Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Devenez citoyen des îles Poubelle !"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Baptême du feu pour Donald Trump et Emmanuel Macron devant l'ONU

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : l’opposante Diane Rwigara sort du silence

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Florian Philippot : "La refondation du FN se passe assez mal"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François Kalfon : "On peut faire de la politique en dehors du 7e arrondissement de Paris"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marc Dugain explore la face sombre de l'Amérique des Kennedy

En savoir plus

FOCUS

Un an après les JO, Rio de Janeiro gangrenée par la crise et la violence

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Waszczykowski : "Les mots de Macron envers la Pologne n'étaient pas nécessaires"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

ONU : comment l'organisation est-elle financée ?

En savoir plus

Amériques

Pour séduire les électeurs latinos, Obama assouplit les mesures d’immigration

Texte par Ségolène ALLEMANDOU

Dernière modification : 25/06/2012

Le 15 juin, l’administration Obama annonçait la signature d’un décret qui suspend sous conditions et durant deux ans l’expulsion de jeunes sans-papiers. Une mesure vue comme une opération de séduction auprès des Latinos avant la présidentielle.

Mitt Romney et Barack Obama se sont rendus, respectivement jeudi 21 et vendredi 22 juin, au congrès annuel d’une importante association latino en Floride, la Naleo (Association nationale des élus et des responsables hispaniques). L’occasion pour les deux hommes qui briguent la présidence des Etats-Unis de courtiser l’électorat hispanique, très concerné par la situation des immigrés illégaux, dont le nombre est estimé à 11,5 millions aux États-Unis et dont la majorité sont originaires du Mexique et d’Amérique centrale.

Lors de cette visite, le président sortant a été chaleureusement applaudi par les participants, qui ont réservé un accueil bien plus mesuré à Mitt Romney. Pour cause, l’administration Obama avait annoncé six jours plus tôt la signature d’un décret qui permettrait à environ 800 000 immigrés clandestins d’éviter l'expulsion durant deux ans et de travailler sur le territoire américain. Ce texte, présenté vendredi 15 juin par Janet Napolitano, la secrétaire d’ État à la Sécurité intérieure, concerne spécifiquement les jeunes de moins de 30 ans qui sont entrés sur le territoire américain avant leur 16 ans. Ils doivent être diplômés ou militaires de carrière et n’avoir aucun antécédent judiciaire. Un geste politique qui va permettre à Barack Obama de redorer son image auprès des Latinos.

Pallier l’échec du Dream Act

Selon America’s Voice, un groupe de défense des immigrés, il s’agit de l’une des plus importantes mesures en matière d’immigration aux Etats-Unis depuis 25 ans. Par ce décret, Obama est parvenu à contourner le Congrès. Pour Paul Vallet, maître de conférence à Sciences Po Paris spécialiste des États-Unis, il s’agit d’une mesure électoraliste qui sert avant tout à pallier l’échec du projet de loi Dream Act, bloqué au Congrès depuis 2010. "Le président des États-Unis n’a jamais réussi à faire passer ce projet de loi qui était en fait l’une de ses promesses de campagne", explique-t-il. À la différence du nouveau décret adopté, Dream Act permettrait d'accorder la nationalité américaine aux jeunes militaires ou diplômés de l'enseignement supérieur arrivés illégalement sur le territoire des États-Unis pendant leur enfance.

Le décret, précise d'ailleurs America’s Voice, "n’ouvrira pas la voix à la citoyenneté" à ces 800 000 jeunes "mais il leur ôtera la crainte d’un retour à la frontière". Au cours des quatre dernières années, l’administration Obama a en effet mené une politique agressive d'expulsions : près d’un million d’immigrants illégaux ont été reconduits à la frontière par l’Autorité de contrôle de l’immigration et des douanes (ICE) depuis 2008, soit 30 % de plus que lors du deuxième mandat de George Bush, selon le Pew Hispanic Center, basé à Washington DC. "S'il était venu aux congrès de la Naleo les années précédentes, Obama se serait fait quelque peu huer pour l'intensité et la sévérité des expulsions", indique ainsi à l'AFP Pilar Marrero, journaliste experte des questions d'immigration.

"Obama est parvenu à remobiliser les Latinos, qui représente 7,4 % de l’électorat", explique Paul Vallet. D’autant que Mitt Romney peut difficilement être plus populaire que lui auprès des Américains d’origine sud-américaine : contraint de durcir son discours afin de courtiser la frange radicale du parti républicain, Romney a soutenu une loi très répressive et controversée sur l'immigration adoptée en Arizona en 2010. Selon un sondage paru le 22 juin aux Etats-Unis, Obama, qui avait réuni 67 % des voix latinos en 2008 au niveau national, recueillerait 63 % du vote hispanique dans cinq Etats-clés contre 37 % pour M. Romney.

Première publication : 25/06/2012

  • ÉTATS-UNIS

    Barack Obama met un terme à l'expulsion des jeunes sans-papiers

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Michelle, l'arme pas si secrète du président Obama

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Barack Obama et Mitt Romney au coude à coude dans les sondages

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)