Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

Amériques

Julian Assange réclame des garanties en cas d'extradition vers la Suède

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/06/2012

Réfugié à l'ambassade d’Équateur à Londres, le fondateur de Wikileaks craint, en cas d'extradition vers la Suède, d'être transféré aux États-Unis pour y être jugé pour espionnage, après la divulgation sur son site de documents confidentiels.

AFP - Le fondateur du site WikiLeaks, Julian Assange, a réclamé lundi des garanties diplomatiques l'assurant qu'il ne serait pas poursuivi par les Etats-Unis pour la publication de documents secrets s'il est finalement extradé vers la Suède.

"En fin de compte, ça pourrait dépendre des garanties que la Grande-Bretagne, les Etats-Unis et la Suède sont prêts à donner", a déclaré l'Australien dans un entretien au Sydney Morning Herald depuis l'ambassade d'Equateur à Londres.

Il y est réfugié depuis la semaine dernière pour échapper à son extradition en Suède pour une affaire de viol présumé.

Le fondateur de WikiLeaks craint d'être transféré par Stockholm aux Etats-Unis pour y être jugé pour espionnage, après la divulgation par son site de plus de 250.000 télégrammes diplomatiques américains, notamment sur les guerres en Irak et en Afghanistan.

"Par exemple, si les Etats-Unis pouvaient garantir l'abandon de l'enquête devant le Grand jury et de toute autre enquête sur les activités de WikiLeaks, ce serait une garantie importante (...). Les engagements diplomatiques ont un poids certain", a déclaré Julian Assange au quotidien.

Il a de nouveau reproché au gouvernement australien de ne pas avoir suivi son cas avec suffisamment de sérieux. "C'est une affaire politique très sérieuse (...) que le gouvernement australien devrait traiter avec le sérieux qu'elle mérite", a-t-il dit.

"J'ai été présenté par les Etats-Unis, jusqu'au vice-président, comme un terroriste high-tech, et aussi par le Premier ministre et le ministre des Affaires étrangères suédois (...), cela nécessite certainement une réponse de la part du gouvernement Gillard", a estimé Assange, 40 ans.

Dimanche, Canberra a répété une nouvelle fois qu'il n'y avait "aucune indication" que les Etats-Unis demanderaient l'extradition du fondateur du site WikiLeaks s'il devait être envoyé en Suède.

 

Première publication : 25/06/2012

  • RENSEIGNEMENTS

    L’officine privée de renseignement Stratfor dans l’œil du cyclone WikiLeaks

    En savoir plus

  • JUSTICE

    Une juge d'instruction française demande à pouvoir enquêter à Guantanamo

    En savoir plus

  • INTERNET

    Fuite de câbles diplomatiques : WikiLeaks attaque The Guardian

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)