Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Corée du Sud : le capitaine s'explique après le naufrage du ferry

    En savoir plus

  • Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Coupe de la Ligue : le PSG pour sauver sa saison, Lyon pour la bonifier

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

Planète

Un rhinocéros de Sumatra est né, "un formidable cadeau pour la survie de l'espèce"

©

Dernière modification : 23/06/2012

C'est seulement la quatrième naissance d'un rhinocéros de Sumatra en plus d'un siècle. Un signe d'espoir pour la sauvegarde de cette espèce menacée d'extinction, devenue le symbole des dommages causés par la déforestation.

AFP - Un rhinocéros de Sumatra, espèce en danger critique d'extinction, est né samedi en captivité, un événement "historique" qui ne s'était jusqu'alors produit que trois fois en un siècle et qui suscite l'espoir pour la sauvegarde de l'animal.

"Ratu (une femelle rhinocéros) a donné naissance à un bébé mâle à 00H45 samedi (17H45 GMT vendredi). La mère et le bébé vont très bien", a indiqué à l'AFP Widodo Ramono, un responsable du refuge pour rhinocéros au parc de Way Kambas, sur l'île de Sumatra (nord-ouest).

Il ne s'agit que de la quatrième naissance en captivité d'une telle espèce en plus d'un siècle, et de la première en Indonésie. Les trois dernières avaient eu lieu au zoo américain de Cincinnati, a précisé la Fondation internationale des rhinos (IRF).

Le père du bébé rhinocéros né samedi, Andalas, avait vu le jour en captivité aux Etats-Unis le 13 septembre 2001. Il s'agissait alors de la première mise-bas dans un zoo d'un tel spécimen depuis 1889 et une naissance enregistrée à Calcutta, selon le Rhino Ressource Centre, site britannique de références sur l'espèce.

L'IRF, basée aux Etats-Unis, avait par anticipation qualifié d'"historique" l'heureux événement, dans un communiqué annonçant l'imminence de la naissance, vendredi.

L'animal est classé comme "espèce en danger critique d'extinction" sur la liste rouge de l'Union internationale pour la conservation de la nature et de ses ressources (UICN), principale ONG mondiale consacrée à la conservation de la nature.

Plus petit des rhinocéros, l'espèce de Sumatra compte "moins de 200 individus à l'état sauvage", après avoir subi une chute de moitié de sa population sur les vingt dernières années, selon l'IRF. Auparavant largement répandu en Asie, on ne le retrouve plus guère dorénavant qu'en Indonésie et en Malaisie.

La population a régressé de "plus de 80%" sur trois générations (soit environ 60 ans) et "continue à décliner, avec des sous-populations qui n'excédent pas les 50 individus", explique l'UICN sur son site internet.

"Toute grossesse est une étape d'une importance capitale pour la survie de l'espèce, menacée d'extinction d'ici à la fin de ce siècle", estime l'IRF.

"Il s'agit vraiment d'un formidable cadeau pour la reproduction de l'espèce en captivité dont nous savons qu'elle est très difficile", a déclaré à l'AFP Masyhud, porte-parole du ministère indonésien des Forêts. La mère a commencé à allaiter son bébé "juste après la naissance", a précisé Masyhud, qui ne porte qu'un nom comme beaucoup d'Indonésiens.

"La grossesse de Ratu donne espoir pour la conservation" de l'espèce, a souligné Dedi Candra, vétérinaire en chef au refuge de Sumatra, citée dans un communiqué diffusé vendredi avant la naissance.

Les naissances de rhinocéros en captivité sont très délicates à mener à terme : Ratu, une femelle née à l'état sauvage mais qui maintenant vit dans le parc de Way Kambas, avait déjà subi deux fausses couches, précise l'IRF.

L'animal est chassé pour ses cornes qui valent une fortune sur le marché noir, en raison de leurs prétendues vertus médicinales. Mais il est également victime de la destruction de son habitat, devenant un des symboles de la lutte contre la déforestation massive qui sévit actuellement en Indonésie.

Selon les défenseurs de l'environnement, deux millions d'hectares de forêts disparaissent chaque année dans l'immense archipel, soit l'équivalent de six terrains de football par minute. Les forêts primaires sont en particulier victimes de la "fièvre de l'huile de palme" qui a vu ces dernières années se multiplier les plantations de palmiers à huile pour satisfaire notamment les besoins croissants en biocarburants.

Première publication : 23/06/2012

  • TRAFIC D'ANIMAUX

    Le vol de cornes de rhinocéros touche aussi la France

    En savoir plus

  • BIODIVERSITÉ

    "Le tigre sauvage pourrait avoir disparu d’ici à 2022"

    En savoir plus

  • JAPON

    Signature d'un accord "historique" à Nagoya sur la biodiversité

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)