Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

FRANCE

Najat Vallaud-Belkacem veut faire "disparaître" la prostitution

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/06/2012

La ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, entend se donner les moyens pour faire "disparaître" la prostitution. Des déclarations faites dans le Journal du Dimanche qui suscitent la colère des prostituées.

AFP - La ministre des Droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem relance dans le Journal du Dimanche le débat sur le statut pénal de la prostitution qui selon elle doit "disparaître", appelant le gouvernement à "se donner les moyens" de l'abolir.

"La question n'est pas de savoir si nous voulons abolir la prostitution - la réponse est oui - mais de nous donner les moyens de le faire", déclare la ministre. "Mon objectif, comme celui du PS, c'est de voir la prostitution disparaître."

Actuellement, recourir à une personne prostituée n'est pas un délit en France. Depuis 2003, la loi française punit le racolage passif, c'est-à-dire celui exercé par la personne prostituée sur la voie publique, de deux mois d'emprisonnement et de 3.750 euros d'amende.

Ce texte est dans les faits peu appliqué et ne prévoit rien contre les clients. D'après une récente enquête du Mouvement du Nid, un homme sur huit a déjà eu recours à une prestation sexuelle tarifée.

Durant la campagne, François Hollande avait dit son intention de supprimer ce délit de racolage passif qui "conduit à repousser la prostitution dans des zones peu accessibles pour les associations".

Quant à la pénalisation des clients, "la réflexion doit être ouverte", avait-il ajouté, expliquant que "disposer librement du corps d'une autre personne" contre paiement était "dans les textes internationaux, (...) une atteinte aux droits humains".

Selon diverses estimations, environ 20.000 personnes se prostituent en France, dont 70 à 80% de femmes et 80% d'étrangers (Balkans, Afrique, Amérique du Sud, Chine). Plusieurs associations pensent toutefois que ce chiffre est sous-évalué.

"Un chantier de long terme"

"Je ne suis pas naïve, je sais que ce sera un chantier de long terme", précise Najat Vallaud-Belkacem en expliquant que la "position abolitionniste" du PS est "le fruit d'une réflexion tirant les leçons des insuffisances des dispositifs actuels".

L'abolitionnisme divise les associations et se heurte à l'opposition des prostitué(e)s indépendants, qui manifestent régulièrement à Paris, jugeant que cela mettrait en danger leur subsistance et leur sécurité en les poussant vers plus de clandestinité.

Mais selon Guy Geoffroy, le député PS à l'origine d'une résolution parlementaire de 2011 préconisant de pénaliser les clients, "neuf personnes prostituées sur dix sont victimes de la traite des êtres humains".

Rappelant le vote de la résolution, Mme Vallaud-Belkacem assure dans le JDD que le ministre de l'Intérieur Manuel Valls et elle "ne resteront pas inactifs sur cette question".

"Pour tirer toutes les conséquences de la résolution de l'Assemblée nationale, nous organiserons une conférence de consensus", ajoute-t-elle sans plus de précision.

La pénalisation des clients sur le modèle de ce qui se pratique en Suède depuis 1999, avait également été défendue l'an passé par Roselyne Bachelot, alors ministre de la Santé, pour qui "il n'existe pas de prostitution libre, choisie ou consentie".

Cette semaine, le préfet de police de Paris Bernard Boucault a déclaré que le nombre de personnes faisant commerce de leur corps avait doublé en 2011 dans le Bois de Boulogne, haut-lieu de la prostitution parisienne. Cette augmentation s'explique notamment par l'afflux de jeunes femmes roumaines ou bulgares, exploitées par des réseaux de proxénétisme, selon les associations.

 

Première publication : 24/06/2012

  • FRANCE

    Prostitution : "Toutes les lois visant à protéger les femmes ont été néfastes"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Les députés adoptent une résolution anti-prostitution

    En savoir plus

  • FRANCE - SOCIÉTÉ

    Vif débat à l'Assemblée après une proposition de loi sur la prostitution

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)