Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ouganda : Dominic Ongwen comparaît devant la CPI

En savoir plus

FOCUS

Auschwitz, symbole d'une entreprise de mort programmée et industrielle

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La Shoah racontée dans le cinéma et la littérature

En savoir plus

SUR LE NET

La beauté noire à l'heure du web 2.0

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"En arrivant à Auschwitz, les Soviétiques ont trouvé un immense cimetière"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence de Paris sur le climat : une opportunité pour les entreprises ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence de Paris sur le climat : une opportunité pour les entreprises ? (partie 2)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Colombie : le président convaincu "que les Farc veulent la paix"

En savoir plus

DÉBAT

Victoire de Tsipras en Grèce, la naissance d'une nouvelle Europe ? (partie 2)

En savoir plus

Afrique

Morsi prône un renouveau des relations diplomatiques entre Téhéran et Le Caire

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/06/2012

Le nouveau président égyptien, Mohamed Morsi, a déclaré ce lundi vouloir rétablir les liens diplomatiques avec l'Iran, rompus depuis plus de trente ans. Le chef d'État fraîchement élu souhaite ainsi créer un "équilibre" stratégique dans la région.

REUTERS - Le président égyptien élu, Mohamed Morsi, annonce dans une interview à l’agence de presse iranienne Fars publiée lundi son intention de rétablir les relations diplomatiques entre l’Egypte et l’Iran pour créer un « équilibre » stratégique dans la région.

Les liens diplomatiques entre les deux pays sont rompus depuis plus de trente ans, mais un changement de politique est apparu des deux côtés depuis le renversement de l’ancien président Hosni Moubarak l’an dernier. 

Mohamed Morsi, qui a accordé un entretien à l’agence Fars quelques heures avant la publication des résultats officiels de l’élection présidentielle égyptienne dimanche, se dit désireux d’améliorer les relations avec Téhéran.

« Il faut rétablir des relations normales avec l’Iran fondées sur des intérêts communs et développer la coordination politique et la coopération économique parce que cela permettra de créer un équilibre de la pression dans la région. Et cela fait partie de mon programme », a déclaré le représentant des Frères musulmans selon une transcription de l’interview.

Les commentaires du nouveau chef de l’Etat égyptien risquent de déstabiliser les puissances occidentales qui cherchent à faire fléchir l’Iran qu’elles soupçonnent de vouloir acquérir la bombe atomique par le biais d’un programme nucléaire présenté comme ayant un objectif civil.

Les Occidentaux, les Etats du Golfe et Israël ont d’ailleurs salué prudemment le processus démocratique qui a conduit à l’élection d’un candidat islamiste en Egypte et ont souligné que la stabilité du pays était leur priorité.

Pas forcément l'Arabie Saoudite

Interrogé par l’agence Fars sur son premier déplacement à l’étranger s’il était élu, Mohamed Morsi a démenti les informations lui prêtant l’intention de se rendre en Arabie saoudite. La rivalité entre l’Arabie saoudite principalement sunnite et l’Iran, à majorité chiite, s’est intensifiée avec les révoltes du « Printemps arabe ».

« Je n’ai rien dit de tel. Nous n’avons pas encore arrêté la destination de mes premières visites à l’étranger », a déclaré le président élu.

Mohamed Morsi doit entamer ce lundi la formation d’un gouvernement civil, au lendemain de l’annonce par la commission électorale de sa victoire au second tour de la présidentielle, par 51,7% des voix face à Ahmed Chafik.

Les musulmans de l’ensemble du Proche-Orient ont salué l’élection du candidat des Frères musulmans. A Téhéran, le ministère des Affaires étrangères a félicité le peuple égyptien et évoqué une « vision splendide de la démocratie », marquant la phase finale du « Réveil islamique ». (voir )

En contraste avec ses propos lors de son discours télévisé après l’annonce de sa victoire, Mohamed Morsi a déclaré à l’agence Fars que le traité de paix de Camp David avec Israël serait « revu ». Il n’a pas donné de précisions.

La reconnaissance officielle d’Israël par l’Egypte et la révolution islamique en Iran en 1979 avaient conduit à la rupture des relations diplomatiques entre l’Egypte et l’Iran l’année suivante.

L’an dernier, le ministère égyptien des Affaires étrangères s’est dit prêt à rétablir les relations diplomatiques avec l’Iran, qui considère en général les soulèvements du « Printemps arabe » comme des révoltes anti-occidentales inspirées de sa révolution islamique de 1979.

L’Iran affiche toutefois un soutien sans faille au président syrien Bachar al Assad, son allié arabe le plus proche, aux prises avec un soulèvement depuis seize mois.

Première publication : 25/06/2012

  • ÉGYPTE

    Alexandrie entre joie et déception

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    DIAPORAMA: paroles d'électeurs à Alexandrie

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Mohammed Morsi promet qu'il sera "le président de tous les Égyptiens"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)