Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Amériques

Le Paraguay sous tension après la destitution du président Lugo

Vidéo par Antoine MARIOTTI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/06/2012

Au Paraguay, après la destitution par le Parlement du président Lugo au profit de Federico Franco (photo), les sanctions diplomatiques ne se sont pas faites attendre, notamment de la part des voisins brésilien et argentin.

REUTERS - L'Argentine et le Brésil ont rappelé samedi leur ambassadeur en poste au Paraguay, en signe de protestation contre la rapide procédure de destitution du président paraguayen Fernando Lugo.

Le ministère argentin des Affaires étrangères a expliqué le rappel du diplomate argentin eu égard aux "graves événements institutionnels(...) qui ont eu pour point d'orgue la destitution du président constitutionnel Fernando Lugo et la rupture de l'ordre démocratique".

L'Argentine a été le premier pays à prendre des mesures concrètes contre son voisin à la suite de la destitution de Lugo. Elle a été suivie de peu par le Brésil, qui a annoncé le rappel de son ambassadeur pour consultations.

Le Brésil a "condamné" la destitution de Fernando Lugo car, selon lui, il n'a pas pu se défendre correctement, ce qui a "compromis un pilier fondamental de la démocratie". Le ministère brésilien des Affaires étrangères a estimé que la démocratie était essentielle à l'intégration régionale. Le Brésil est le premier partenaire commercial du Paraguay et la première économique d'Amérique latine.

L'Uruguay a exhorté le Paraguay à organiser des élections le plus rapidement possible. Le Pérou et le Mexique ont émis des doutes sur la rapidité du processus de destitution de Lugo, même si Mexico a reconnu la légalité de la procédure.

La présidente argentine Cristina Fernandez, qui avait parlé de "coup d'Etat" mené contre Fernando Lugo, avait déclaré que des mesures pourraient être prises en outre à l'encontre d'Asuncion au sein du Mercosur, bloc économique sud-américain qui regroupe, outre le Paraguay, l'Argentine, le Brésil et l'Uruguay.

En théorie, le Paraguay pourrait être suspendu du Mercosur pour violation des principes démocratiques de l'organisation. Le ministre brésilien des Affaires étrangères, Antonio Patriota, a indiqué que les dirigeants du bloc débattraient de la situation la semaine prochaine lors d'un sommet du Mercosur en Argentine.

Faire retomber les tensions

L'élection de Lugo en 2008 a mis fin à six décennies d'hégémonie du parti Colorado. Il s'était engagé à améliorer le sort des catégories les plus pauvres et à lutter contre la
corruption mais s'est heurté à un Congrès hostile.

Federico Franco, qui était le vice-président de Fernando Lugo, a été investi vendredi nouveau chef de l'Etat, à la suite de la destitution de Lugo par le parlement. Le Sénat a voté vendredi la destitution par 39 voix contre 4. La veille, la chambre basse du parlement, elle aussi contrôlée par les adversaires de Lugo, s'était prononcée quasiment à l'unanimité pour la destitution.

Agé de 49 ans, Franco, rival politique de Lugo, assumera les fonctions de chef de l'Etat pour la dernière année du mandat présidentiel en cours, jusqu'à l'investiture d'un nouveau président élu en août 2013.

"Nous allons prendre contact avec les pays voisins et je suis certain qu'ils comprendront la situation au Paraguay", a déclaré samedi Federico Franco au cours d'une conférence de presse au palais présidentiel, à Asuncion.

Federico Franco a indiqué à Reuters qu'il allait demander à son prédécesseur Fernando Lugo de contribuer à "faire retomber" les tensions régionales consécutives à sa destitution.

Il va en outre s'employer à convaincre Buenos Aires de la légitimité de la procédure en destitution.

Lugo, ancien évêque catholique, s'est élevé contre sa destitution mais a déclaré vendredi accepter les mesures prises par le parlement à son encontre. Depuis sa destitution, il s'est reclus chez lui et a reçu des appels téléphoniques de présidents de pays de la région qui lui ont témoigné leur solidarité, a déclaré l'un de ses proches alliés politiques, le sénateur José Alberto Grillon.

Première publication : 24/06/2012

  • PARAGUAY

    Le président Lugo a été démis de ses fonctions par le Parlement

    En savoir plus

  • Sur RFI

    Paraguay : une opération de police contre des paysans tourne au massacre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)