Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : l'ONU va déployer 10 000 casques bleus

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre les jihadistes

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : tableau noir pour l'exécutif ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

Amériques

Le Paraguay sous tension après la destitution du président Lugo

Vidéo par Antoine MARIOTTI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/06/2012

Au Paraguay, après la destitution par le Parlement du président Lugo au profit de Federico Franco (photo), les sanctions diplomatiques ne se sont pas faites attendre, notamment de la part des voisins brésilien et argentin.

REUTERS - L'Argentine et le Brésil ont rappelé samedi leur ambassadeur en poste au Paraguay, en signe de protestation contre la rapide procédure de destitution du président paraguayen Fernando Lugo.

Le ministère argentin des Affaires étrangères a expliqué le rappel du diplomate argentin eu égard aux "graves événements institutionnels(...) qui ont eu pour point d'orgue la destitution du président constitutionnel Fernando Lugo et la rupture de l'ordre démocratique".

L'Argentine a été le premier pays à prendre des mesures concrètes contre son voisin à la suite de la destitution de Lugo. Elle a été suivie de peu par le Brésil, qui a annoncé le rappel de son ambassadeur pour consultations.

Le Brésil a "condamné" la destitution de Fernando Lugo car, selon lui, il n'a pas pu se défendre correctement, ce qui a "compromis un pilier fondamental de la démocratie". Le ministère brésilien des Affaires étrangères a estimé que la démocratie était essentielle à l'intégration régionale. Le Brésil est le premier partenaire commercial du Paraguay et la première économique d'Amérique latine.

L'Uruguay a exhorté le Paraguay à organiser des élections le plus rapidement possible. Le Pérou et le Mexique ont émis des doutes sur la rapidité du processus de destitution de Lugo, même si Mexico a reconnu la légalité de la procédure.

La présidente argentine Cristina Fernandez, qui avait parlé de "coup d'Etat" mené contre Fernando Lugo, avait déclaré que des mesures pourraient être prises en outre à l'encontre d'Asuncion au sein du Mercosur, bloc économique sud-américain qui regroupe, outre le Paraguay, l'Argentine, le Brésil et l'Uruguay.

En théorie, le Paraguay pourrait être suspendu du Mercosur pour violation des principes démocratiques de l'organisation. Le ministre brésilien des Affaires étrangères, Antonio Patriota, a indiqué que les dirigeants du bloc débattraient de la situation la semaine prochaine lors d'un sommet du Mercosur en Argentine.

Faire retomber les tensions

L'élection de Lugo en 2008 a mis fin à six décennies d'hégémonie du parti Colorado. Il s'était engagé à améliorer le sort des catégories les plus pauvres et à lutter contre la
corruption mais s'est heurté à un Congrès hostile.

Federico Franco, qui était le vice-président de Fernando Lugo, a été investi vendredi nouveau chef de l'Etat, à la suite de la destitution de Lugo par le parlement. Le Sénat a voté vendredi la destitution par 39 voix contre 4. La veille, la chambre basse du parlement, elle aussi contrôlée par les adversaires de Lugo, s'était prononcée quasiment à l'unanimité pour la destitution.

Agé de 49 ans, Franco, rival politique de Lugo, assumera les fonctions de chef de l'Etat pour la dernière année du mandat présidentiel en cours, jusqu'à l'investiture d'un nouveau président élu en août 2013.

"Nous allons prendre contact avec les pays voisins et je suis certain qu'ils comprendront la situation au Paraguay", a déclaré samedi Federico Franco au cours d'une conférence de presse au palais présidentiel, à Asuncion.

Federico Franco a indiqué à Reuters qu'il allait demander à son prédécesseur Fernando Lugo de contribuer à "faire retomber" les tensions régionales consécutives à sa destitution.

Il va en outre s'employer à convaincre Buenos Aires de la légitimité de la procédure en destitution.

Lugo, ancien évêque catholique, s'est élevé contre sa destitution mais a déclaré vendredi accepter les mesures prises par le parlement à son encontre. Depuis sa destitution, il s'est reclus chez lui et a reçu des appels téléphoniques de présidents de pays de la région qui lui ont témoigné leur solidarité, a déclaré l'un de ses proches alliés politiques, le sénateur José Alberto Grillon.

Première publication : 24/06/2012

  • PARAGUAY

    Le président Lugo a été démis de ses fonctions par le Parlement

    En savoir plus

  • Sur RFI

    Paraguay : une opération de police contre des paysans tourne au massacre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)