Premier ministre à Athènes

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES GRECQUES

    En portant la droite au pouvoir, les Grecs redonnent une chance à l’euro

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)